6
min

Allô Police ?

Image de Nicole Henne

Nicole Henne

48 lectures

11

Année 2020 ! Le sourire du nain de jardin semblait s'élargir sous le rayon de lune.La rue sinuait et les maisons bourgeoises s'alignaient le long des trottoirs couverts de gravillons beige clair. En planque dans une Dacia Sandero Lise grignotait du pop corn en écoutant bavarder Lucas , son équipier de choc,spécialiste en interventions musclées. Il était resté longtemps infiltré dans les sociétés financières huppées vu son haut potentiel en informatique. Mais un procès retentissant (où il avait témoigné) venait de casser sa couverture et il était de retour à la Criminelle.

Il y a vingt-quatre heures un jeune homme de seize ans avait découvert le corps de Miss Charleroi étalé près du nain. Elle était couchée en position foetale et l'assassin lui avait mis un pouce en bouche. Son écharpe de soie, où était brodé le nom de la ville,lui servait de turban à la façon des années 1920. Le bas de sa robe était aussi découpé en franges comme dans les "années folles".

Au même moment le médecin légiste terminait l'autopsie de la jeune fille. Tout semblait normal sauf de petites blessures dans la bouche et dans la gorge comme si on avait voulu la gaver telle une oie ! Mais l'estomac ne contenait que son souper, du vin et des gâteaux. Bien sûr, les résultats des analyses de sang allaient arriver très bientôt.Le laborantin lui annonça un empoisonnement au bichlorure de mercure. Il téléphona ces constatations à Lucas et à sa "profileuse" Lise. Evidemment il penchait pour l'ingestion forcée vu les blessures et la mise en scène très particulière qui entourait la Miss.

La presse régionale avait été avertie quelques secondes après la police par des syllabes nasillardes et rauques maquillées d'effets sonores tirés d'un enregistrement pseudo scientifique de voix venues de l'au-delà. Ce n'était guère habituel. Lise s'énervait sur le pop corn . Elle ne comprenait pas tous ces éléments pourtant très criards.

Un assassin de plus de cent ans :absurde! Un descendant ? Il fallait remonter la généalogie de la Miss. Elle avait envoyé un collègue aux archives de Charleroi. Elle adorait cette ville forgée par les "poumons noirs" de la Belgique. A l'heure actuelle, les charbonnages étaient fermés et les écolos reconvertissaient les terrils en zones vertes agrémentées de promenades fléchées pour les marcheurs, les joggeurs et les touristes toujours un peu trop rares.....
"Bon, encore un sale coup pour la région" avait dit Lucas. " J'en ai marre! Depuis l'affaire Marc Dutroux,le monde nous prend pour un repaire de pervers. Faut vite coincer celui-là madame Irma !" Lise le prit de haut : " Je ne suis pas medium voyons, arrête, sinon... J'ai étudié les sciences comportementales, le langage corporel, les rituels anciens et " Lucas lui mit des pop corn dans la bouche. " Je sais, je peux quand même te taquiner la surdouée!"

Lise réduite au silence savoura les petits flocons sucrés et repensa au légiste : le poison n'était pas banal. Jamais utilisé. Du moins à sa connaissance. A la radio, le journaliste sportif rappelait que Jordan Pickford, gardien de but écossais de première ligue, avait sauvé son pays au Mondial de 2018 grâce à ses arrêts magiques lors de l'épreuve des "tirs au but" au moment du match final. Il était actuellement chez "les Zèbres " carolos pour stimuler les jeunes talents avec Jason Denayer son "pote" des "Diables Rouges" nationaux.
Au même instant, Jérôme Colin, un collègue de la première chaîne qui venait d'interviewer Pickford dans son émission " Hepp Taxi" fonçait vers le commissariat. Le cameraman du jour venait de recevoir une video par le darknet où l'on menaçait Pickford de décapitation avec un sabre coloré au bichlorure de mercure.
Les hooligans des stades devenaient de plus en plus cinglés. Il n'y avait qu'un match de démonstration offert gratuitement aux jeunes de la province. Que du bonheur ! Justement le Proc était chez le commissaire Bernard quand il raconta la macabre menace. Bernard envoya un agent spécial comme bodyguard pour la star du foot.

Calmement le Proc lui dit : " Terrorisme?" Mais Bernard était frappé par le besoin de poison sur le sabre. Décapiter suffisait largement aux terroristes. En saisissant son téléphone, il agita négativement le tête vers le magistrat. Au bout du fil, le légiste confirma les vérifications du laborantin qui avait contrôlé son résultat. Une seconde plus tard l'homme de loi et l'homme de terrain discutaient l'étonnante information. Ils rappelèrent Lucas en urgence. Ils envoyaient Ludo planquer avec Lise. On avait besoin de ses compétences d'informaticien.
Lise réfléchissait encore et toujours : "Que venait faire la Belle Epoque dans cette histoire ?
Ludo la secoua et lui tendit un thermos de café noir assorti de chocolats pralinés. " Mais vous carburez au sucré dans la police ! Je vais devoir reprendre un régime bientôt..." Ludo hurla : " Pas bientôt, tout de suite. C'est le moment , c'est l'instant. Cours ! Une ombre vient de déposer un paquet suspect près du nain. Toi, tu galopes et moi , je vérifie si le colis est miné."

Une pointe au côté, elle revint avec un ado cagoulé et râleur comme on peut l'être à seize ans. "Mais c'est moi qui ai trouvé le cadavre! J'ai reçu un appel anonyme. Je devais déposer le CD placé dans ma poche près du nain pour éviter un malheur."
Ludo fronça les sourcils . " Et tu trouves ça malin? Obéir à l'aveuglette ? Sans prévenir les flics ?" L'ado lui répéta que la voix semblait venir d'outre tombe et qu'elle avait précisé que , de toutes façons, la police serait là mais qu'il ne devait pas se faire prendre. " Je veux sauver une vie, moi !" dit le D'jeun comme l'appelait Ludo. "Et zut, je te rentre chez toi , le môme. Lise , mets le CD dans le lecteur de la Dacia. J'arrive et je rapporte le smartphone pour les experts."

Paris appelait le commissaire Bernard. Pour le meurtre de leur Miss régionale, on accusait Miss France. Elle était en garde à vue pendant la perquisition qui l'avait accablée. Des enregistrements menaçants sur fond de phrases fantômes visaient à anéantir la compétition suivante du même style : l'élection de miss Monde. De plus c'était une groupie du célèbre footballeur Pickford actuellement à Charleroi. Naturellement les preuves étaient trop évidentes pour être véritables. Et elle avait un alibi puisqu'elle présentait un film d'animation durant la Nuit du Court Métrage Rétro au Bataclan. Tout spécialement , son speech portait sur Popeye et Olive .
Dans la Dacia Lise et Ludo écoutaient le générique du dessin animé propre au mangeur d'épinards ! Ebahis, ils ne comprenaient rien. Sauver Popeye ? Ils informèrent le commissaire qui jura entre ses dents. "Rappliquez, les enfants. Réunion au sommet. Et le Proc est là! " Lucas s'acharnait sur internet. Dans sa chambre d'hôtel , Pickford enrageait. Après l'avoir fouillé, on autorisa Denayer à le rejoindre.Le pitbull de la Crim restait avec eux. Miss France accepta de prolonger sa garde à vue pour sa propre sécurité. Les techniciens analysaient le smartphone du D'jeun . L'archiviste s'arrachait les cheveux qu'il n'avait plus. Aucun des ascendants de la petite Miss n'avait de lien avec le crime . Même cent ans en arrière.

Lise écrivit des mots clés sur un tableau blanc: miss,années 1920, foetus, Pickford, chlorure de mercure,Charleroi, Paris, Popeye, nain de jardin. Une liste , c'est toujours facile à rédiger mais quels liens nouer? Il fallait arrêter le criminel qui continuait ses horreurs tous azimuts.
L'archiviste arrivait pour seconder Lucas. L'informatique et l'Histoire devaient s'allier dans de pareilles circonstances. Ils tapèrent les mots clés chacun dans le domaine qui lui était propre. Après peu de temps et un regard de connivence ils mimaient "la danse de la joie". Balancements rythmés où l'on se déhanche de gauche à droite les bras en l'air avec un sourire béat ! "Stop" dit le Proc. "Accouchez" hurla Bernard.

Le 10 septembre 1920( il y a juste cent ans) Olive (la femme de Popeye) Thomas fut empoisonnée à Paris. Elle était mariée à Jack Pickford et elle était originaire de Charleroi en Pennsylvanie. Ancienne Miss c'était une vedette du cinéma muet. On avait hâtivement conclu au suicide par bichlorure de mercure.
Enfin ! Un fil conducteur !
Mais qui était motivé par cette vieille histoire et créait tout ce ramdam en 2020 ? De sa petite voix cristalline , Lise précisa qu'il fallait tenir compte de la position foetale pour compléter le profil du tueur afin de l'empêcher de nuire. La photo d'Olive Thomas envahit l'écran et le remplit totalement. Tous ouvrirent des yeux stupéfaits .C'était le portrait craché de Miss France. Bernard sonna illico chez son homologue parisien.
En video conférence , ils assistèrent au deuxième interrogatoire de la jeune beauté française. Elle se mit à pleurer devant la caméra. Oui! Olive était maman. Et elle avait abandonné son arrière grand-mère et toute sa lignée. Elle haïssait les reines de beauté qui fuient dans la mort et tous les Pickford du monde. Puis elle cria : "C'est moi la vedette maintenant ! Appelez la Presse. Je serai plus célèbre qu'elle mais je serai morte aussi" Venue de nulle part, elle sortit une seringue de bichlorure de mercure.

Alors Lise ajouta encore de sa voix toujours cristalline: " Voilà une complice qui s'élimine elle-même. Complice car elle était à Paris au Bataclan le soir de notre crime." Un lourd silence plomba l'atmosphère. Lise avait raison. Le tueur courait toujours....
L'archiviste replongea sur l'ordinateur. A l'hôtel, Pickford expliquait au pitbull que la folie de sa groupie provenait sûrement d'un lourd passé et des fans qui la harcelaient.
Mais Lucas avait un regard fixe et glacé. Sa mémoire d'infiltré le titillait. L'homme qu'il avait fait condamner était un riche banquier pédophile. Les photos des petits garçons le fascinaient. Les "nains" comme il les appelait. Il exhibait sa musculature durant les interrogatoires. "Je suis fort comme Popeye" aimait-il répéter. "Depuis que j'ai témoigné, il m'envoie des lettres de sa prison. Il veut me casser comme enquêteur puisque j'ai usurpé sa confiance.
"Continuez", dit le Proc d'une voix de velours pour ne pas couper les confidences de Lucas. Ce dernier ajouta : " Il a un réseau même en prison, c'est certain ! Un mercenaire quelque part et des cibles. " Lise afficha au tableau blanc les photos des complices potentiels du banquier retirées du dossier prêt à être classé.
"Il hait les filles, continuait Lucas surtout les plus jolies. Pour lui elles n'ont pas la beauté des garçons qu'il a martyrisés. Il sponsorise les concours de beauté, un peu partout en Europe. Je n'avais pas compris pourquoi. Maintenant c'est fait. Les deux miss sont mortes mais il reste Pickford ! Il y a trois cibles et je parie qu'il nous a infiltrés pour se venger.

Le commissaire Bernard pointa une photo sur le tableau blanc et lança , avec l'accord du Proc, sa brigade d'assaut juste à temps pour empêcher le pitbull de flinguer les stars du foot ! En prison le Banquier sut très vite qu'il était "échec et mat"
A l'annonce du succès de l'intervention,le Proc cria "Champagne!" Et il emmena tout son petit monde au Barhaut (sans jeu de mots) de Charleroi pour sabrer les meilleures bouteilles de la ville .
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Une histoire qui happe son lecteur.
·
Image de Mab
Mab · il y a
L'idée est intéressante avec ce crime hors du temps ,j'ai du relire parfois pour suivre les personnages . Imagination et rythme.
·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Oui ce texte est un peu "foisonnant". Pour simple information le fait divers de 1920 est réel. Donc Olive aussi et Pickford et Charleroi en Pennsylvanie. Alors je suis entrée en "belgitude" et les péripéties envahissaient mon cerveau. Merci pour votre sympathique lecture
·
Image de Rtt
Rtt · il y a
nerveux, prenant, se lit d'une traite, Bravo
·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Ah ça me fait plaisir que vous l'ayez lu d'une traite ! C'est un beau cadeau votre lecture.Merci
·
Image de Charlotte Talon
Charlotte Talon · il y a
Voilà une enquête rondement menée, bravo
·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Merci pour votre lecture !
·
Image de Ody
Ody · il y a
L'histoire est prenante, de mon point de vue, il manque une ambiance et des paliers dans l'enquête, d'autant que vous n'avez pas de contrainte de signes.
Il est facile de commenter, moins d'écrire, et je suis bien placé ;)

·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Merci pour votre avis.sincère. Si je travaillais de la sorte , je pourrais même écrire plus qu'une nouvelle.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Ça va très loin ! Superbe nouvelle !
·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Le fait divers à Paris en 1920 est véridique.
·
Image de Nicole Henne
Nicole Henne · il y a
Je vous remercie. Surtout pour "loin et superbe." Vous avez des mots qui me concernent.
·