Belle mère, comme je t'adore

il y a
4 min
3
lectures
0

maman de deux enfants, ancienne assistante ressources humaines, adore lire et écrire  [+]

Elle est enfin grand-mère, son fils l’a appelé tout à l’heure.
"Ne viens que demain maman, il est tard, ma femme doit se reposer."
Elle a ravalé sa tristesse et sa colère à l’annonce de cette excuse, cinq minutes ce n’est pas grande chose à donner non ?!

Alors, oui !
Les mères et leurs fils, c'est une question de filiation unique. Quand le fils épouse une jeune femme, celle ci quelqu'elle soit n'aura jamais sa place...qu'elle la prenne ou pas.
Pourquoi ?
Car la belle mère chante les louanges de l'ex copine, celle qu'elle aurait aimé avoir comme brue.
Et oui, mesdames. Les belles mères et la délicatesse, çà fait trois. Elles sont brutes de décoffrage et
n'ont aucune empathie envers toi qui vient d'arriver dans la famille. On te fait bien sentir, bien comprendre dès le départ que tu es une pièce rapportée et que le principal est que tu amènes un jour des enfants qui seront ses petits enfants.

Alors, voilà avec quoi je démarrais comme bagages verbales quand j'ai rencontré Florent la première fois. Il est l'ainé d'une fratrie de trois. Un frère banquier et une demi soeur secrétaire.

Et lui, Florent..il était intermittent du spectacle. Acteur à part entière.
Il travaillait en création de spectacle. Une passion pour cet homme que j'allais rencontré quelques années après le début de sa carrière d'artiste.

Je me souviens, c'était un mois de mars. Je venais de fêter mes un an de mois de célibataire. Ce qui était exceptionnelle pour une fille comme moi qui avait un tableau de chasse à son actif.

*

Je me souviens. C'était vendredi soir. Happy Hour. Je prenais un verre de rosé avec Sophia Lebarth. Une amie de longue date. Elle me versait ses déboires avec sa belle mère Irène. Sara, Elza et Imona allaient arriver, elles aussi avaient tant de choses à partager.
Nous étions de vraies amies, perdues de vue depuis de longues années. Le décès de Tatiana, une de nos amies avait décidé autrement. Nous, nous réunions maintenant une fois par an le temps d'un week-end sans nos familles respectives, nos enfants, nos maris. Juste nous, notre sensibilité de femmes et un sujet qui n'était pas tabou pour nous : la belle mère....qui prenait une place importante dans nos pensées, notre quotidien organisé ou désorganisé.

Sophia n'en pouvait plus. Elle avait à peine 39 ans. Mais l'horloge biologique parlait déjà. Elle voulait un enfant avec Pascal mais un frein l'en empêchait.

Sans retenue et sans aucun masque, Sophia me délivra avec sa sincérité cette relation qui l'a rongé :

- Déjà bravo à toi, Amelia. en effet, quelle maturité! Quand tu me racontes le lien que tu as avec elle, j'en suis encore bien loin. En décembre, ma belle-mère est venue passer une semaine chez nous, et pendant une semaine, je l'ai entendue chanter les louanges de l'ex-femme à mon chéri Pascal. Une ex-femme qui lui pourrit la vie qui visiblement pour ma belle mère est la femme parfaite. Working girl, pro du ménage et qui dansait le tango comme une déesse.
Le dernier soir, ma belle mère est allée jusqu'à me montrer une photo d'Anna, l'ex de Pascal sur son téléphone en me disant "Regarde comme elle est belle!" .
J'ai été très choquée et blessée au fond de moi qu'on me compare à celle d'avant. Pascal a pourtant mis le holà, lui a expliqué que c'était moi qu'il aimait, il s'est fâché, rien n'y a fait. Ça fait 4 ans et demi que nous sommes ensemble maintenant. Elle ne s'est pas excusée le lendemain avant de partir. Bref, sans commentaire....


Je venais de lui dire ceci :

Ma belle mère, je l'accepte comme elle. Elle est comme ma mère, avec ses qualités et ses défauts. Je ne peux que la remercier d'avoir mis au monde Florent. Sans elle, je ne l'aurais pas comme époux prêt de moi. Alors, oui elle peut me comparer sans aucune délicatesse à une ex de florent. Je suis là maintenant. Ma légitimité est là, même si elle ne l'accepte pas. Alors, oui je suis de couleur. Alors, oui je m'exprime parfaitement dans la langue du pays. Alors, oui je suis enceinte et j'ai célé mon pacte avec son fils par un bébé. Elle ne l'élevera pas comme son fils. Ce sera son petit fils et c'est tout. Elle lui transmettra ses gouts, ses passions de vie et son expérience sous mon regard équitable et bienveillant. Rien ne sera décidé de sa part pour l'éducation que nous offrirons son fils et moi. Oui aux conseils, oui au partage, oui à la bienveillance et à l'échange des expériences et des leçons qu'on en retire. Car, je pars du principe que l'on appartient à la vie et qu'on a toutes et tous à apprendre les uns des autres.

La vie et la belle mère sont à prendre avec diplomatie, comme quand on gère une entreprise. Y a les sauts d'humeur, les moments d'authenticité, les coups de gueule, les freins, les élans...c'est une relation microcosmique avec des états et des comportements parfois dévastateurs...euh, j'ose dire un peu comme parfois on peut l'être en tant que femme parfois...

*

Quand Sara arriva, elle enchaina avec son expérience. Sanguine, italienne comme elle l'était et j'adore, elle nous partagea son expérience sans demi mesure :

- Ma 1ère belle-mère me considérait comme une opportuniste, comme celle qui ne s’intéresse qu'à l'argent. Elle pensait que j'avais épousée son fils et que j'étais enceinte de lui pour cette raison :) :) :) Elle critiquait tout ce que je faisais, du début de notre relation jusqu'à la fin. Elle prenait un malin plaisir à fouiller dans mon sac à main pour prendre mes affaires, mon téléphone, voir les appels en absence, les appels non répondus....Je l'ai su bien des années plus tard, lors du divorce avec Marco. Quant à ma 2ème belle-mère, elle me critiquait parce que je ne faisais pas le ménage de fond en comble, la vaisselle chaque soir et que je ne faisais pas mon lit chaque matin. Aujourd'hui, j'ai pris du recul mais m'a fallu des années de folie, de larmes, d'acceptation de moi pour comprendre que maintenant je vis pour moi. Donc les belles mères, moi je m'en fou !

Sara est et restera la rebelle de nous toutes. 3 maris à son actif, 2 enfants, 3 belles mères défuntes et aujourd'hui elle est libre comme l'air car elle divorce bientôt.


Quand elza princieno de lisbonne atterit, elle mit vingt minutes de l'aéroport pour nous rejoindre sur paris au centre ville.

Quand elle commence, tout le monde rit :

- Alors, oui ! Les mères et leur fils, c'est quelque chose. Off ! Pas drôle du tout. J'ai eu trois belles mères poules et toxiques. Toutes les trois, fidèles à elles mêmes. Toutes dans la possessivité pour leur chère fils. On dirait qu'on leur a piqué leur mari ! Incroyable ! Avec moi, bizarrement elles étaients gentilles et me respectaient juste car je les aimais telles qu'elles sont.
Et même après leur décès toutes deux.
?
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,