Arrêté de mochiser ma vie !

il y a
2 min
23
lectures
4
Tu vois d'habitude on se dit tout, mais là vraiment il y a un truc qui ne va pas. Ça me pèse, tu comprends, il faut qu'on se dise les choses. Moi, le matin, je voudrais qu'on me laisse tranquille. Imagine, je suis avec mon ticket pour la lune à la main et là, le monde s'écroule. Tu plonges à peine la tête dans l'actu qu´on te déverse sur la face une montagne de catastrophe plein la calebasse. Ce n'est plus possible, il est ou celui qui prend ma tête pour une enclume le matin ? Il est ou celui qui repeint ma vie en gris délavé avec son air d'asticots sortit du pressing ?

Stop ! Plus de motordus, de combats de coq ou de je ne sais quelle horreur qui défigure ma planète. Ma tête, le matin, elle a besoin de calme avec un petit nuage d'amour s'il te plaît. Tout petit le nuage ! Tu comprends, c'est le bordel dans ma tête, y´avait déjà les rêves, puis les cauchemars et là j'enchaîne avec toute la mochitude, les catas, les rumeurs, les traquenards...

Pouce ! Je respire.

Non mais, bande de sauvages, nyctalopes invertébrés, mammouth avachis.... Non pas toi, ni lui, ni personne du reste, c'est juste que j'imagine pas des horreurs pareil comme ça en boucle. Tu comprends, ça me fait mal toutes ces choses. Ma planète, je la regarde aussi avec mes rêves d'enfants. Tu comprends, c'est comme une ferme vivante, une arche qui me laisse un peu de temps pour émerger. L'agitation permanente, ça me rend "hystérique". Je pète le boulon, directe, je pars en vrille les nerfs en boules.

OK, c'est pas la vrai vie, n'empêche que le matin, je préfère manger de la confiture maison au lieu de la balancer sur les indigènes qui mochisent ma planète. C'est pas mal aussi de couper le cordon avec ceux qui me coupent les cheveux en quatre parce que moi j'ai besoin d'amour, pas d'une lessiveuse avec double-essorage. Le mode accélération permanente, ça m'épuise. J'ai pas le temps de déposer le bout de mon orteil sur le sol qu'on frôle déjà l'insurrection. C'est plus possible, tu comprends ?

Imagine que je te réveille avec une bassine d'eau le matin. En pleine été, ça passe encore, mais quand ça gèle dehors et que t'a les miquettes à l'air, impossible de faire sonner l'angélus avec tous le stress. Alors tu comprends, à force de me les briser menu chaque matin avec la programmation "toutencata" j'ai la tête qui vrille. Si ça continue, je vais me réfugier dans l'alcool. Si, si, avec la tête en vrac et le cœur au bord des lèvres, je me sentirais plus léger.

Bon d'accord, on peut pas être fier de sa propre mochitude, mais faut bien se bouger le train pour quitter les mauvaises habitudes. Je sais pas moi, prendre cinq minutes pour dire "je t'aime" avec des yeux de chat, les bras tendus, ça doit exister un truc pareil. Tu comprends, pas de mollitude dans le bastringue, sinon ça te fouette le visage. Remballe ton désespoir et poursuit ta Life sinon tes rêves volent en éclat. Juste un peu d'amour, et tout ce tintouin qui m'explose la tête, tu l'oublies un instant. Ma planète, elle mérite mieux que ça et je vous promets, si un jour l'élastique y pète, y aura du sang sur les murs. C'est ça qui me fait dire qu'on est peu de chose. C'est moche, je sais, mais en vrai, je rêve d'une douceur feutré pour toi mon amour à la place de cet énorme bazar. J'ai tellement de belles choses à vivre et si peu de temps.

Je nous aime et si la vie continue, alors qu'elle soit faite de plein d'amour.
4
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Partir...

Chloé

Partir, loin et mettre de la distance.
Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie.
J’ai découvert cette phrase dans un livre de Jacques Salomé et elle résume tout à fait mon... [+]