Adolf

il y a
1 min
33
lectures
5

J'avais quinze ans à la publication de mes premiers textes. Ais je beaucoup changé depuis ? Sans doute, bien plus cynique, bien plus d'aversion pour le déballage de grands mots savants pour rien ... [+]

Sous l'ombre salvatrice d'un pommier, une dizaine d'hommes somnolent. Le groupe sombre couvert de cicatrices songe aux dernières mutineries françaises. Ils remplissent leurs gamelles en fer de vin rouge, obtenu auprès des populations restées sur place, malgré l'avancée des troupes. Heinrich, entre deux gorgées, peste contre ces foutus obus envoyés le matin même. Il s'était caché à temps, mais son camarade avait reçu plusieurs éclats dans le genou. Pour lui, la guerre est finie, aussi sûrement que sa jambe sera coupée, tout ça à cause du commandement. Hans renchérit, il a des poux, comme la plupart de ses camarades, ces nuées invisibles contre lesquelles on ne peut rien. Il faut profiter de cet été pour se laver, avant que les tranchées ne se transforment en un bourbier invivable et glacé.
La faim les aurait déjà tués s'ils n'avaient pas dépouillé le verger, dont la tranquillité contraste avec la désolation et les cendres du front, à quelques kilomètres de là. Hermann écrase un frelon menaçant et rajoute, en se tournant sur son seul flan indolore, que la ration de pain frais devrait arriver d'ici quelques jours, heureusement d'ailleurs, parce que les croûtes rassies qu'on a servi à l'escadron la veille ne rempliraient pas l'estomac d'un enfant.
Ils poussent un soupir unanime. La liqueur étanche la soif, les pommes apaisent la faim, une sieste repose les corps meurtris, restent leurs esprits blessés à soigner. Adolf se lève et les interpelle. Il parle, longuement, avec aisance, déblatère une heure, deux peut-être. Ce sont les Juifs qui manipulent le Kaiser, il faut s'en débarrasser pour gagner la guerre. Les hommes se taisent. Ce petit soldat agressif qui se tient devant eux les subjugue. Il vient de faire un premier pas vers les ténèbres.

5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !