Balades à Nkoteng

il y a
3 min
36
lectures
1

Je suis un jeune camerounais, enseignant de Lettres Bilingues (Français/Anglais). Amateur de littérature et belles lettres  [+]

Il est dans l’Afrique en miniature, bordé de fleuves, rivières et verdures succulentes, un cœur qui bat, un pays qui vit et une âme qui exulte de bonheur et de plaisir. Entre ce peuple qui danse, ces herbes qui fleurissent, sont coupées et se régénèrent, ces enfants qui sucent et exultent, cette poussière qui s’élève, ce ciel sirupeux, ce camion qui ronfle et ce ballon qui rebondit, il y a cette femme, cette mère, cette ville : NKOTENG.
Je voudrais, et que cela me soit permis, je voudrais, disais-je, classer cette ville qui grandit et qui nous a grandis au panthéon des villes-berceaux de civilisations réussies, villes-creuset de valeurs palpables. Pour la découvrir, vous accepteriez parcourir les kilomètres qu’il faut. Si vous en avez convenance, suivez le guide, la ville vous accueille.
Paradis sucrier, expression parfaite du cosmopolitisme, Nkoteng, Nkoteng La Sugar Valley vous accueille le paysage tout vert. Verdure riche, verdure nourricière, verdure économique, puissance sociale et intellectuelle. Si je pouvais parfaitement le faire, je vous décrirai cette espace qui ne répand et ne propage que la joie, le bien-être, la vie, le succès et la réussite d’une population épanouie. Ambiance de ville, ambiance de tout un pays qui vit et respire la vie d’un poumon économique fort, d’une matière grise à l’assaut triomphant.
Je te célèbre toi, cité exemplaire qui donna au pays de jeunes travailleurs qui conquirent le poing levé et firent leurs toutes les réalités de notre triangle. Je célèbre ton hospitalité légendaire qui servit à Djopkréo, Vroumdamssou, Maîlasso un espace qui devint leur terroir, regarde comment par milliers ils s’épanouissent !
Je te célèbre O ville nourricière ! dans ton flanc est planté un bâtiment haut de gamme, poumon d’une ville qui réverbère à la fois ton hospitalité, ta bravoure, ton audace et ta conquête saine d’une renommée qui saura ragaillardir tes enfants à te constituer une stèle, véritable satisfécit, qui dira au monde dans un style lapidaire qu’il y a dans une Afrique en miniature, un véritable monde qui bat et respire l’envie de rendre plus productive la terre que tu as et l’éther que tu es ; tu es Nkoteng Le Satisfécit.
Je te célèbre O femme qui donne au pays une démographie, véritable représentation d’une intégration nationale au modèle unique. Ta fertilité a brisé les théorèmes sataniques qui déclaraient impossibles les mariages intertribaux. Toi, femme fertile, mère génitrice, femme fidèle as traversé la limitation tribale qui savait anglophones les onomastiques telles Suh, Angwafor ; limitation tribale qui disait bamileké Kenfack, Donfack, Ngougni ; qui disait Tupuri Yonga, Lawé ; qui disait wadjo Hayatou, Bachirou. Dans ton sens élevé de l’acceptation, tu fais tomber ces limitations et donnes au concept d’intégration nationale des camerounais complètement intégrés, tu fais des Ngono Kenfack, Beyala Yonga, Hayatou Angoula, Tchounang Ebolo, Suh Soumbou, Gwet Angwafor.
O ville aux potentiels économique, politique, social, démographique et intellectuel prouvés, qui dira à la postérité ton hospitalité !
O ville à forte concentration tribale, véritables frères du même géniteur, qui dira et inscrira ton nom au Panthéon des villes patrimoines et berceaux d’une civilisation au meltingpotisme à élans sains et expression véritable de l’intégration nationale à marque déposée : Nkoteng La Cosmopolite !
Ville aux atouts pastoraux, agricoles et culturels imbattables, qui dira aux mythes sinon Toi ta capacité et ta qualité à donner au Cameroun des produits d’une originalité exceptionnelle !
O ville, creuset national de talents sportifs, vecteur incommensurable de notions d’unité, de vivre-ensemble, d’acceptation, qui dira aux pères fondateurs sinon toi-même tes valeurs nationales, ton souci de donner au Cameroun une jeunesse et une population encrée dans le respect des idéaux de paix et d’unité ! Tu as su donner au pays Kongba Emile, Si Emini, Ambara, Atsamgbwa, Ndzana, Eyebe, Drogba Mbeleg et bien d’autres qui vendirent et vendent cher ton talent extraordinaire !
Ville de rêve, foisonnement de potentiels, de potentialités, d’atouts, d’acquis, de savoir-faire, de savoir-être, réverbération sans pareille d’un carrefour mythique du savoir national, qui dira sinon toi, ta part active à la contribution, à la vie intellectuelle du pays ton apport au débat cognitif, que de ton flanc ne cessent d’émerger d’autres Sali John, Jean-Baptiste Bodo, Saint-Pierre Mérimé Nkembé, Robert Tobkobé afin que soit inscrit ton nom au panthéon des Villes-Mastondontes Intellectuelles avec pour qualité incontestable : Nkoteng_L’Intelligentsia !
Si un jour je pouvais écrire et que mes mots pouvaient tout dire, je ferai pour toi une apologie véritable qui ne se limiterait pas à te célébrer mais qui inclurait également des aspects importants de tes capacités prouvées devant lesquelles il t’est servi en respect, panégyriques mérités : Nkoteng Le Paradis.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marck Ndengué
Marck Ndengué · il y a
Trés bon texte.Felicitations et surtout Merci de placer nkoteng au rang de pantheon

Vous aimerez aussi !