Bienvenue au "Bar à Tine"

il y a
2 min
503
lectures
18
Qualifié

J’ai commencé par écrire de petits textes pour participer au défi mensuel de Babelio. Je me suis ensuite lancé dans la rédaction de nouvelles pour des concours, avec une publication dans un ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Par une chaleur de trente-huit degrés, nous arrivâmes au village où demeurait Augustine.
Augustine, la reine de la chopine. La tenancière de ce petit bistrot de l'arrière-pays corse méritait bien son surnom, ayant une certaine propension à lever le coude pour accompagner ses rares, mais très fidèles clients, tous d'un certain âge, voire d'un âge certain, à l'image de celle qui remplissait leurs godets. Mais ça, nous allions le découvrir plus tard, lors d'une mémorable soirée, copieusement arrosée à l'alcool de myrte et animée par un chœur polyphonique d'anciens bien imbibés. Les jeunes avaient quitté le village, les uns après les autres, pour chercher un ailleurs plus conforme à leurs envies et leurs besoins, beaucoup ayant cédé à l'attrait de l'argent facile que rapportaient de petits trafics au service d'un baron local, et la moyenne d'âge locale avait fortement augmenté depuis près d'une décennie.
L'origine de l'idée de faire un reportage dans ce coin perdu, pendant la période la plus chaude de l'année, se perdait dans les couloirs de M6, à Bastia. Mon fidèle cameraman et moi avions eu la chance, au tirage au sort certainement, d'être désignés pour réaliser l'interview de l'année.
Quelques semaines plus tôt, un petit cacou, parti faire fortune de façon peu licite, était venu se réfugier dans son village pour échapper à une bande de truands n'ayant pas apprécié de s'être fait délester par le garçon d'une somme d'argent non négligeable.
Augustine avait pris l'affaire en main, commençant par faire conduire le petit con à l'abri, dans une bergerie inaccessible aux non-initiés. Puis elle avait attendu l'arrivée des nervis. Lorsque trois gros durs se présentèrent à l'entrée du troquet, ils furent accueillis par quelques octogénaires armés d'antiques pétoires qui provoquèrent les rires des malfrats. Lorsque celui qui se trouvait le plus dans la ligne de mire se retrouva à terre, touché par une volée de plombs, la rigolade s'arrêta net. Les deux autres n'eurent pas le temps de sortir leurs armes, se retrouvant le nez collé à des doubles canons dont l'année de fabrication ne remettait pas en cause le pouvoir de destruction.
— On ne bouge plus une oreille, lança Augustine. La première salve était du petit calibre, quelques points de suture suffiront. Maintenant, c'est de la chevrotine. De quoi couper une jambe en deux. Alors, imaginez sur un autre endroit de votre anatomie.
Les valides ramassèrent leur copain et évacuèrent les lieux promptement pour échapper à ces fous furieux pas grabataires du tout.
— Qu'est-ce que vous croyiez, Messieurs ? Nous avons survécu à tout ce que la région a pu engendrer comme terreurs. Nous n'allons pas nous laisser emmerder par les premiers connards venus.
Malgré l'omerta régnant habituellement dans ces contrées, l'incident était arrivé jusqu'à notre rédaction, d'où notre présence à l'entrée du « Bar à Tine ».
Je dois avouer que c'est avec une appréhension certaine que Frédo et moi entrâmes dans l'antre de la reine de la chevrotine. Lorsque nous entendîmes « Ce sera quoi pour ces messieurs ? », ne pas voir sur la table des vieux les fameuses pétoires qui avaient, d'après la rumeur, mis en fuite quelques truands notoires nous rasséréna franchement. Et c'est d'un pas plus assuré que nous avançâmes pour un reportage dont je viens de vous donner la primeur, et une bière fraîche, bienvenue par trente-huit degrés à l'ombre.
18

Un petit mot pour l'auteur ? 21 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Besson
Patricia Besson · il y a
Bravo pour ce texte
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de agirlinindia C.
agirlinindia C. · il y a
Une promenade insulaire cocasse, que j'ai savouré malgré la chaleur ! Un salut depuis l'île-montagne.
Image de JEAN-MARC LIONNET
JEAN-MARC LIONNET · il y a
Merci. Désolé pour le temps de réaction.
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
je crois qu'il est inutile de tenter de baratiner Augustine et ses amis :-)
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ce petit récit narré avec vivacité m'a beaucoup amusée.
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’est mignon et ça ne mange pas de faux saucisson corse de cochon sauvage élevé en plein air et nourri aux glands de la forêt, je kiffe cet amusement vite réglé comme les truands vaincus par les pétoires (ne pas trop chercher la vraisemblance là-dedans tout de même, mais on ne boude pas son plaisir !)
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
De l'action et de l'humour, j'ai aimé.
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Oups ! Je reviens déposer le "j'aime" oublié...
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
On a la gachette facile là-bas ! Faut pas " rigoler " !
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Ouah! Avec Augustine, ça baratine pas ! Une lecture agréable.
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
C'est drôle, enlevé, on a l'impression d'y être ! Un bon moment de lecture, merci !
Image de JEAN-MARC LIONNET
Image de Florence Guillanne
Florence Guillanne · il y a
J'avoue avoir préféré votre dialogue, mais celui-ci a un style tout particulier qui accroche l'attention. Le langage est assez soutenu (donc mon cerveau fatigué a dû faire un petit effort de concentration pour conprendre haha ^^) Mais l'ambiance qui règne dans ce bar rempli de vieux fait sourire :)

Vous aimerez aussi !