Image de SpeedyChat

SpeedyChat

32 lectures

6

Elle va au cimetière pour parler avec le fantôme de sa défunte mère. Ça peut paraître étrange mais il faut savoir quelque chose :
Talia voit et peut parler avec les fantômes des morts. Ce don la rend unique. Au début, elle avait du mal à faire la différence entre réel et imaginaire, mais finalement elle s'y est habituée. Elle avait aussi du mal à savoir quoi dire à des fantômes mais elle s'est vite rendue compte qu'elle pouvait leurs parler normalement, de la pluie et du beau temps. Après tout, les morts ont été vivants, ils ne sont en fait pas tellement différents de nous.

Donc, elle arrive au cimetière lorsqu'elle voit un esprit qu'elle n'avait jamais vu au par avant. C'est un jeune homme d'environ son âge, seul, assis sur une tombe. Elle s'approche de l'homme et lui dit :
"Bonjour, je peux vous aider ?"
Il sursaute, se lève et tourne vers elle un beau visage, pâle, comme c'est un fantôme et balbutie :
"Vous... vous pou-pou... pouvez me voir ?
-Oui, je peux voir et parler avec les fantôme depuis la mort de ma mère lorsque j'avais 8 ans. J'en ais désormais 23.
Et vous, savez-vous à quel âge vous êtes mort ?
-Mais je ne suis pas mort.
-Pardon ???!
-Je suis immortel car je ne suis pas né..."
Talia est abasourdie, elle ne comprend pas...
"Comment ça, vous n'êtes pas né ?!
-Eh bien, Ils ont voulu me faire naître mais j'ai refusé. Je ne voyais et ne vois d'ailleurs toujours pas à quoi ça sert de vivre si c'est pour mourir à la fin ? Ils se sont énervés et pour me punir, Ils m'ont envoyé ici en tant que fantôme jusqu'à ce que je change d'avis et que je trouve une raison de vivre.
Cela fait 25 ans et je n'ai toujours pas trouvé...
-Et qui sont Ils ?
-C'est un secret et ce n'est pas important. Ce qui est important c'est ce qui est fait, pas qui le fait, non ?
-Si, je suis d'accord avec vous. Et ce qui n'est pas important n'a pas besoin d'être su.
-On peut se tutoyer, non ? Et au fait : Ils m'ont appelé Martin.
-Enchantée, moi c'est Talia. Bon écoute, il faut que je rejoigne le fantôme de ma mère mais je passe souvent donc on pourra se voir !
-D'accord. Bonne journée.
-Merci, à toi aussi."
Elle lui fait un signe de la main et va voir sa mère.
"Salut maman !
-Bonjour ma chérie, comment vas-tu ?
-Bien maman, bien !
-J'ai vu que tu discutais avec ce jeune homme, là-bas. Il est gentil ?
-Il a l'air. Et il se pose une question qui m'intrigue : Pourquoi vivre, si c'est pour mourir après ?
-Effectivement, c'est une question qu'il est bon de se poser et on se la pose souvent trop tard..."
Elles discutent encore un peu et Talia part.

Cette nuit-là, Talia rêve de Martin.

Le lendemain, elle retourne le voir. Le surlendemain aussi.

Ils deviennent amis et aiment bien parler ensemble.

Un jour Martin lui demande :
"As-tu peur de la mort ?
-Non, pas vraiment. La mort est la seule chose inévitable dans la vie. C'est la seule certitude que l'on peut avoir. Et puis, ça fait partie de la vie, c'est comme le prix à payer pour avoir vécu.
-Hm hm..."

Les deux étranges personnages se voient beaucoup. Talia va tout les jours au cimetière, dès qu'elle le peut. Un jour sur deux elle va voir sa mère et un jour sur deux, Martin.

Alors qu'elle discute avec sa mère, celle-ci demande :
"J'ai l'impression que tu t'es beaucoup rapprochée de se garçon, de cet esprit. Vous êtes amis ?
-Oui.
-Hm... Et, euh, il y a une rumeur qui court comme quoi il serait fou. Penses-tu que c'est vrai ?
-Non, bien-sûr que non. Il n'est pas fou, qu'est-ce qui fait croire ça ?
-Il parait qu'il prétend ne pas être mort et même ne pas être né.
-Mais c'est vrai.
-Comment ça, c'est vrai ? Ma fille, tu es folle ?!
-Mais non ! Ça peut paraître fou mais en même temps, si je dis à quelqu'un que je peux voir des fantômes, tu crois qu'il va réagir comment ? Et pourtant tu sais que c'est vrai ! Alors, au point où on en est, on peut tout croire ou presque !
-T'a raison, en fait.
-Et oui, encore !
-Toujours ma fille, toujours... Mais, ça va les chevilles ?!"
Elles rient ensemble. Sa mère lui manque. Talia a de la chance de pouvoir la voir et parler avec elle mais elle aimerais parfois la prendre dans ses bras. Elle a beau être morte prématurément, Talia s'était beaucoup attachée à elle, elle se souvient de presque tout les moment passés en famille.
Et quand elle regarde sa maman, elle voit tout l'amour que celle-ci a pour elle.

Le lendemain, c'est la date de sa mort. Talia ne va jamais la voir ce jour-ci. Elle ne sais pas pourquoi...
Mais cette année, elle va quand même au cimetière pour voir Martin.
Lorsque elle arrive elle lui dit bonjour. Il lui répond :
"Laisse-moi ! Je suis en colère et je ne veux parler à personne !
-Ouhla... Tu sais, à moi tu peux me dire tes problèmes..."
Il lève les yeux vers elle et la regarde. Elle a un air inquiet sur le visage, et il la trouve encore plus belle que d'habitude. C'est peut-être dû au fait qu'il est ému que quelqu'un s'inquiète pour lui, mais il finit par céder dans un soupir agacé :
"Mais j'en ai marre ! Tout les autres esprits me regardent comme si j'étais un fou ou un extraterrestre quand je leurs dis que je ne suis pas encore né ! Et pourtant c'est vrai, ils pourrait essayer de comprendre ! J'y peux rien si je suis différent ! Et c'est pas ça le pire : Le pire c'est toutes les rumeurs qui courent sur moi !
-Les humains ont malheureusement peur de la différence... Et théoriquement, comme les fantôme étaient des humains, leur caractère et éducation est restée.
-Tu es humaine, donc ça veut dire que tu as aussi peur de moi ?
-...
- Répond !
- Hé, calmes-toi, bon sang ! Bien-sur que non, je n'ai pas peur de toi ! Premièrement, je suis aussi différente des autres humains, je te rappelle, alors je comprends ! Et deuxièmement, tu crois vraiment que si j'avais peur de toi, je serais là, en train d'essayer de te calmer alors que c'est l'anniversaire de mort de ma maman et que je n'ai qu'une envie : Me blottir sous ma couette et pleurer en me lamentant sur mon sort !? J'ai beau avoir la chance de pouvoir la voir, ce n'est pas vraiment elle et puis ça ne sera jamais plus comme avant ! Elle me manque, mince !!!" Talia avait haussé le ton jusqu'à crier. Maintenant, elle pleure et ils sont tous deux en colère.
Elle tourne les talons et part du cimetière d'un pas rageur.
Comme elle vient de le dire, aussitôt arrivée, elle se blottit sous sa couette, pleure pendant encore une heure et demi et finit par s'endormir.

Deux semaines. Ça fait deux semaines que Talia et Martin se sont disputés et ils n'ont toujours pas parlé depuis.
Chacun le vit mal... Sans s'en rendre compte, ils en sont arrivés au point où l'un a besoin de l'autre. Le seul point positif est que Talia passe moins de temps au cimetière et qu'à la place, elle fait des heures supplémentaires à la pharmacie où elle travaille. Elle a plus d'argent et peut donc vivre plus aisément. Mais l'argent ne fait pas tout le bonheur... La nuit elle ne dort pas bien et le jour elle essaie de se fabriquer un masque souriant plus ou moins crédible pour les clients de la pharmacie. Mais en réalité, elle est triste et mélancolique. Elle se surprend même à se demander pourquoi on devrait payer le prix qu'est la mort, si on a pas eu une vie qui nous convient ? Mais dans ce cas, la mort peut être une libération...

Donc, ce jour-ci, deux semaines après la dispute, elle va voir sa mère.
Elle avait bien pris soin de revêtir son masque mais sa maman est beaucoup moins dupe que les clients de la pharmacie, même si elle n'est qu'un fantôme. Cependant, celle-ci ne fait aucune remarque et décide de laisser sa fille se débrouiller seule.

Lorsque Talia part, elle entend crier son nom. Elle se retourne et voit Martin courir vers elle. Son cerveau lui dit de partir mais son cœur lui souffle de rester. Elle ne peut s'empêcher d'écouter son cœur et attend qu'il arrive près d'elle. Il dit, essoufflé :
"J'en peux plus ! Je te demande pardon ! J'ai agi bêtement, j'étais emporté par ma colère. Mais pardonne moi, ça a assez duré, j'ai... j'ai besoin de toi, tu me manque..."
Elle est surprise. Elle ne veut pas lui pardonner, mais elle sait pertinemment qu'elle ressent la même chose que lui et qu'au fond d'elle, elle ne veut qu'une chose: le pardonner. Il continue :
"Aller, s'il te plaît... Je te promet que je m'efforcerais de contrôler ma colère... Mais redevenons amis."
Elle fond au fur et à mesure qu'il parle.
"Je t'en supplie..." Ce dernier murmure termine de l'achever et elle craque :
"Moi aussi, je suis désolée, je n'aurais pas dû te crier dessus. Et tu me manque et je te pardonne."
Il soupire, soulagé, et un sourire se dessine sur ses lèvres. Elle s'approche de lui et le prend dans ses bras. En réalité, elle ne prend que de l'air dans ses bras, d'ailleurs si quelqu'un la voyait, elle aurait sûrement droit à l'asile, mais elle a l'impression de le sentir. Pareil pour lui.

Les jours suivant, Talia est de nouveau heureuse et Martin aussi. Leur relation est redevenue comme avant.

Un soir d'hiver, alors que Talia marche, elle voit un homme - un vrai - sur le trottoir en face du cimetière.
Automatiquement, elle pense à Martin et se dirige vers le cimetière. Elle ne s'en rend pas vraiment compte mais elle pense presque tout le temps à lui. Chaque endroit, chaque personne, chaque odeur, chaque parole dirige ses pensées vers lui. Elle arrive devant le grand portail en fer forgé du cimetière quand soudain elle sent une main froide lui attraper fermement le bras et la tirer en arrière. Elle se retourne et se retrouve face à l'homme du trottoir d'en face. Il la frappe et elle pousse un cri de surprise et de douleur. Elle le regarde et voit que ses yeux sont injectés de sang. Il est drogué... Talia commence sérieusement à avoir peur, elle se débat mais il lui redonne un coup de poing violent dans le ventre. Ça lui coupe la respiration pendant quelque secondes et elle s'écroule à terre, incapable de sortir un son. Il crie :
"Je lui avais promis que je veillerai sur elle, que je ne laisserai personne lui faire de mal. J'ai manqué à ma promesse une fois, une SEULE FOIS ! Et ça a suffit à l'envoyer ici, au cimetière. Alors je ne manquerais pas une deuxième fois à ma promesse !"
Talia est à terre et il lui donne des coups de pied.

Alarmé par les cris, Martin accoure au portail et lorsqu'il voit l'homme frapper Talia, le sang qu'il n'a pas ne fait qu'un tour.
Il se rue sur l'homme et pendant sa course, une lueur blanche apparaît autour de lui, avant de s'amplifier.
Arrivé devant l'homme, il le roue de coup et finit par l'assommer. Mais... Comment est-ce possible ?
Il se rend soudain compte qu'il sent le sol sous ses pieds. Il touche son torse et sent un cœur battre en dessous. Puis il regarde Talia, qui est toujours assise parterre et qui reprend doucement son souffle, et il comprend qu'il a trouvé sa raison de vivre.
Il la lève et la colle contre son torse. Elle surprise mais ne dit rien.
Il prend le visage de sa bien-aimée entre ses doigts et soude leurs lèvres dans un baiser plein de douceur, de tendresse et d'amour.
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred
Fred · il y a
j'ai adoré,bravo
·
Image de SpeedyChat
SpeedyChat · il y a
Merci, cela me fait très plaisir !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Du fantastique au réel, votre récit prend est bien mené et m'a tenue en haleine d'un bout à l'autre, même si j'ai vu venir la chute . . . Belle histoire d'amour à l'envers aussi car ici c'est le prince qui s'éveille grâce à sa belle . . . j'ai bien aimé !
"Majeure" est aussi une nouvelle à chute . . .vous laisserez-vous tenter ? Au plaisir !

·
Image de SpeedyChat
SpeedyChat · il y a
Merci pour votre gentil commentaire ! Je verrais cela demain !
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
A demain donc, bonne soirée !
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
De belles réflexions philosophique sur la vie et la mort à travers ce récit surnaturel !
·
Image de SpeedyChat
SpeedyChat · il y a
Merci beaucoup pour ce gentil commentaire !
·
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Une imagination débordante!! Bravo!
·
Image de SpeedyChat
SpeedyChat · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Jolie narration. Belles images poétiques. Continuez ainsi.
·
Image de SpeedyChat
SpeedyChat · il y a
Merci beaucoup !
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

NOUVELLES

Les premiers rayons de l’aurore colorèrent de rose les ailes de quartz transparentes du papillon. L’insecte déroula délicatement ses antennes spiralées et battit des ailes avec ...

Du même thème