Adieu COVID-19

il y a
5 min
52
lectures
3

Et donc... Pour parler sans être interrompu, il faut tout simplement écrire. Écrire et surtout écrire sa force pour que la lumière soit ! Un jeune auteur suis-je, Écrivain poète, nouvelliste  [+]

#COURT_RÉCIT_SOCIÉTÉ­ (fiction)
. ⛔ Adieu COVID-19
¶¶LE TRIOMPHE DU BIEN SUR LE MAL ✓
--------------------­­­------------------­-­-­--------
--------------------­­­-----
Lorsque l'amour est bien, le mal nuit.
Incroyable !
C'était incroyable !
Cela arriva le 16 du mois de mars. Dix sept jours plus tôt, le jeune couple était mis en quarentaine.
Ils venaient de rentrer au pays.
Ils avaient quittés Milan passant par Naples pour atterrir après de longue durée de vol.
Abel et Akankè se sont mariés il y a de cela trois mois.
Ils continuaient de savourer pleinement leur délice d'union.
L'on ne pouvait pas leur en vouloir. Le monde traverse une situation plus que cruciale, un moment de crise sanitaire dans laquelle il se voit tombé au pied d'un géant minuscule virus. Le jeune couple est de retour sur leur sol natal. Il sont conduit depuis l'aéroport pour l'isolement.
Et ce fut.
Une fois fini, les hommes et femmes en blouse blanche, infiniment couvert de blanc, de cache-nez et des gants, les conduisit vers le central de dépistage.
Le jeune couple doutait fort de la contamination.
Ils ont vu de leurs propres yeux les dégats causés par ce virus intolérant.
En vingts-quatre heures, plus de six-cents personnes rendaient l'âme sur les lits dans les hopitaux malgré le grand aide des soignants.
Bien qu'il (le virus) est une pandémie, la peur qu'il génère dans l'esprit de nombreuses personnes reste élevée à un taux incertain.
Qui accepterait entrer en aventure avec ce nouveau virus peste ?
C'est bien la peste qui tue, mettant les Hommes actuellement dans une situation très ambiguë.
Les médécins ont entamés les tests.
Dans la salle, on pourrait humer l'air du désespoir total dans lequel sont ils tous baignés.
Puis vint le tour du jeune couple. On pourrait voir les gouttes de larmes innocentes dans ce visage innocent de la jeune fille.
À peu près la vingtaine envisageait- elle.
D'un geste large ils prennent place devant la caissière du soignant, lui qui, voilé de part et d'autre et de la tête jusqu'au talon, essayait de faire quelques gestes comme un sous marin en mission afin de mieux communiquer avec les deux patients.
Le dépistage ce fut.
Le jeune couple se voit reluqué dans un coin de la pièce en attendant les résultats.
Ils visaient la poignée de la
porte, s'affaissa lentement et cette dernière s'ouvrit.
Le docteur en blanc apparût, une enveloppe en main.
Le jeune couple braqua leurs regards sur ce dernier.
Il se tenait à deux mètre d'eux, se rapprocha légèrement, viola les "1 mètre", poussa un profond soupir, puis donna l'enveloppe à l'homme. Il prit ensuite congé d'eux sans mot dire.
Les signes de mains suiffisait.
Tout était dévoilé sur le papier.
Le résultat était là.
Le jeune homme l'ouvrit et le lit. Sa femme Akankè dormait déjà. Oui, le résultat était vraiment là.
Ils étaient tous les deux porteurs du virus peste.
Son regard devient sombre sous la menaçe des larmes.
Il voyait la mort venir toquer à la porte de son existence.
Sans faire du bruit, il se leva faiblement de la natte et fit plusieurs tours de la pièce.
Il voulait fuir, fuir et quitter le monde.
Mais comment quitter le monde, et les hommes, et les particules sans mourir ?
Il devrait faire le plus vite possible un choix personnel.
Il toussa.
Il éternua.
Il sentit la fièvre monter.
Il ne savait pas que sa femme s'était réveillée.
Il pleurait.
Sa femme ouvrit les yeux. Elle sait déjà ce que se passait. En elle se trouvait un espoir.
Un courage d'amazone.
Elle avait quasiment la foi en Dieu. Elle cherchait où mettre sa vie et l'avenir de son foyer.
Elle se leva lentement mais fortement et se dirigea vers son homme.
Abel tiqua.
Elle le rassura et le consola.
-- Nous sommes porteurs du virus ,Lança Abel
-- Je le sais. Nous n'avons pas pu échapper à cela
-- La contamination est trop rapide. Nous ne pouvons plus rien faire, Nous allons tous mourir.
Akankè toussa. Elle sentit la fièvre aussi monter en elle. Elle eût assitôt des céphalés. Son corps se chauffa à l'encontre de la grippe. Elle se mit à grelloter. Malgré la souffrance, elle continua :
`
-- J'ai une solution je pense.
Abel surprit, se retourna vers elle.
-- Laquelle ?
-- Abel, nous sommes en 2020, et tu sais bien que les mots ont un pouvoir positifs éternel représentant l'existence.
-- Oui, oui répondit son mari.
-- Trouvons un dictionnaire stp.
-- Pourquoi faire? Nous allons bientôt mourir et tu parle de dico.
-- Je sais ce que je fais, nous devrions et vite trouver une solution et en occurence spirituelle.
-- Quoi ?
-- Utilisons le pouvoir des mots. Mon intuition ne ment jamais.
Elle toussa.
Elle prit son téléphone et vérifia le pourcentage d'énergie.
Sa battérie était à 20% . Quelle chance ?
Elle consulta en vrac le dictionnaire numérique qu'elle avait. Elle rechercha encore et encore le mot ou le nom "coronavirus" et zuuut! Elle ne trouvait rien. Dépassée, elle cria de toute force :
-- Le coronavirus n'existe pas ! Il n'a même aucune trace d'existence.
--- Tu es folle ? Enfin, Akankè tu as quoi ? Ça ne va pas hein ?
--- Ça ne devait pas aller ? Je viens de trouver la solution. Abel souviens toi de ce qu'on s'est dit le jour de notre union.

---- UNIS POUR LA VIE ! ?‍❤️‍?
---- Et comment pourront nous être unis, ensembles, et heureux sans vivre? Unissons nos forces d'amour, c'est la solution.
`-------------------­­­------------------
Akankè, je crois...je crois que nous devons faire appel au docteur.
Les deux, par une ouverture cria au docteur.
.
--- Docteur, docteur, docteur, (en choeur)
.
Un autre homme, pas celui qui les avait dépisté, arriva vers eux.
Il demanda :
-- Vous ne devriez pas quitter la pièce. Vous devez vous calmés et suivre les traitements.
-- En quoi cela nous concerne ? Lança Akankè.
Abel hocha la tête. Il toussa. Le médécin le jaugea du regard puis lui tendit un nouveau cache nez. Après un long silence le médécin demanda :
-- Que puis-je pour vous alors ?
-- Sauve nous ! Répondit Abel
-- Mais comment voulez vous que je vous sauve d'une maladie qui n'a point de remède, d'une peste qui tue?
-- Cela n'atteint pas tous le monde !
-- svp il faut nous refaire le test. Ajouta la mariée.
-- Ok, c'est votre désir. On passe au test dans un instant. Apprêtez vous !
Un silence règna. Abel coula les larmes. Akankè le tira contre elle.
-- Soit fort mon bébé d'amour.
-- Chérie, je t'aime ! Nous n'allons pas mourir. Mumura Abel
-- Crois- le.
Il faut le croire. Assura Akankè .
Main dans la main, les deux amours quittèrent la pièce et se dirigèrent vers la table.
Ils voulaient reprendre le test. Ils voulaient croire qu'il n'avaient pas le virus en eux.
Ils toussèrent et éternuaient toujours.
Le médécin se positionna devant eux.
L' activité reprend.
Au bout de quelques minutes le dépistage fut achevé. La nuit à été encore une fois de plus longue. Le lendemain le résultat fut de nouveau présent. Cette fois-ci le soignant veut les voir.
Le résultat fut négatif. Incroyable mais vrai !
C'était le 16 du mois de mars. Un vent frais circulait.
Le premier cas guéri du COVID-19 fut triomphalement annoncé dans les quatre coins du monde. Le jeune couple n'en croyait pas à leurs yeux.
Un miracle, un prodige ? Eh...oui, après de profonds examens menés pas un professionnel docteur, il en résulte que le jeune couple souffrait tous les deux de la fièvre typhoïde associée à une grippe sauvage.
Le couple fut libéré après que la période d'isolement fut achevée. Ils sont libres. Gravés sur des écritaux, ils ont écrit des messages de sensibilisation et d'appel à la prévention face à la peste virus qui tue. Ensembles le jeune couple a pu déjouer son plan.
Ils souffraient juste d'une simple maladie semblable.
Personne ne veut attraper le virus ou être contaminé. Aujourd'hui le jeune couple est complectement guéri et bien heureux. Ils sont aussi des humains comme toutes autres personnes qui vivent ce théatre du monde dans le monde entier.
----------------------
Ensemble unissons nos forces pour vaincre la peste virus. Adieu COVID-19 ! L'union fait la force ! Ensemble nous avons vaincu la fatalité !
----------------------------------------
--- Excusez-moi pour les fautes d'orthographe.
.
--Si mes écrits vous plaisent ou vous aident d'une manière ou d'une autre, vous pouviez m'encourager en m'ecrivant par courriel
*?️charbelsonou@gmail.com
3

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Maeva Youmbissie ngaleu
Maeva Youmbissie ngaleu · il y a
Que C'est beau !!
Je reste sans voix

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Majeure !

Francine Lambert

À l’aube de sa dix-huitième année Maryam était inquiète : « majeure » ! Quelle émotion et, en même temps, quelle angoisse ! Pourquoi fallait-il que la vie soit si... [+]