Bianca chez le Docteur Kushima - 4

il y a
3 min
80
lectures
0

Marquise aime se jouer des mots autant que de la vie // Marquise likes to play with words as much as with life  [+]

CHAPITRE 4


Les mains de Kushima poursuivent leur ouvrage. Palpés, empoignés, étirés avec plus ou moins d'intensité, au motif de l'examen... et maintenant giflés, sans autre prétexte que la perversité révélée du médecin, ses seins s'échauffent et une chaleur se répand, inexorablement, dans toute sa chair. Bianca s'empourpre... Ses pensées se font confuses. Elle a envie de rassembler son énergie pour essayer de riposter mais aucun mot ne lui vient, sinon un vague gémissement qui sonne plutôt comme un acquiescement aux audacieux outrages du vieux gynécologue. 

Comment lutter ? Bianca n'a jamais su résister aux appels de son corps... Le problème est d'ailleurs bien plus vaste que cela et anime les conversations d'alcôve où sa gourmandise et son épicurisme sont au centre de l'introspection. Bianca croque et dévore... Bianca a trop peu de limites. Bianca vibre sa vie au gré des plaisirs qui s'imposent à elle comme le moteur de son existence... plaisir de la bonne chère, tout autant que de la chair ou même parfois des substances récréatives qui enjouent certaines de ses soirées. Sur le divan, les mots d'homéostasie, de sobriété ou de cadre la rébarbent... Après tout, la seule chose qui compte c'est qu'elle n'en soit pas esclave... En cela, elle est assez cohérente. Elle est née pour jouir... jolie contraction de jouer et rire. Si tout le mal est là, il fait beaucoup de bien.

Depuis longtemps Kushima l'amuse et la distrait... Elle s'est parfois interrogée sur sa connaissance des femmes, de leurs corps, de leurs secrets. En 35 ans d'exercice, peut-être en connaissait-il plus que les femmes elles-mêmes sur les mécanismes de leur épanouissement sexuel. Cette idée l'a souvent fascinée, excitée même. Elle qui avait envie de savoir... La voilà sous son emprise à deux doigts, ou presque, de l'érudition. 

Ces bouffées de lucidité teintées des premiers soubresauts de volupté qui la gagnent sont interceptées par la voix suave de Kushima. 

- Oh Bianca, chez vous tout fonctionne à merveille. J'avais eu l'occasion de vous le dire quelquefois. Vous êtes une vraie femme, de celles qu'on ne peut que désirer... Vos seins sont... magnétiques. Ils méritaient, pardonnez-moi, que j'en explore le potentiel érogène. C'est essentiel pour l'équilibre hormonal d'une femme en pleine forme.

- Vous me... Vous me surprenez Docteur, répond Bianca faussement balbutiante et me voilà un peu embarrassée de vous livrer des soupirs lascifs sous la pression habile de vos mains, pourtant si professionnelles...

- Mais cela fait partie intégrante de l'examen, voyons, belle enfant... Ce n'est que pur enchantement que l'expression exquise de cette saine féminité. Je vais si vous le permettez, poursuivre la consultation en ce sens. Me faites-vous confiance, Bianca ?

- Je vais vous faire un aveu, Docteur, je me suis toujours demandée si les gynécologues étaient des amants hors catégorie ou si au contraire, leur connaissance minutieuse des femmes n'en faisait que des horlogers de l'anatomie féminine. 

Mordante et provocante, son regard défie celui de Kushima, se jouant de la situation avec délices. Les yeux bleus du médecin sont animés d'une lueur profonde. Elle y reconnaît ce brin d'espièglerie qu'ils ont en commun et y décèle aussi une vive hardiesse probablement décuplée par sa nudité plus offerte qu'à l'accoutumée. Soudain tout est possible... 

- Ma petite chérie, 10 ans que je vous connais, que je vous regarde, que je vous écoute et que, accessoirement, je vous ausculte... Cela fait un moment que nous jouons au chat et à la souris... et que vous vous appliquez avec une joie toute naturelle à réveiller le vieux matou que je suis... 

Il a soufflé ces mots doucement dans le creux de son oreille avant d'y déposer un baiser et la jeune femme comprend que le jeu est en train de prendre une tournure différente. Les caresses sont venues remplacer la douce torture qu'il exerçait sur sa poitrine. Elle frissonne. La situation est excitante, son désir de plus en plus humide. Elle réclame sa bouche qu'il lui offre à son tour. La langue qui l'explore lui fait l'effet d'une verge qui la déflore et fait sursauter ses reins. 

- Docteur, m'abandonnerez-vous vos secrets ?

- Lesquels, ma douce ?

- Ceux qui font vibrer les femmes ? 

- Je ne suis pas certain d'avoir beaucoup à vous apprendre, belle enfant. Votre éducation sexuelle est déjà très développée... 

- Et vous, Bianca, me ferez-vous l'honneur de votre confiance ?

- Elle est acquise, Docteur.

- Alors laissez-vous aller... quoi qu'il arrive, Bianca, quoi qu'il survienne, laissez-vous faire.

Un peu interrogative, mais sonnée par le désir assourdissant qui empoigne ses entrailles. Bianca consent sagement.

Kushima baise sa bouche et étend ses mains sur son buste. Il la masse énergiquement et c'est encore une vague irradiante qui la submerge. Elle ne voit pas que le bon vieux docteur a activé la sonnette d'appel et surprise constate soudain que quelqu'un vient d'entrer dans l'antre du cabinet. Son corps palpite et sa chatte dégouline, déjà indécente. Quel spectacle offre-t-elle ?

 

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]