Annie

il y a
4 min
45
lectures
3
Mon amie Annie est un monument.

Déjà, à 14 ans, elle dominait le monde du haut de son mètre quatre vingt cinq. Le sobriquet qui lui avait été dévolu au collège, « périscope », ne l'avait jamais réellement affectée. Sans arrogance cependant, elle acceptait naturellement d'avoir un regard élevé sur un monde qui lui paraissait bien petit.

Elle ne trouvait aucun avantage à cet horizon trop ouvert ; mais pas non plus d'inconvénient. C'était ainsi et elle ne pourrait rien y changer, Elle s'en contentait. Ce statut particulier ne se complétait d'ailleurs par nulle originalité physique : nonobstant cette taille quand même incommode, elle se fondait facilement dans son environnement et tout son parcours scolaire, linéaire et sans histoire, s'est passé sans la moindre aspérité....


A dix huit ans, lassée de cette monotonie, mon amie Annie a décidé de convoler. Elle a rencontré fortuitement Rodolphe, de vingt ans son ainé, et après obtention de l'accord administratif (eh oui, la majorité était à 21 ans), a épousé ce qu'à l'époque, on appelait un « vieux garçon » ! Quelle audace...

Dans la foulée et avec toute l'opiniâtreté dont elle a toujours fait montre, elle a posé deux filles qu'elle a menées à la baguette de façon aussi pragmatique qu'efficace, avec lesquelles elle a su préserver une relation, à la fois sévère mais compréhensive, aimante mais légèrement inquisitrice... la confiance n'exclut pas la surveillance n'est ce pas ?

Aujourd'hui expatriées, les deux jeunes femmes et leurs familles continuent à entretenir un pont permanent entre le Canada et la France.

-2-



Et puis sans lâcher un seul instant les rênes, elle a mené sa vie professionnelle du plus bas échelon à celui du dernier étage où elle régnait sur tout un staff de petites mains, toujours efficace, toujours disponible, toujours souriante... l'archétype de la main de fer dans le gant de velours.

Je lui avais expliqué que le monde se passait fort bien des gens indispensables mais elle persistait à dire qu'informée de son trépas prochain, elle terminerait dans la nuit précédente, tout le classement en retard !


Mon amie Annie s'ennuyait... malgré nos fréquentes rencontres, notre amitié et nos fous rires homériques, elle s'ennuyait.




Au premier jour du nouveau siècle, elle a pris de grandes décisions : elle a signifié au « vieux garçon » qu'elle le quittait ; elle a flanqué sa démission de chef de tout et au final, de rien, et elle m'a certifié que les trois mois de vacances qu'elle allait s'accorder, allaient enfin nous donner l'occasion de toutes ces folies dont nous avions envie, sans avoir la possibilité de le faire.

A cinquante ans, il était temps !

Multiples rendez vous furent pris avec un programme magistral dont nous rayerions chaque ligne, au fur et à mesure des réalisations. Après quoi, elle aviserait le marché du travail.



Le lendemain, elle m'informa avoir trouvé un job. Dans un fou rire d'anthologie dont nous nous souviendrons toute notre vie, elle m'expliqua qu'elle connaissait quelqu'un qui connaissait quelqu'un... qui cherchait... exactement ça !
-3-


Une semaine pour trouver de nouvelles pénates, les cartons à déménager et hop, au boulot !

Bon admettons le quelques lacunes quand même dans un nouveau domaine très financier qu'il allait falloir combler. Qu'à cela ne tienne, formation prévue pour trois semaines non stop ; prévoir cahier, gomme, crayons et calculette.


Mon amie Annie est tombée amoureuse ; tu le crois toi ?

La session à peine commencée, encore au café de bienvenue, un choc électrique a eut lieu avec Patrice. Comment, pourquoi, nul ne le sait, mais de ce moment, lui qui venait de Pau a tout voulu savoir des Canuts et des Bouchons Lyonnais et elle lui a tout raconté...

L'adolescence n'étant finalement pas si loin, ils ont parlé, parlé, parlé en se tenant la main Sa passion à lui, c'était les chouettes ; une veritable encyclopédie. Alors pourquoi pas ? Restaus, cinéma, ballades, à 50 ans, on peut recommencer une vie non ? Mais on n'a pas non plus de temps à perdre. Elle s'est embarquée dans un tourbillon dont manifestement elle n'avait jamais envisagé l'existence.

Mais elle n'avait même plus le temps de me raconter ; elle était trop occupée par ailleurs et puis je la savais de nature très pudique et je ne voulais pas m'immiscer dans son nouveau bonheur.

Je suis passée un jour à l'appartement et j'ai aperçu, trônant au milieu du lit, une énorme chouette en peluche, dont elle m'a avoué, rougissante, que, que, que ..



Bon ,tu es grande ma jolie ! tu n'as pas besoin de mon avis ; je suis simplement contente pour toi.
-4-




Trois semaines de formation, croyez moi, ça passe comme un éclair et ils n'ont pas non plus compris que ce serait rapidement l'heure des décisions. Pau Lyon tous les jours, dans un sens ou dans l'autre, c'était impossible.

Il est reparti en promettant de revenir bientôt.



Quand je suis repassée à l'appartement, quelque temps plus tard, un nouveau boutis recouvrait le lit. Je n'ai rien dit, J'avais apporté des chocolats et quand j'ai voulu mettre le sachet à la poubelle, une chouette en peluche m'a regardée de travers. Mon regard est resté suspendu : qué passa ???

Oh, un détail, il était très marié et... la famille avant tout !



C'était il y a 20 ans et depuis, quoiqu'il arrive, mon amie Annie continue contre vents et marées à distribuer sa bonne humeur, sa gentillesse, sa compassion. Elle s'occupe d'un club de nonagenaires, elle fait les courses pour les voisines, elle fait le ménage chez le « vieux garçon » elle soutient autour et alentours dès que besoin s'en fait sentir. A distance, elle veille aussi sur enfants et petits enfants.



Je vous l'ai dit ; mon amie Annie est un monument.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Parfois, il faut reconnaître que les monuments du quotidiens apportent bien plus que les guerriers d'un autre âge, qui trône en statue sur beaucoup de nos places.
Image de françoise CLAUDE
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Un bel hommage à votre amie ! Si toutefois il s’agit de la vôtre. Il donne envie de la rencontrer. On ressent bien toute votre tendresse à son égard.

Vous aimerez aussi !