Carnaval à trois voix

il y a
4 min
926
lectures
123
Finaliste
Public
Recommandé

Je connais depuis longtemps le plaisir de lire. J'ai eu envie de partager le plaisir d'écrire  [+]

Image de Automne 2014

Je n’ai pas envie, mais alors pas envie du tout. Ils me font peur tous ces monstres avec leurs vilaines couleurs et leurs habits trop grands. Et cette musique, elle est si forte. Je n’aime pas la musique forte, je n’aime pas danser. Je suis un garçon, moi. Les garçons ne dansent pas, les garçons ne mettent pas de vêtements multicolores et ridicules. Moi, j’aime le bleu. Je ne veux porter que des habits bleus dans une école silencieuse. Aujourd’hui, c’est l’enfer pour moi. Et Maman qui a insisté pour que je mette au moins une cape rouge comme Superman. Pourquoi est-ce que je dois subir cela ? Quelle angoisse... !
Oh ! Quelle horreur ! Mais ils sont donc tous devenus fous ? Mon maître, mon maître si savant et si gentil est emmitouflé dans une affreuse combinaison jaune et porte une cagoule rouge. Mais qu’est-ce que c’est ? Oh non, ce n’est pas possible. Pas lui ! Mon maître, capable de m’apprendre tant de choses habituellement, celui pour lequel je m’applique tant à faire mes devoirs, est déguisé en... tube de mayonnaise ! Et, en plus, il rit, heureux de son ridicule ! Je ne supporterai pas ce spectacle une seconde de plus. Je dois rentrer à la maison immédiatement. Comment faire ? Où est Maman ? Elle est là-bas, avec son appareil photo. Elle discute avec ses copines, mère de pathétiques petits lutins et autres cow-boy au rabais. Elles semblent fières d’avoir accoutré leurs précieux enfants de déguisements laids et inconfortables en tissus synthétiques. Elles attendent le défilé et l’exposition au public de leur progéniture si habilement enlaidie. Même la jolie Clara a perdu toute sa splendeur aujourd’hui. Une perruque orange, les lèvres noires, un chapeau troué, une robe sans forme et elle n’a rien trouvé de mieux que de chevaucher un vieux balai. J’ai bien fait de ne jamais lui avouer mon amour car il vient de disparaître en un éclair. Quelle tristesse ! Quelle horreur !
Bon, alors, comment partir au plus vite ? Je vais commencer par pleurer. Cela ne va pas être difficile, je viens de quitter mon amoureuse. Et puis, si Maman ne vient pas me rejoindre pour me ramener au calme à la maison, je partirai par le petit portail de la cantine. Le maître oublie de le fermer une fois sur deux.
Avec un peu de chance...

***

Qu’ils sont mignons tous ces petits ! Oh, la petite Clara en sorcière, elle est adorable avec son balai magique ! Elle est vraiment jolie cette petite fille.
J’aimerais bien avoir une petite fille aussi adorable que celle-ci. Matteo a sept ans maintenant, il serait temps de lui faire un petit frère ou une petite sœur. J’ai hâte de pouponner à nouveau. Et puis, cela nous rapprocherait Damien et moi. Il est distant en ce moment. Il travaille trop. Je pourrais prendre un congé parental pour m’occuper du bébé et être plus disponible pour mon mari. Il apprécierait, c’est sûr. Je lui en parlerai ce soir. Je vais arrêter la pilule ce mois-ci. Oh ! Oui, chouette ! Que je suis heureuse ! Oh, mais si j’y pense. Et si je lui faisais une surprise ? J’arrête la pilule secrètement et je lui annonce que nous attendons un deuxième bout de chou en lui emballant le test de grossesse positif dans un joli paquet. J’imagine déjà sa tête, incrédule mais ravi ! J’adore cette idée !
Où est mon petit Matteo ? Il boudait tout à l’heure, il n’avait pas envie de venir au carnaval. C’est bizarre, quand même. J’espère qu’il ne couve pas une maladie. Tous les enfants aiment le carnaval. Moi, quand j’étais petite j’adorais ça. Je préparais mon déguisement des semaines à l’avance. J’étais si excitée que je ne fermais pas l’œil la nuit précédant la fête !
Mais, qu’est-ce que c’est ? Oh, génial ! Le maître de Matteo s’est déguisé en tube de mayonnaise ! Que c’est drôle ! Voilà quelque chose qui va redonner le sourire à mon petit garçon ! Mais, que fait Damien ? Il devrait être arrivé maintenant. Il m’avait promis de se libérer pour venir voir le défilé de carnaval. J’espère qu’il n’a pas été retenu au travail. Il avait tellement envie de venir voir Matteo. Je vais lui envoyer un petit texto.

***

Bon, alors, maintenant, il va falloir se cogner le carnaval de la huitième merveille du monde. Comme si mes journées n’étaient pas assez remplies comme cela, il faut que je participe à ces événements pour femmes au foyer désœuvrées. Tu vas voir qu’après, elle va me demander de vendre des crêpes à la kermesse ou de tenir le stand de pêche à la ligne. Je n’en peux plus de cette vie de famille bien rangée. Avec ces petites mondanités de quartier, je n’ai même pas pu voir Nadia ce midi. Le jeudi de douze heures à quatorze heures, pourtant, c’est le meilleur moment de la semaine pour moi. La chambre 414 de l’Hôtel de la Dune avec ma petite blondinette préférée. Ah ! Ma princesse du jeudi ! Elle est si belle ! Je n’aurais jamais dû me marier, moi. Et quelle idée j’ai eu de faire un enfant, en plus. Il est mignon Matteo mais, bon, que de sacrifices... Et puis, il est étrange, quand même, ce môme. Rien ne lui plaît à part les livres et son travail scolaire. Hier encore, il pleurait parce qu’il ne voulait pas se déguiser avec le costume de cosmonaute que sa mère lui avait acheté. Il est trop chouchouté. Vivement que sa mère reprenne le travail à plein temps. Cela nous fera du bien à tous.
Oh, et puis il n’y a jamais de place pour se garer dans le quartier de l’école. Elle va encore me prendre la tête parce que je suis en retard. Mais qu’est-ce que j’ai été bête d’accepter de venir ! J’aurais dû lui dire que j’avais une réunion importante cet après-midi.
Bon, allez, je vais essayer dans la rue derrière la cantine, il y aura peut-être une place là-bas. Je ne vais pas y passer la journée quand même...
Ah ! Un texto ! Ce doit être ma belle Nadia qui se languit de moi ! Voyons un peu...

***

Le choc est brutal. La voiture de Damien heurte de plein fouet le petit corps vêtu de bleu qui s’envole au-dessus du véhicule. La légère cape rouge de Superman tentera, vainement, de ralentir la retombée sur l’asphalte.
La porte de la cantine était restée ouverte ce jour-là...

Recommandé
123
123

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Panda Bleu
Panda Bleu · il y a
Œuvre assez déroutante !
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.Cordialement, Arlo
Image de Zaza des montagnes
Zaza des montagnes · il y a
Je suis partagée entre l'horreur de la situation et la finesse de l'écriture.
Image de Korete
Korete · il y a
Effectivement le choc est brutal entre les monologues intérieurs des personnages et la conclusion. J'aime aussi beaucoup ces différentes visions d'un même événement. Mon vote
Image de Azalée
Azalée · il y a
Très bon texte sur l'égoïsme, l'illusion, l'aveuglement et l'indifférence des adultes (aussi bien la mère que le père...) Et c'est l'enfant qui en fait les frais, en souffrance dès le début... La chute est terriblement logique, mais je ne l'ai pas vue venir... +1
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
+1 ...trois voi(es)/(x) trois destins! Jme!
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
Un scenario pour la sécurité routière, mais horriblement efficace. Mon dernier vote dans cette catégorie. Un apprenti poète
Image de Joséphine
Joséphine · il y a
chute qui laisse sans voix, bravo
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toujours aussi finement tissé, des fils qui se croisent ...
Je réitère avec plaisir mon vote en finale.

Image de Angel
Angel · il y a
Mon vote pour ce bon texte, une jolie écrite qui relate merveilleusement bien cet instant de vie.
J'ai moi aussi une oeuvre en compétition, Je vous invite à venir en prendre lecture, merci d'avance.
Claquemurées :
Finaliste Histoires Buissonnières de patrimoines 2014

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Mère et fils

Albanne Riboni

Ton père a acheté une maison. Une belle maison avec un grand jardin. C’était un élément déterminant, le jardin. Un beau jardin verdoyant dans lequel tu pourras faire tes premiers pas, tes... [+]