La comparse

il y a
1 min
18
lectures
1

Longtemps, on rampe sur cette terre comme une chenille, dans l'attente du papillon splendide et diaphane que l'on porte en soi. Et puis le temps passe, la nymphose ne vient pas, on reste larve ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Assis au cœur du jeu, l'homme se leva soudain, délaissant dés pipés et billets froissés. Sous la paume parfumée du Havanais, le disque entama sa lancinante rotation ; au rythme délicieux de trente trois tours par minute. Acérée mais fébrile, l'aiguille grésilla, s'en allant tournoyer sans fin sur le sillon. La voyant arriver, le cubain huma sans ciller la fragrance aux forts accents indonésiens du sillage de Miss Lombard. Nul dessous n'ajourait la toison fauve de la star. Son entrecuisse, avide d'offrandes épicées, ne tarderait pas à s'embraser sous les baisers gorgés de mezcal.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
c'est chaud, parfumé et épicé ! :-) j'aime bien le sillon/sillage.

Vous aimerez aussi !