4
min

Bloody Mackenzie

Image de Mathéo Feray

Mathéo Feray

39 lectures

0

(à Jean-Yves Duchemin)

‘’ Quand l’âme de l’homme sera certainement en enfer, son corps reposera mensongèrement dans un tombeau toutefois coûteux ; à un moment ou un autre la porte doit s’ouvrir, alors le réprouvé sortira dans les vêtements abhorrés de la tombe ‘’ (Robert Louis Stevenson).

Le vent soufflait fort ce soir-là. Édimbourg, plongé sous le voile tonitruant d’une myriade de bourrasques, semblait tanguer au rythme des attaques forcenées de la météo. Ted Mitchell, clochard comme il en existait des milliers dans un système qui se préoccupait davantage de l’argent que des hommes, errait depuis plusieurs jours déjà dans les rues étroites de la cité fantastique. Ses membres atrophiés par le froid, ses loques crasseuses, sa barbe épaisse, offrait une image aussi pathétique qu’effrayante. L’homme n’avait qu’un objectif : trouver un endroit où dormir. Ce n’était guère chose aisée. Les hautes bâtisses, grisâtres, torturées et closes, offraient un aspect délibérément hostile à la ville. Que faire ? Le vagabond en était là de ses réflexions lorsqu’il entrevit une grille ouverte. Il s’approcha, caressa précautionneusement l’acier noirâtre de l’objet et poussa lentement le battant. Il s’apprêtait à pénétrer lorsqu’il aperçut un panneau, aussi sinistre que la grille...

‘’ Greyfriars Churchyard ‘’

Nulle doute. L’endroit ne pouvait être qu’un cimetière. Mitchell haussa les épaules. Après tout, les morts ne pourraient guère lui faire de mal. C’était des vivants qu’il fallait se méfier. L’homme arpenta d’un pas hésitant les premières allées. Les stèles, disséminées de manière anarchique sur la pelouse verdâtre, conférait un aspect médiéval à l’endroit. Mitchell n’en avait cure. Il fallait impérativement qu’il dorme. Quelques minutes s’écoulèrent ainsi, dans l’errance la plus totale, lorsqu’un immense mausolée surgit de l’obscurité. Il revêtait davantage l’aspect d’un immense gâteau d’anniversaire surmonté d’une cerise que d’un tombeau. Mitchell, surpris, s’approcha d’un pas hâtif, et considéra, avec une certaine impression, les immenses portes de la sépulture. On eut dit qu’elles renfermaient quelques démons, quelques créatures épouvantables des Enfers. Mitchell frissonna et sentit ses jambes s’alourdir davantage. L’angoisse était propice à l’épuisement, ce qui lui rappela qu’il devait impérativement dormir. Ni une ni deux, le vagabond força les portes du tombeau qui s’ouvrirent presque instantanément dans un grincement épouvantable ! L’homme se retrouva quasiment seul dans une pièce circulaire, dénuée du moindre ornement. Seul l’entrée d’une crypte, au sol, attira son attention. Triangulaire, elle offrait en apparence bien peu de possibilités. Vers quelles profondeurs menait-elle ? Mitchell s’interrogeait. Peut-être renfermait-elle quelques trésors ? Il prit la froide décision de s’engouffrer dans sa gueule froide et vorace, à ses risques et préils.

*

Le vagabond constata que les premières marches n’étaient pas d’une grande solidité. Les années avaient eu raison de leur vigueur. Aussi dut-il se rattraper plusieurs fois contre l’étroite paroi en pierres pour ne pas trébucher et risquer de se casser une jambe. C’était chose miraculeuse que sa lampe torche fonctionne encore ! Tandis qu’il s’enfonçait dans l’obscurité, il pouvait entendre des grincements lugubres percer l’extérieur. C’était le vent, à n’en pas douter. Mitchell sentit soudain qu’il buttait contre quelque chose. Il abaissa la lampe, vit distinctement le seuil d’une pièce, et pénétra sans l’once d’une hésitation. Il n’était pas au bout de ses surprises puisque le faisceau lumineux de l’objet manufacturé devait révéler trois cercueils parfaitement alignés. Trois bières en plomb du plus solide acabit qui semblaient avoir subi les siècles sans la moindre égratignure. Il devait sans doute s’agir de personnes très riches. Mitchell tenta de déchiffrer l’inscription qui trônait sur le premier cercueil...

‘’ Georges Mackenzie of Rosehaugh, Lord Advocate, died 8 May 1691 ‘’

Le mendiant esquissa un geste de satisfaction. Le macchabée avait sans doute quelques joyaux pour dormir avec lui et cela constituerait, à coup sûr, une somme d’argent incroyable ! Avec aplomb, Mitchell tenta de défoncer le couvercle. Une fois. Deux fois. Le lourd assemblage résistait à ses assauts acharnés. Il réessaya à nouveau. Mal lui en prit...

*

Lorsqu’il se réveilla, Ted Mitchell se trouvait ailleurs. Autour de lui, plus de cercueils ni de marches. Juste... des centaines d’ossements. Le mendiant se releva brusquement, saisit d’une indescriptible terreur. Il recula. Son pied heurta un fémur pourri, entraînant une nouvelle chute. L’homme ne put s’empêcher de réprimer un cri. Autour de lui, ce n’était que lambeaux de cadavres et touffes de cheveux... Un véritable océan de mort qui aurait suffit à effrayer le plus déterminé des Rambo ! Mitchell se releva à nouveau lorsqu’il sentit soudain une main invisible lui enserrer le cou. Un souffle glacial traversa la crypte et vint lui déchirer la face... une voix... pas aimable du tout...
« Qui es-tu ? »
« Je... je... »
« De quel droit profanes-tu mon tombeau ? ‘’
« Je... non... »
« Moi, Georges Mackenzie de Rosehaugh, te condamne à pourrir ici pour le restant de tes jours ! Écoutes donc ! »
Des cris, d’une violence inouïe, percèrent les tympans de Ted qui se débattait vainement contre l’emprise de la mystérieuse entité... Des centaines de cris, de femmes, d’enfants, de vieillards...
‘’ Tu les entends ? Ces connards de Covenanters qui croupissent dans les cellules d’à-coté ? Que Dieu me pardonne, moi, Bloody Mackenzie ! ‘’
Un souffle. Mitchell se retrouva plaqué au sol pour la troisième fois. Il perdit connaissance.

*

Le deuxième réveil intervint dans la crypte aux trois cercueils. Cette fois, c’en était trop. Mitchell décida qu’il était temps de déguerpir. Et sec ! Ni une ni deux, il remonta quatre à quatre les marches de la crypte, se retrouva dans la pièce circulaire et franchit les hautes portes, restées ouvertes. Ainsi dont, elles renfermaient bien des démons ! Et quels démons ! L’enfer par giclées ! C’était justement l’heure où Philip McPhee devait achever sa ronde. Il n’aimait guère ce moment, qui impliquait de passer devant le tombeau de Bloody Mackenzie. Il redoutait une quelconque attaque spectrale ou quelque chose comme ça... Quel ne fut pas sa terreur lorsqu’il vit, surgissant à toute bringue, un diable hurlant et bavant  ! Les deux hommes se frôlèrent et, terrifiés de leur brutale rencontre, se mirent à dévaler ensemble les allées du cimetière...

*

Quelques jours plus tard, le Scotsman devait se faire l’écho de cet incident, déclarant entre autres que le fantôme de Mackenzie s’était réveillé à grand fracas et que le 17 décembre 1998 resterait une date sinistre dans l’histoire du cimetière de Greyfriars. On raconte que depuis ce jour, près de 450 personnes auraient été agressées par l’esprit de Mackenzie ! Bleus, morsures, lacérations... Une chose est certaine : Jamais plus Ted Mitchell ne retournera dormir dans un mausolée.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,