2 lectures

0

Mais il n'avait aucune certitude et ne pouvait produire aucune preuve recevable, car il ignorait tout de cette maladie, il supposait que la fin pourrait arriver à la fin décembre. Depuis peu, il évitait ce genre de conversation stérile avec elle parce que sa mémoire partait trop vite. À ce stade, personne ne connaissait l'évolution de la maladie. Cependant, un jour, ils seraient obligés de se quitter, lorsque la fin viendrait.

— Comment vas-tu aujourd'hui ? Demanda son mari.

— Je ne m'en rappelle plus.

— Ce n'est pas grave.

La maladie n'avait pas atteint totalement son cerveau, mais elle s'en approchait. Elle aurait pu dire qu'elle allait bien : elle était à peine plus lucide. Elle répond par à-coups ou bien à l'aide d'un petit tableau blanc. Monsieur Bachman, demeura silencieux un bon moment, puis demanda :

— Si je te disais que j'ai le pouvoir de te sauver ?

— Qu'est-ce que tu racontes. Un cancer au stade terminal est irréversible ou bien, tu es fou, mais je suis condamnée.

— Et si je te disais que cette « décharge électrique » pourrait te débarrasser de ce fichu cancer ?

Ce fut au tour de madame Bachman de rester silencieuse. Après un bref moment, elle reprit :

— En es-tu sûr ?

— Tu réagis plutôt bien, je suis ravie que tu ne me prennes pas pour un fou.

— Pas pour l'instant, non.

Quatre jours plus tard, Monsieur Bachman découvrit ce par quoi il devait passer pour la sauver. On croit tout connaître, on croit être prêt et puis on s'aperçoit qu'on ne l'est pas.

Le Comté de Pinellas connaissait un hiver avant l'heure, avec une température entre zéro et moins cinq degrés. À la fin décembre, le froid devint glacial et les chasse-neiges dégagèrent les rues pour faciliter la circulation. Les nuits suivantes, elles baissèrent encore et encore : plusieurs lignes de haute tension se mirent à sauter.

Cela n'inquiétait pas monsieur Bachman. Il consacra les nuits à comprendre les pouvoirs qui étaient en lui. Avec ce qu'il avait pu trouver à l'Agence, le dossier E et ceux sur les dons dans le bureau de Dick où il était entré, avec facilité, au nez et la barbe de son responsable, mais les expérimentateurs avaient la fâcheuse tendance à avoir un œil sur tout et à mener jusqu'au bout leur investigation. Monsieur Bachman, préférait éviter de penser à cela.
Le matin suivant, la neige cessa et la ville connue un réveil gelé. Elle formait sur le dessus une couche épaisse et immaculé, presque parfaite pour qu'on y marche. L'allée et la pelouse étaient comme recouvertes de coton. Monsieur Bachman revêtit son survêtement et sortit les poubelles. Elle fondit quand il entra en contact avec elle, ses pieds se remplirent d'eau. Il faut que je fasse attention, songea-t-il, un signal d'alerte se forma dans son esprit. Il se palpa et découvrit que, pour la première fois, il n'avait pas utilisé le bracelet. Peut-être qu'il pouvait, s'en passer, en repoussant ses limites, arriver jusqu'à les maîtriser, ne plus se préoccuper de ses effets et de ses conséquences. Il éclata de rire, puis redevint sérieux quand il vit, partiellement la pelouse reverdir, la seule du quartier, comme une tache d'encre au milieu d'une feuille blanche se répandant de plus en plus vite. La boite aux lettres qu'il voulut ouvrir se dégivra instantanément. Il la laissa fermé et referma la poubelle derrière lui, croyant ainsi s'être fait discret. La neige fondit en si peu de temps, pensa monsieur Bachman. Enfin, je le contrôlais comme j'avais l'air de le croire. Je vais attirer l'attention, si un voisin sort, il ne pourra pas s'empêcher de le remarquer.

Bientôt, il ne marcha pas assez vite, il dégivra maintenant un tiers du gazon qui s'appuyait sur l'allée de brique. Il tenta de courir, accéléra et la remonta jusqu'à la porte d'entrée. Si une voiture passe, elle s'arrêtera, on poserait un tas de questions que monsieur Bachman n'avait pas envie de répondre. Soudain, la voiture du voisin sortait, le chauffeur klaxonna. Monsieur Bachman agita la main sans se retourner. Quand il parvint aux marches, il avait perdu toute sensation de chaleur dans son corps, bien que ses mains étaient rouges et son corps bouillant. Rassuré, couvert d'une vapeur omniprésente sur son corps, il s'endormit dans le canapé. Un mardi soir de la fin décembre, ils dînèrent ensemble pour la dernière fois. Il ne l'avait plus vu depuis deux semaines, prétextant le besoin de rester seul pour comprendre comment fonctionner ses pouvoirs destinés à la sauver. En réalité, c'était chose faite depuis une semaine, au moins pour la forme. Pour le fond, il comptait sur beaucoup de pratique, mais, est-ce que le temps le laisserait faire.
Pour le repas, il avait prévenu : pas d'infirmière, il s'occuperait de tout. Monter à l'étage ne posait pas de problème : y penser suffisait, plus aucun effort. Descendre au rez-de-chaussée était plus délicat. Ayant peur de lui faire mal et d'aggraver son état, monsieur Bachman lévitait doucement, tel une cascade d'acteur au ralenti. Il l'informa que la table était mise. Elle ne posa pas de question, se contentant de le fixer de ses yeux étonnés et amoureuse.
Ils dégustèrent une appétissante salade de crevettes, un rôti de bœuf et terminèrent par une tarte aux citrons, à peine brûlée sur le dessus. Le champagne fruité était délicieux, les conversations plaisantent, les rires spontanés.

À la fin du repas, il déclara : il est temps que tu saches. Je dois t'avouer une chose. Te sauver n'a jamais été aussi proche que ce soir.

— Qu'est-ce que tu veux dire, se demanda-t-elle.

Monsieur Bachman hocha la tête sans nier cette affirmation.

— Vraiment ?

— L'un de mes dons me permet d'accorder l'immortalité sous certaines conditions.

— Et comment comptes-tu faire ça ?

— Un peu de patience. Profitons de ce moment. Tu ne crois pas.

Monsieur Bachman a voulu lui faire une surprise en lui offrant une vieille rose, en apparence. Quand ses mains entrèrent en contact avec le végétale, instantanément, il refleurit, redonnant ainsi toute sa beauté. Madame Bachman regarda du coin de l'œil et écarquilla ses yeux.

— Pardonne-moi pour toutes ces années, je suis vraiment désolé, fit-il. Avançant délicatement comme s'il était sur une patinoire, il se dirigea vers son épouse. Même s'il s'efforçait de les contenir, le moindre de ses gestes déclenchait une réaction. Les forces en lui, voulaient l'obliger à tout faire fondre, tous ses membres s'acharnaient contre lui pour le faire agir. Dépassé, il se concentra un instant pour ne pas l'effrayer.

— C'était quoi ça, s'exclama-t-elle. C'est comme un de ses tours de magie.
Tu aurais dû me voir l'autre fois quand j'ai voulu sortir la poubelle, repensa monsieur Bachman. Tout au long du dîner, aucune allusion à la maladie. Aucun des deux n'était surpris. Un simple regard en direction de son visage creux et marqué suffisait à convaincre qu'elle n'en avait plus pour longtemps. C'était une situation délicate, ils le comprenaient et ils en étaient conscients (il l'était pour les deux).

Ils continuèrent dans le salon, il voulait la voir une dernière fois en chair et en os. Tu es belle fit tendrement monsieur Bachman. Oh, merci mon chéri.
La température indiquait vingt degrés Celsius. Il retourna dans la cuisine. Pendant qu'il se déplaçait aussi délicatement que s'il était en skateboard, il finit tout de même par chauffer. Elle le prit dans les bras pour le rassurer, mais avant qu'elle ne pût le toucher, il lui fit signe que c'était dangereux. De nouveau à ses côtés, il cria : ne fais plus jamais ça. Plus jamais. Vraiment.

— Tout ça me fait peur, songea-t-elle. Elle était en panique.

— Tu n'as pas à avoir peur. C'est de cette manière que je compte te sauver, crois-moi. Comme tu t'en doutes, ce soir, c'était notre dernier dîner ensemble. Je ne te reverrai plus. Encore une chose. J'aurai besoin de toi pour la fin. Si tu es d'accord.

— Tu peux compter sur moi. Elle n'avait pas hésité, accompagnant cela d'un sourire à son mari qui s'était mis à pleurer.

— Je voudrais juste te dire que j'aimerais passer plus de temps avec toi. Tu as été si souvent mise à l'écart par ma faute.

— C'est de loin la plus belle déclaration que tu ne m'as jamais faite, dit-elle, en essuyant les yeux de son mari avec ses doigts.

— Je n'ai jamais voulu ça, ce n'est pas juste ! S'exclama monsieur Bachman.

— Il faut bien mourir un jour, acquiesça-t-elle. Sache que je t'ai toujours aimé, je suis la femme la plus heureuse maintenant, peu importe ce qui m'arrive. C'est toujours mieux que de mourir seul, ou dans un violent accident. J'imagine que je ne serais plus la même, après cela.

— Oui, tu as tout compris, dit-il.

— Je n'ai pas peur, acquiesça-t-elle. Personne ne me fera changer d'avis. Dis-moi ce que je devrai faire ?

Il réfléchissait et le fit, n'oubliant pas de lui mentionner les gestes à faire. Elle l'écouta, elle ne discuta pas.

Quand il eut fini, elle demanda très solennellement :

— Et si ça ne marchait pas ? Qu'est-ce qui se passerait ?

Il songea à toutes ces soirées où il avait échoué et celles où il avait réussi à trouver le point de rupture, dans l'anonymat totale, plus aucune responsabilité, les pouvoirs grandissant dans son corps, dans ses cellules, dans son ADN l'avaient changé. Pour la première fois, c'était un autre homme.

— Je me sens différent, dit-il.

Les yeux pétillants de madame Bachman l'observèrent et surent que sa guérison dépendait de lui. Le couple resta planté dans le salon, leur silence forma un son inexprimable dans l'air réchauffé de la soirée. Mr Bachman se concentrait, mentalement à l'unique scénario.

— Est-ce que je peux te dire quelque chose avant que tu ne me ramènes à l'étage ?

— Oui, bien sûr, dit-il. Il aurait aimé qu'elle ne dise rien et qu'elle s'en aille dans le silence, jugeant en avoir assez découvert sur ses facultés. Ce soir-là, la seule chose qui fût plus dure que ce dîner était de dire adieu à celle qu'on aime.

— Pardonne moi. Je suis navré de ce qui t'arrive, Chéri, mais je me console de ce qui m'arrive à moi. Sans cela, je serais condamné à mener une vie douloureuse avec beaucoup souffrance. Te prendre dans mes bras m'est impossible, ok, j'espère que ceci fera l'affaire.

Elle mima un baiser vers son époux.

— Si ça venait à réussir, je ne te remercierais jamais assez pour tout cela, reprit madame Bachman. Même si, tu ne le montres pas, je sais que cela te fait de la peine. Elle éclata en sanglots « sache une chose, je ne serais pas totalement loin de toi, mais tu vois ce que je veux dire ».

— Oui, je sais, dit-il.

— Passe une bonne nuit, ma chérie et repose-toi bien. Demain est un grand jour.

Elle le regarda léviter jusqu'à sa chambre. Prenant soin de ne pas la faire tomber, la déposa dans son lit, puis ferma sa porte et à la manière d'un héros de Marvel, il regagna le salon. Allongé dans le canapé, il se remémora les derniers instants passé avec son épouse durant le mois passé qui ont vu des larmes et des rires. Il gesticula un bon moment, puis il s'endormit.
Le matin suivant dans un terrain désaffecté, monsieur Bachman dévala le terrain pour rejoindre son extrémité, ses pas qui n'en était plus se transformèrent en de brève étincelle jusqu'à l'apparition d'éclair, avec lequel il se déplaçait. Quand le vent se manifesta, le flux d'énergie émanant de son corps le stabilisa. Une fois statique, il laissa s'écrasait au sol un sac-poubelle, dans lequel il y avait le corps de sky (leur chien, mort le jour de Noël), puis le bombarda de décharge électrique.

Dans les airs, il se mouvait au-dessus du corps avant de s'y poser. Il a pensé d'emblée que le cadavre n'avait pas résisté, mais il finit par produire des éclats lumineux. Puis des mouvements suivit d'aboiement. C'était plus que ce qu'il espérait.

Le soir, il confia à son épouse son expérience. Il lui épargna les détails.

— Le moment est venu. Tu es prête ?

Elle hocha la tête. Oui. Ce furent ses derniers mots, mais il n'était pas nécessaire d'en dire plus.

La soirée était étoilée avec un ciel noir d'ivoire. Madame Bachman s'enroula dans le pull-over de son mari, se blotti dans ses bras sans bouger, à cause du froid dans la maison. Il dégagea de la chaleur pour la réchauffer, puis elle ne grelottait plus. Il la posa sur le canapé. Parvenu, à réunir tous les documents sur lui, il en mémorisa chaque page et il les brûla dans la cheminée.

— Je l'ai peut-être trop attendu, dit-il. Il m'a fallu du temps pour le reconnaître et davantage pour l'accepter. Des larmes, tu me crois si tu veux.

Madame Bachman le croyait sans peine. Assise devant lui et l'écouta avec émerveillement.

— Depuis combien de temps tu ne vis plus ?

— Une éternité. Je voulais que ça se passe autrement.

— Puisse tu me pardonner. Il posa la tête sur ses genoux. Tu ne mérites pas ça.

Elle hocha la tête. Tu sais bien qu'il n'y a pas d'autre solution.

Sans aucun effort, il l'a souleva du canapé. Elle parvint à passer ses bras squelettiques autour de son cou.

— Accroche-toi bien et essaye de ne pas trop bouger, dit-il.

— C'est fait, reprit-elle, mais ses mains glissèrent à plusieurs reprises bien qu'elle était bien agrippée à son cou, les mains puis les jambes et elle sentit son corps frissonnait. A chaque fois, son cœur eut un sursaut, ce que sa mère appelait un « rappel à l'ordre » quand elle n'avait aucune explication rationnelle à me donner.

— Et maintenant, reprit-elle.

— Cramponne-toi bien, on va prendre un peu l'air.

— Tu es bien sûr d'aller jusqu'au bout ?

Il hocha la tête. Tu crois que j'ai envie de passer une minute de plus, pour te voir souffrir ?

— Je comprends, répondit-elle.

Madame Bachman trouva la force et la volonté et ne lâcha plus son mari. Monsieur Bachman fléchit ses genoux.

— C'est parti, ma chérie, lança-t-il

Elle le sera de toutes ses forces et ce fut un décollage éclair. Les particules d'énergie décrivirent un halo autour d'eux... Il s'arrêta au-dessus de la zone désaffecté... Puis s'y posa lentement. Là, elle parut rajeunir et madame Bachman se rappela ce qu'avait précisé son mari : ils avaient la capacité de la rendre immortelle. Cela, était-il possible ? En tout cas, c'était un aperçu, quelque peu déboussolé, elle n'avait pas le temps d'y réfléchir. Il la déposa sur le sol pour mettre à son poignet le bracelet. Un cuivre brillant, bruns rougeâtres, avec des symboles mystérieux l'ornait.

— Qu'est-ce que c'est ?

— C'est ta deuxième chance, mais j'ai une chose à faire avant. C'est un genre de rituel.

— Je ne sais pas en quoi, cela consiste, mais je suis confiante.

— Tu as raison de l'être, répond-il.

— Tu vas réussir, reprit-elle.

— Il le faut, dit-il. Le temps est venu.

— J'ai froid et tu es en sueur.

— Désormais, cela n'a plus d'importance.

Pour elle, oui. Elle referma le pull-over de son mari avec lequel elle avait voyagé et s'asseya, les genoux se recroquevillaient contre son abdomen.
Atchoum, s'exclama-t-elle. Le temps semblait changer, tout à fait compréhensible avec les circonstances. Les températures descendirent puis elles remontèrent comme un yo-yo au bout d'un doigt, le regardant avec le même engouement se préparer puis décoller... Avant de se stabiliser au-dessus d'elle.

— Ca va pour toi, cria-t-elle

— Pour le moment ça va.

Elle le regarda faire, puis commença à s'assoupir avec la brise qui se mouvait au-dessus du sol. Mais, cette fois-ci, le froid fut plus intraitable, avec des « atchoum » rocailleux et non-gracieuse. Le corps de Madame Bachman se souleva du sol, tandis qu'elle sentait ses cheveux se mettre à flotter. Puis ce fut terminé. Quand elle retomba sur le sol, elle comprenait mieux ce que ressentait son mari. Elle se rappela le credo de sa fraternité à l'université : ami de cœur, pour l'éternité. Elle avait compris ce qu'impliquait de ne pas mourir. Pas de tombe pour moi et plus de mari non plus.

— On y va, fit-il.

— Maintenant, reprit-elle.

Madame Bachman le regarda flotter et elle déposa discrètement sa bague de mariage dans la poche droite ainsi qu'une lettre dans du pull-over. Le froid étant dissipé, elle le déposa à terre.

La chaleur dont il émanait, réchauffa bientôt toute la zone désaffectée, l'air était aussi piquant et insoutenable que le premier jour d'été. Autour de lui brillait une couronne lumineuse et ce qui ressemblait à une boule de feu. Pour équilibrer les particules d'énergies, tout aussi mystérieux, vivant sous nos yeux chaque jour, pensa Mr Bachman.

— Ne pleure pas, cria-t-elle. Ce n'est pas un adieu, seulement un au revoir.
Madame Bachman le fixa depuis le sol. L'énergie autour de lui se renforça de plus en plus. Assez proche d'elle, mais pas trop, pour la protéger du champ magnétique.

— Tu es prête, chérie ?

— Oui, reprit-elle.

— Lève la tête, regarde le ciel.

Elle contempla la constellation de la grande ours, tous ces astres brillants unis autour d'Alioth (l'étoile la plus brillante).

— Je n'ai pas pu retenir mes larmes, confessa madame Bachman. Elle dévisagea cette étendue d'espace impressionnant et tourna la tête vers l'astre humain bien brillant, aux yeux étincelants et au corps embrasé par le flux d'énergie.

Il hocha la tête. Nous y sommes.

Elle éclata en sanglots puis s'essuya les yeux. Je suis prête.

— Ok. Tu peux fermer les yeux.

Dès que les mains de Mr Bachman furent sur sa tête, elle se souleva, les deux corps étaient contenus dans un halo de lumière qui les entouraient. Ses larmes s'évaporaient dans la chaleur qui l'enveloppait. Elle ne cessait de pleurer, son corps devenait électrique, si bien qu'elle avait l'impression d'être sur une piste de danse.

— Je t'aime, dit-elle. Pour toujours.

— Moi aussi, reprit-il. N'oublie pas notre accord.

— Oui, promit-elle.

Puis ses yeux s'entrouvrirent peu à peu et enfin, ils étaient ouverts et le dernier lien qui les retenait se consuma dans une grande explosion.
Alors qu'elle se métamorphosait lentement, les décharges électriques lui dessinèrent comme une longue robe. Puis poussé par la brise, elle commença à foudroyer. Elle vit rapetisser le visage de son mari. Elle le vit lui faire le geste d'un baiser, mais, les siennes étant électriques, elle ne put le lui rendre.
Elle parvint à canaliser partiellement ses sentiments pour se tenir face à son mari. Cela ne durerait peut-être pas longtemps, mais cela n'avait aucune importance : elle voulait simplement le voir. Lui à la fenêtre de leur chambre. Quand elle arriva devant la maison, elle constata que la lumière, encore allumée, était présente à l'étage. Elle aperçut sur la pelouse des briques peinte en blanche qui formait le chiffre 27 (chiffre de leur année de mariage) qu'elle n'honorerait plus jamais. Pas très loin, les éclairs s'avérant assez lumineux pour lui révéler à travers un carreau de la cabane, le lit médicalisé entreposé dans un coin de la pièce, sans doute enfoui là peu après que son mari et elle quittèrent la zone désaffectée. La légèreté de l'air chaud formait à l'horizon des nuages, balayé par des vents très violents (pouvant dépasser 130 km/h), si bien qu'elle prit de la vitesse. La ville se révéla à elle comme un oiseau volant à basse altitude. Les lampadaires d'Adams Streets et des autres rues éclatèrent comme une rangée de perles. Depuis l'étage, monsieur Bachman vit au loin les lumières des maisons s'étouffer par des sombres nuages, plus d'une heure après l'explosion.

De puissants éclairs explosèrent dans le ciel, au-dessus de la ville. Puis une pluie torrentielle se déchaîna, des vents puissants, un orage qui détruisait tout, absolument tout sur son passage, comme si la ville n'avait jamais existé.
Trois jours plus tard, monsieur Bachman découvrit dans la poche droite de son pull-over, la bague de mariage (celle de son épouse) et une lettre écrite peu de temps après sa sortie de l'hôpital :

Avant ta nomination à l'O.M.M, je m'en souviens comme si c'était hier. Je t'ai longtemps observé, mes yeux étaient à l'affût de chacun de tes mouvements. Tu m'évitais, et tu disais que c'était déplacé, que cela te répugnait. Par la suite, je n'ai plus jamais été la même personne. Je ne voulais pas qu'on en arrive jusque-là. Selon toi, c'est ce que je t'inspirais. Tu disais : elle veut que je devienne ce genre de mari mielleux sorti tout droit d'un feuilleton sans fin, pas un mari de nom, contre lequel elle vient se fracasser.

Mon désir a toujours été d'être à tes côtés et de t'accompagner jusqu'à la fin. On s'est souvent disputé. Mais je n'ai pas pour autant abandonné notre mariage, ni les combats que mon cœur menait et ce qu'il me disait quand j'étais souvent seule. Durant toutes ces années, je n'ai pas fait comme les autres, je t'aime comme tu es, je ne suis jamais allé voir ailleurs, comme elles, parce que je suis ta femme et non celle d'un autre. Je ne te l'ai jamais dit, mais je suis née avec un angiome au cerveau, pour être plus clair, il s'agit d'une malformation vasculaire du cerveau. J'avais trente ans quand elle se manifesta violemment, jusque-là, je la supporter avec patience. Il m'a fallu plusieurs années pour apprendre à vivre avec elle normalement.

Aujourd'hui, cela n'a plus d'importance, ça ne veut pas dire que je me réjouis de ce qui t'arrive, ni que tu mérites ça.

Ce que tu es devenu après la sélection des expérimentateurs, nous a rapprocher, pas que physiquement parce qu'on tient l'un à l'autre, mais parce qu'on peut vraiment s'aimer maintenant. Tu pensais que notre couple était voué à l'échec. Nos disputes te faisaient rire, tu disais que j'étais folle, mais je sais qu'au fond, tu ne trouvais pas ça fou du tout ; Tu ne me comprendras pas, je ne suis plus naïve au point de croire le contraire, certaines personnes ne changeront jamais, mais ce n'est pas ton cas. Sans toi, cela ne serait jamais arrivé, et, sans, toi, je serais restée en partie morte à l'intérieur de moi. Tu ne me le diras pas, mais, moi, je te le dis : tu as ôté un énorme fardeau dans mon cœur, il était très lourd, et je peux à nouveau vivre. Tu as toujours été méfiant, et je vois que tu as changé, je peux te faire confiance à présent. Tu as rendu tout cela possible. Tu m'as appris à aimer de nouveau.

Avant tu disais que je devais laisser tomber parce qu'il n'y a plus rien entre nous, tout nous séparait. Maintenant, pas sûr, mais j'ai compris. Lorsque tu as dit « si je te disais que j'avais le pouvoir de te guérir ». Tu dis que tu peux me guérir, alors fais-le.

Sois courageux et sache que je t'aime.
Tendrement,
P.S : A dans vingt-sept ans, selon notre accord.


Monsieur Bachman assis dans le canapé, pleura à sa lecture. Seul les léchouilles de Sky venait quelque peu le réconforter. Il le caressa pour le remercier. Soudain, depuis la fenêtre du salon, il distingua un sombre nuage, se former à l'horizon.

— Mon vieux Sky, un orage se prépare dit-il. Ça commençait à faire long.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

NOUVELLES

Ils sont trois. Trois hommes gris. Quelconques, fatigués, le regard rendu inexpressif par la lassitude. Ils sont assis à quelques mètres les uns des autres, dans un bus de ...

Du même thème

NOUVELLES

Abel soupira et se redressa un instant sur sa chaise, faisant craquer son dos comme l'écorce d'un vieux pain sec. Une chose à ne pas faire, selon le médecin. Mais il le faisait ...