Cadence parfaite

il y a
1 min
8
lectures
0

Écrire, une passion  [+]

Assise sur une terrasse d'un café, je regarde une partition.

Quand j'étais jeune, j'allais à un cour de solfège. Pour tout dire, ça ne m'intérressait pas. Cadence plagale au Ve degrés notation septième de dominante... Je n'y allais que pour lui, ce graçon au cheveux noirs que je ne connais que de profil. Son prénom, je crois que je ne l'ai jamais su, il faut dire que mes oreilles n'écoutaient que le piano du prof qui rendait l'ambiance douce. Ses yeux, je pense qu'ils étaient vert, oui, vert émeuraude; qu'est-ce qu'il était calme... Il était toujours concentré sur sa feuille où il gribouillait des notes et des altérations. Personne ne faisait de remarques, pas même les prof, toute la séance se passait dans la mélodie du piano et tant mieux, car je pouvais rêver en paix.

Aujourd'hui, j'ai arrêté le solfège, et la musique aussi. Pourtant je rêve toujours en regardant une partition; j'en ai toujours une à ma portée pour me sentir bien quel que soit l'heure ou le lieu.

Je commande un café en regardant ma partition, une simple partition, mais pleine de souvenir, de sentiments et de mélodies infinies de piano. Soudain, une main se pause sur mon épaule et me fait me retourner, surprise. Un homme au cheveux noirs et aux yeux émeuraudes me regarde en souriant, et me dit: "On se connait, n'est-ce pas?"
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !