6
min

AU NOM DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Image de Marie

Marie

58 lectures

21

Lunac, petit village du Lot-et-Garonne, février 1971.

Léon Manciet n’oubliera jamais ce jour de février 1971 lorsque, rentrant pour déjeuner après une matinée de labeur, il découvre, posée sur le buffet de la cuisine, une lettre de la Préfecture de Lot-et-Garonne. Ce courrier l’informe qu’une partie de sa propriété va être amputée par un programme autoroutier.
Comme tous les villageois, Léon a entendu parler de ce projet, sans vraiment oser y croire.
Pourtant, cette fois, c’est officiel. Cette nouvelle voie rapide sera bel et bien construite dans les années futures. Elle reliera Bordeaux à Toulouse en un temps record.
Lunac est un paisible village de trois cent cinquante âmes, bâti tout en longueur sur le sommet d’une colline. Au pied du patelin, s’étend une plaine fertile et luxuriante, dans laquelle on cultive des céréales, du tabac, ainsi que des arbres fruitiers. Au printemps, cette variété de cultures fait naître une mosaïque de couleurs bigarrées qui laisse s’envoler de sublimes senteurs.
La ferme de Léon se situe au fond du bourg, sur un petit tertre. De ce promontoire, on domine l’étendue des champs en contrebas, le verdoiement des arbres ainsi qu'une diversité de paysages concentrée à ses pieds, tel un cadeau de la nature. Le dimanche, Léon aime s’asseoir sur son souquet* en chêne, placé en haut du talus. De ce lieu d’observation privilégié, il contemple ses cultures, mais aussi celles des parcelles environnantes, histoire de supputer un peu l’abondance des prochaines récoltes.
Non loin de là se trouve le départ d’un petit chemin en terre, qui descend en pente douce dans cette plaine, puis serpente entre les champs de blé, de maïs ou de luzerne et se perd au milieu des cultures. Nombreuses sont les générations de Manciet à l’avoir foulé jadis pour aller travailler leur bien. Seul, face à cette étendue, Léon aime se remémorer cet ancien temps, quand il était gamin et qu’il descendait en courant ce chemin pour rejoindre son père et son grand-père déjà au labeur.
Autrefois, cette campagne respirait calme, prospérité et quiétude. Seul le chant d’un laboureur venait parfois troubler ce silence. Alors aujourd’hui, il ne peut pas croire que dans quelques années ce paysage familier aura disparu à jamais et laissera place à des automobiles.
À Lunac, tous les habitants sont vent debout contre le projet, ils n’acceptent pas que leur plaine soit ainsi défigurée, et leur propriété morcelée par cette nouvelle voie. Ils veulent des explications.
La gronde enfle de jour en jour. Pour calmer les esprits, déjà très échauffés, monsieur le maire a décidé d'organiser une réunion publique avec les autorités compétentes.
C’est ainsi qu’un soir de juin 1971, la petite mairie de Lunac, totalement bondée, attend de pied ferme, Pierre Delas, ingénieur des ponts et chaussée.
Dès son arrivée, il est accueilli par un concert de huées et de sifflets. Sans se départir de son impassibilité, le fonctionnaire accroche sur le mur de la salle du conseil municipal, un plan dessinant l’emprise de la nouvelle autoroute. L’assemblée totalement hébétée découvre alors un faisceau qui s’étend sur une centaine de mètres de large. Un tollé de protestation jaillit des quatre coins de la salle, les quolibets fusent.
Face à ces esprits enfiévrés et dans une cacophonie générale, le représentant de l’administration essaie en vain d’expliquer le projet. Il reprend la rhétorique édictée par le Gouvernement sur l’évolution de l’automobile, la nécessité du réaménagement du territoire, le désengorgement des grands axes, il insiste sur le bien-fondé de la future liaison Bordeaux/Toulouse, devenue vitale pour l’économie régionale.
Dans un tintamarre assourdissant d’invectives et de bruit, Pierre Delas, clame haut et fort que l’État ne détruira aucune maison dans Lunac et chacun sera indemnisé à la hauteur du préjudice subi.
À chaque parole prononcée, la clameur enfle. Les lunaquais n’acceptent pas ces propos. Debout face au fonctionnaire, certains d’entre eux sont prêts à en découdre et à en venir aux mains.
Léon, assis sur sa chaise, est atterré. Il vient de découvrir qu’une grande partie de sa propriété est impactée par le tracé.
Mais ce qui lui fait le plus mal, c’est que le bois de chênes, qu’il possède en prolongement de ses parcelles, est voué à disparaître. D’après le plan, il doit laisser place à une aire de repos. Son cœur est en croix. Des arbres plus que centenaires vont être sacrifiés à la faveur du bitume.
Dans la salle, le boucan se généralise. Personne n’écoute plus personne. Les invectives à l’encontre de Pierre Delas fusent de partout. Face à un tel pugilat verbal, Delas comprend que rien ne pourra désamorcer la tension ambiante. Aussi, décide-t-il sur-le-champ de clore la réunion et d’aller à la rencontre de chaque propriétaire concerné.
********
La semaine suivante, Léon reçoit un courrier lui annonçant la venue prochaine de l'ingénieur Delas.
Le jour dit, le fonctionnaire arrive à la ferme, avec dans son dossier, un plan détaillé de l’autoroute.
Après avoir étalé la carte sur la toile cirée de la cuisine, le représentant de l’État réitère ses propos sur le bien-fondé du projet pour l’économie locale.
Tel un perroquet qui récite sa leçon, il reprend les éléments de langage ressassés lors de la réunion quelques jours plus tôt. Il répète les paroles du Président Pompidou, qui, lors d’un discours, a comparé le quadrillage autoroutier au système circulatoire du corps humain, qui apporte la vie et qui ne doit pas être interrompu*.
Il insiste sur la volonté de l’État de ne détruire aucune maison, et tatati et tatata.
Léon, il s’en fiche pas mal de ces sornettes. Ce jargonneur d’âneries, il l'a assez écouté, il sait très bien qu’avec sa vieille 403, il ne s’embarquera jamais sur cette nouvelle route. La voie communale lui suffit amplement pour ses déplacements.
Au bout d’une demi-heure de balivernes, Manciet interrompt le fonctionnaire et l’entraîne au-dehors.
Le visage livide et les mains enfoncées dans les poches de son pantalon, Léon conduit l’ingénieur en haut de son tertre. Sous leurs yeux, s’étend la plaine, asséchée par le soleil. D’une voix calme et sereine, le regard figé devant lui, Léon s’adresse au fonctionnaire :
- Vous voyez monsieur l’ingénieur, la parcelle là-bas sur votre droite, celle sur laquelle il y a du maïs ; c’est mon père qui l’a achetée en 1928 et celle d’à côté, il l’a acquise juste avant la guerre, en avril 1939.
Sur ce sol, il y a des générations d’aïeux qui se sont éreintées, rompu le dos et esquinté les mains. Je peux vous assurer qu’elle en a connu de la sueur cette terre. Pour la faire chanter, il ne fallait pas s’économiser, car elle était exigeante. Alors, avec patience, courage et acharnement, mes devanciers l’ont besognée. Et ce travail a porté ses fruits, car chaque année elle nous donne de belles récoltes.
Sur ces champs, j’ai vu mon grand-père pelleverser et mon père labourer avec les bœufs. Puis, en 1932, le paternel a acheté un tracteur, un évènement dans la contrée, c’était l’un des premiers de la région, je m'en souviens comme si c'était hier, il s’agissait d’un Fordson avec des roues en fer.
Regardez, un peu plus loin sur votre droite, juste à l’endroit où vous voulez construire votre aire de repos, vous voyez le bois de chênes, c’est mon arrière-grand-père qui les a tous plantés. Admirez-les comme ils sont opulents et majestueux.
Quand nous étions gamins avec mon frère, nous avions construit une cabane dans ce bois. C’était notre refuge, notre cachette, nous y passions des heures, elle était la gardienne de nos secrets.

Le ton toujours aussi calme, mais avec des trémolos dans la voix, Manciet poursuit :

- Au milieu du bois se trouve une clairière, c’est là que j’ai croisé ma femme, Yvette, pour la première fois. Elle allait chercher de l’eau à la source située en contrebas, source qu’au nom de l’intérêt général vous allez combler. Quelques mois plus tard, c’est encore là que nous avons échangé notre premier baiser. Ce bocage est devenu notre lieu de rendez-vous, et la vieille cabane a abrité nos jeux interdits. Plus tard, au soir de sa vie, mon père a voulu reposer dans une caisse faite du bois de chêne provenant de la clairière. Il pensait que la mort lui serait plus douce, il avait l’impression de s’endormir dans son bois. Alors, je suis allé chercher Fernand Pujos, le charpentier du village. Ensemble, nous avons choisi le plus beau chêne, avec de belles branches, grosses et droites, nous en avons coupé certaines, et Fernand a réalisé le cercueil du père. Quelques mois plus tard, on le couchait pour l’éternité.
C’est toujours dans cette cabane, qu’un soir de juillet 1938, j’ai retrouvé mon frère pendu. La fille qu’il courtisait ne voulait pas de lui. Il ne l’a pas supporté. Il s’est suicidé.
Pierre Delas, impassible, écoute Léon égrener sa vie.
D’une voix sereine, Manciet enchaîne :
- Plus tard, j’ai eu un fils, Michel. Petit, il m’accompagnait dans les champs, ensemble à la saison, nous allions ramasser les cèpes. Le dimanche, je l’emmenais à la palombière. Il aimait ça le gamin. Mais très vite, il comprit les exigences et les contraintes du métier de paysan alors, il a préféré devenir gratte-papier dans les assurances.
Aujourd’hui, il est marié et vit dans un petit pavillon en cité. Tous les dimanches, avec sa femme et leur fils Lucas, ils viennent déjeuner à la maison.
Mon petit-fils, c’est le soleil de ma vie. C’est à lui maintenant que je montre mes coins à champignons.
Puis, prenant une voix plus lente, sur un ton calme et serein, il interpelle Pierre Delas :
- Alors, monsieur l’ingénieur, vous me dites qu’ici en bas, il n’y a rien ; vous êtes intelligent, vous avez fait des études ; moi, simple paysan, je vous crois. Vous ne cessez de me rabâcher avec des phrases dont je ne comprends pas tous les mots, que le côté humain a été préservé, je vous crois, mais là, sous vos yeux, sachez qu’il y a toute ma vie, et la voir se désarticuler ainsi m’arrache le cœur.
Sur ces mots, Léon tourne les talons et, les yeux embués, rentre dans la maison, laissant le fonctionnaire seul face à l’immensité de la plaine. Dans la cuisine, il retrouve Yvette assise derrière la table, les joues couvertes de larmes, face à un plan qu’elle a du mal à comprendre.
Sans dire un mot, et totalement abasourdi par le récit de Manciet, Pierre Delas remonte dans son véhicule en direction d'une nouvelle ferme.
******
Par la suite, la procédure se poursuivit jusqu’à son terme. Les terrains furent achetés aux propriétaires. Après moult réflexions, ces derniers renoncèrent à faire appel et à se lancer dans un combat judiciaire perdu d’avance face à l’État.
Le 21 juin 1972, après avoir travaillé toute la journée dans ses champs, Léon, comme à son habitude, s’assit sur son souquet*, en haut du talus, c’est là qu’il se sentit mal et tomba à terre. Le vieux médecin de famille appelé à son chevet, diagnostiqua une attaque. Désormais, calme et repos s’imposaient.
Trois jours plus tard, une nouvelle crise l’emporta définitivement.
Le 27 juin 1972, jour de sa sépulture, les pelleteuses rentrées en action dès le matin, arrachaient et broyaient les uns après les autres, la totalité des chênes du petit bois.

* Souquet : Mot gascon signifiant un tabouret rustique, fait d’un morceau de tronc d’arbre.

* discours prononcé par le Président Pompidou le 29 octobre 1970 lors de l’inauguration de l’Autoroute A6
21

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Quelle puissance votre écriture... Belle mise en lumière d'une vie simple et courageuse, avec tout ce qui en fait le sens. Les choses qui lui sont essentielles. Tragique histoire parce-que trop proche de la réalité... Et quelle émotion en la lisant. Merci.
·
Image de De margotin
De margotin · il y a
Tristement beau
·
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Un bel écrit sur une réalité dramatique !
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci à vous pour votre passage .
·
Image de RAC
RAC · il y a
Mon Dieu que c'est triste. Ca pique vraiment les yeux (je suis comme Idéfix, horreur qu'on abatte les arbres). C'est très bien écrit donc on s'y attache encore plus...
·
Image de Marie
Marie · il y a
Un grand merci pour votre commentaire
·
Image de RAC
RAC · il y a
Avec plaisir. Bonne année & à bientôt chez l'une ou l'autre... BON WE
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Tristement réaliste. Surpris que ce texte ne soit pas en sélection.
·
Image de Marie
Marie · il y a
merci pour votre passage. Non, je ne l'avais pas proposé et le publier en libre. Merci à vous.
·
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Une histoire malheureusement trop vraie. La destruction de la terre par des bureaucrates. Ca fait mal au coeur.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Oui, lors de la création d'infrastructures tels que route, voie ferrée, etc.... certains voient une part de leur histoire se désagréger sous leurs yeux. Merci à vous pour votre passage.
·
Image de JACB
JACB · il y a
Un vrai crève-coeur cette histoire! J'y ai retrouvé beaucoup d'émotions enfouies. En Creuse les mêmes problématiques absurdes émergent régulièrement avec les remembrements et les parcelles sont soudain habitées de souvenirs qui remontent à la surface. C'est très bien raconté, ça sonne vrai et on éprouve beaucoup d'empathie pour votre personnage Marie!
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci pour votre commentaire qui me touche. C'est vrai que dès que l'on touche à la terre, on touche aux racines de beaucoup d'entre nous. Voir disparaître une partie de son patrimoine ainsi est un véritable déchirement.
·
Image de Duje
Duje · il y a
Que de souffrances personnelles pour la modernité !
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci à vous pour votre lecture.
·
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
On sent l'authenticité à travers vos mots, c'est un texte profond !
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci pour votre passage et votre commentaire
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Dramatique pour ces gens de la terre de voir tout détruit ! Beaucoup d'émotions ressortent de ce texte.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci à vous pour votre passage et votre commentaire.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème