2
min

Babylone

15 lectures

0

Les hurlements retentissent,dans la cage d'escalier,une femme est projetée contre la porte de l ' ascenseur ,son mari la jette dehors,sans vêtements, sans rien.Elle porte juste sa petite robe d été et une paire de sandales.La veille il était rentré très éméché, elle lui avait réclamé la argent pour le loyer.la gifle monumentale était partie, sans qu 'elle puisse l 'esquisser.Amina deviendra quelques années plus tard ,un symbole, des violences faites aux femmes.Un voisin sort en tee shirt sale,décoiffé et malodurant, se rue dans la cage d' escalier pour faire cesser tous ces hurlements.Manon ,elle ,descend à toutes jambes dans l 'escalier ,l ascenseur est encore en panne ,son petit ami l 'attend en bas de l immeuble.Elle écoute ,nirvana ,le groupe grunge, des États unis dontu elle a adopté le style si particulier,ses jeans sont savamment troués, ses cheveux sont très en pétard, mais ,elle est si joyeuse ce matin.Arrivée en bas, elle embrasse son petit ami qui aussitôt la repousse,lui crie dessus ,elle recule,ne comprend pas,alors elle essaye de s 'expliquer mais impossible,Thibault devient fou et se rue sur elle ,lui arrache ses écouteurs jette au sol le mp3 et l' écrase de ses doc.En larmes Manon s'en fuit court ,et heurte au passage la voisine du 4eme, celle ci si souriante si gentille a une mine défaite, n' a plus l' air d'être elle même, mais Manon gravit à toute jambes les escaliers, pour se réfugier chez elle et se plaindre à sa mère. La voisine du 4 eme ,si gentille si souriantévêché tout le monde était en matin là descendue dans les sous sols pour se débarrasser de bouteilles de soda, de cartons impossibles à jeter dans le vide ordure,d'un pas alerte elle descendit les es allers de béton, zut plus de lumière !!!.Peu rassurée, elle se dirigea à tâtons vers les bennes,et lança dedans les déchets, mais , soudain ses bras furent encerclés par celui de 'un homme qui les maintenait dans une étreinte mortelle paralysant tous ses mouvements,et de l'autre main il releva sa jupe fit glisser sa culotte,elle ne pût esquisser le moindre mouvement tant le bras qui l 'enserrait lui faisait mal.En deux minutes, il en avait fini d 'elle .Elle s enfuit alors en courant ,ferma la porte derrière elle,assise sur son lit en état de choc,se répétant mentalement "non je n 'ai pas été violée, non je n 'ai pas été violée ".De l' autre côté de cet immeuble ,un autre quartier plus élégant s'étend pour devenir le coin le plus prisé de la ville.La maison est cossue ,une femme allongée sur son lit ,pleure doucement ,son ami dessère sa cravate, et lui jette un regard de mépris. Une goutte de sang perle sur sa chemise de soie formant une étoile, sa tête n est plus qu'un épais brouillard,elle ne ressent plus rien .Après ce coup porté au visage, elle s'enfuit dans l 'autre monde,doucement,elle s'éteint. "Tu m' as déçu !!!Tu,n'as pas joué le jeu"lui crié t 'il en arpentant à grandes enjambées la chambre conjugale. Le lendemain matin ,il veux la réveiller, la secoue ,l'appelle plusieurs fois par son prénom, mais son corps est déjà froid.

Thèmes

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,