Approche

il y a
5 min
1202
lectures
44
Finaliste
Jury
Recommandé

Ancre s'efface pour laisser la place à Yves Le Gouelan, son nouveau nom de plume. La petite ancre bleue est toujours là, sous un nouveau visuel, pour écrire de nouvelles pages, espérant trouve  [+]

Image de Automne 2014
L’approche s’avère délicate. Le bras d’arrimage est trop court. Le caisson droit vient cogner contre le quai. Le vaisseau rebondit et repart en arrière. Bon sang. J’enclenche le propulseur. Pas de réponse. Je suis à sec, je le sais bien. Quelle poisse, je suis arrivé sur site en vol plané, pour échouer d’un cheveu. Sur la radio de bord, une voix se fait entendre, pas franchement aimable : « Ici centre de contrôle, veuillez manœuvrer pour dégager le chenal. Je répète, veuillez manœuvrer pour dégager le chenal ».

Sans contrôle, à la dérive au milieu des derniers arrivants. Pas difficile d’imaginer les regards inquiets collés aux vitres, craignant une casse imminente. Tout perdre en un instant. Je n’ai pas le choix : « Centre de contrôle, ici Aquarius 27, je demande assistance d’urgence, je répète, je demande assistance d’urgence ».

La panne sèche, plus une seule capsule d’énergie en stock. Pour passer incognito ici, ce n’est pas une réussite. Assistance signifie également contrôle, interrogatoire, réponses vaseuses. Le vaisseau de sécurité intervient dans la minute. L’assistant prend la main sur mon ordinateur de bord et tire un câble en vitesse.

La zone des contrôleurs est l’endroit le plus laid du secteur. Des parallélépipèdes grisâtres entassés les uns sur les autres, hérissés de tours de garde. Un type m’attend à la sortie du sas. Un bioman, sixième ou septième génération, pas un modèle récent, les derniers bénéficient d’une technologie plus avancée, mais celui-ci jouit d’une grande fiabilité. « Je suis XJ27, votre contrôleur de navigation, suivez-moi ». Il ne laisse pas le choix.

Nous traversons des enfilades de couloirs déserts où s’entassent pêle-mêle divers matériels, des caisses, des produits de saisies. Ici les Vigies agissent en maîtres comme les douanes volantes des temps révolus. Le bureau du contrôleur est exigu, aucun décor, un écran sur une petite table, tout un monde à fleur de main.

— Début d’interrogatoire, le 8 janvier 2113, motif interpellation : infraction au code de navigation. Officier de permanence : Contrôleur XJ27. Nous allons sans tarder procéder aux vérifications d’identité, d’autorisation de transit et de permis de naviguer. J’attends que vous fournissiez tous les documents en votre possession.

La situation se complique, sans surprise.
— Je m’appelle Edouard Soulevent, ou Ed Sullivan pour mes admirateurs. Je n’ai ni autorisation de transit, ni permis de naviguer. Je suis pilote professionnel, vous le savez bien, vous avez accès à mon profil. Je participe à des courses interstellaires depuis mon plus jeune âge et je n’ai pas besoin de paperasse pour naviguer où je le souhaite.

XJ27 analyse ma réponse. Prends ton temps bioman, même si ce n’est pas prévu dans tes circuits.
—Vous êtes ici sur Archos qui est un point de frontière. Le règlement de la Confédération vous impose d’être en règle pour pénétrer notre zone territoriale, sous peine de lourdes sanctions. Notre sécurité ne peut supporter la moindre entrave à la Loi.

— Ecoutez contrôleur, dans ma famille nous sommes pilotes de père en fils. Pour nous l’espace est un seul pays, sans frontières, juste des planètes, du vide et l’immensité pour horizon. Vous me traitez comme un trafiquant. Suis-je un trafiquant ? Depuis tout ce temps vous êtes bien le premier à me réclamer des documents officiels. Je suis assez connu tout de même, non ?

— Trafiquant ? Nous en reparlerons après l’inspection de votre vaisseau actuellement en cours. J’insiste par ailleurs sur les points de règlement édictés par la toute puissante Confédération. Vous semblez faire abstraction des raisons de votre présence dans ce bureau. Votre inconséquence, voire votre manque de professionnalisme dont vous vous réclamez pourtant haut et fort, auraient pu occasionner des dommages considérables parmi les navigateurs présents sur site, sans parler de mettre leur vie en danger. C’est une infraction qui peut vous coûter une amende conséquente et la confiscation temporaire de votre vaisseau.

Quel mic-mac. J’étais à un cheveu de m’arrimer et là... L’autre est stoïque, évidemment. Mes mains tremblent tout à coup. J’ai chaud.
— Je n’ai pas un rond pour payer quoi que ce soit. Vous faites erreur. L’espace est à tout le monde, c’est universel. Si vous voulez imposer des péages, nous allons revenir à des pratiques ancestrales qui ont disparu et l’humanité ne va pas en sortir grandie.
C’est un petit speech en forme de baroud d’honneur. Les mots glissent sur lui. Un bioman n’éprouve aucune émotion.

— Dès l’instant où vous franchissez la frontière du territoire d’Archos, vous avez obligation de vous soumettre aux règles édictées par la Confédération. A présent j’attends le résultat de la fouille de votre vaisseau. Ensuite le Comité de Surveillance examinera votre situation et rendra son avis quant à la procédure à suivre à votre encontre.

Il me prend pour un criminel à présent. Mes hormones s’échauffent, lui il ne doit pas connaître. Je suis à deux doigts de perdre tout self-control.
— Je réfute d’ores et déjà l’avis de ce foutu comité. Juridiquement il n’a aucune légitimité. Je veux être remis en liberté immédiatement ! Vous n’avez aucun droit de me séquestrer !

— Monsieur Soulevent, vous êtes un hors-la-loi ne l’oubliez pas, vous circulez en toute illégalité. Si vous persistez dans votre refus d’une saine collaboration, je vais adopter des sanctions immédiates. Vous allez être transféré sur Actinium.

— Actinium ! Mais vous êtes fou ! Il y a plus de gaz toxiques sur Actinium que dans le reste de la galaxie. Actinium est la poubelle du monde c’est bien connu. M’envoyer sur Actinium c’est comme m’envoyer dans les mines d’uranium.

XJ27 marque une pause. L’espoir revient dans mon camp. Ai-je trouvé un point sensible dans sa programmation ?
— L’un n’empêche pas l’autre, il y a également des mines sur Actinium. Vous allez vous y sentir très bien. De l’exercice, une vie saine de travail au milieu d’une communauté soudée.

— Jamais de la vie ! C’est hors de question ! Ecoute-moi bien Biomachin, à partir de maintenant je vais me lever, je vais quitter cette pièce et tu vas te débrouiller tout seul avec ton règlement à la con !

— A partir de maintenant vous n’allez plus bouger. Au nom de la Confédération vous êtes en état d’arrestation.

Et il se dresse d’un bloc, m’imposant sa stature prête à me broyer. Un geste de la main et deux colosses surgissent à mes côtés. Ce sont deux cyborgs primitifs aux odeurs d’huile chaude. Ils m’empoignent, sans sommation, m’écrasent les muscles du bras. Je cherche bêtement à me débattre. Au même moment une douleur fulgurante me transperce le bas du dos, comme une piqûre, mais l’aiguille ferait trente centimètres. Une boule gonfle dans mon ventre. Ils m’ont injecté une saloperie qui rend tout mou. Je sens mes forces qui se font les valises. L’oxygène ne rentre plus dans mes poumons. Et pourtant j’aspire une grande goulée d’air frais comme un naufragé qui revient à la surface.

Je me redresse comme mu par un ressort. Bon sang, c’était un rêve, un foutu rêve. Svetlana dort toujours. Les vagues des draps recouvrent son corps satiné. Je me sens essoufflé. La chambre bourdonne de calme. J’ai besoin de boire, de me lever, de bouger. Deux trois étirements pour réveiller les muscles. Le bas du dos est toujours douloureux.

J’actionne le store électronique. La baie vitrée s’ouvre au monde. L’horizon est sombre, mais dégagé. Les appartements cellulaires flottent doucement dans le vide, baignés du halo de sécurité jusque dans les fondations de la station Actos. C’est bon de se retrouver en 2069. Deux mille soixante-neuf, année érotique, Svetlana n’en finit plus avec cette trouvaille.

Une nouvelle nuit commence. Un contacteur s’ouvre sur la vitre. La vigie. « Officier de liaison une urgence pour vous. Un vaisseau est en perdition sur l’accès sud.

Contrôleur, une drôle de vie.
— Ici officier de liaison Sullivan, je m’en occupe personnellement. Veuillez me communiquer sa position exacte.
J’enfile ma combinaison, attrape ma casquette d’officier. L’instant d’avant au lit. Je prends l’ascenseur avec mon rêve en tête. Prémonition ou présage ? Pas le temps de réfléchir. Les portes du sas d’accès s’ouvrent. Une curieuse d’odeur sort du plafond. Quelque chose qui prend à la gorge. Je tousse violemment. Puis à la limite de la suffocation, je me sens partir dans les vapes.

Le réveil n’est pas agréable. J’ai dormi la tête posée sur la table, entre mes bras. Mes jambes ont glissé du fauteuil, c’est ce qui m’a réveillé. Tout est resté allumé. L’ordinateur, la télé, les lampes. La bouteille de Côtes est presque éteinte. C’est l’heure des infos : « En Syrie, nouvel attentat meurtrier, on dénombre 9 victimes parmi la population. Le président a donné son accord pour l’intervention de troupes françaises au Mali. Gérard Depardieu est arrivé en Ukraine. La grande manifestation de dimanche se prépare partout en France. Lyon reprend la tête de la Ligue 1. Tous ces titres seront développés dans l’édition de huit heures ».

Le tube de colle est éventré, ça sent. La maquette du vaisseau spatial est échouée sur la nappe. La notice est ouverte sur la pièce J27, le bras d’arrimage, à fixer sur la plaque X. Je vais d’abord me positionner sous la douche. Salle de bains, je suis en approche.

Recommandé
44
44

Un petit mot pour l'auteur ? 40 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
À L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.Cordialement, Arlo
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un très beau voyage! heureux d'avoir découvert ce récit, même tardivement! Mon vote! Mon poème,UN LINCEUL BLANCHI, est en FINALE pour le Prix Haïkus d’Hiver 2016 et il est le préféré de la plupart de mes lecteurs. Il ne nous reste que quelques heures avant la finale. Alors, je vous invite à venir le soutenir si le cœur vous en dit, merci! http://short-edition.com/oeuvre/poetik/linceul-1
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Heureux que ce voyage vous ait plu.
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci pour "l'atterrissage", en douceur...
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Cette histoire est passionnante, bien menée, pour un bel atterrissage !!!

Et, si vous aussi, vous souhaitez découvrir mon univers, c'est par là :
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/le-v-a-ntre-de-la-bete

Merci, Malau

Image de Frédérique Lechat-Lechat
Frédérique Lechat-Lechat · il y a
Excellent ! Même si cela n'était en fait pas de la SF, que j'adore depuis Asimov et Cie, la fin en plus m'a fait rire ! Tard, mais +1 !
Si vous avez l'occasion de me lire : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/mort-dans-les-transports

Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Jamais trop tard, comme une surprise. Merci. Ce n'est pas de la SF, c'est le monde de demain, plus tard, trop tard ?
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Texte en trompe l’œil bien rythmé.Je vote. A l'occasion , je te propose la lecture de ma nouvelle Ad Vitam Aeternam.
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci pour cette lecture, je suis toujours surpris que les textes aient une vie après un certain temps.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une chute en apesanteur ...Habituellement pas fan de S.F;, je me suis laissé embarquer. +1
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
Un texte oublié. La galaxie des votes est immense. Voici un coin reculé, englué dans une strate sidérale. Je prends position, j'atterris. L'ecriture est respirable, la végétation luxuriante et abondante. Je pose mes valises et je vote, les bureaux ne sont pas encore fermés: Une chance! même si cela reste vingt...
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Rien n'est jamais "vingt", je ne me sens pas "oublié", je suis même surpris de tous ces votes. Des merci en pagaille.
Image de Herssé
Herssé · il y a
Beau voyage interstellaire.
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci pour ce "beau voyage"
Image de Nathalie Bernard
Nathalie Bernard · il y a
J'approche un vote sur ce joli conte façon fiction !
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Belle approche de commentaire, merci.

Vous aimerez aussi !