A qui le tour ?

il y a
3 min
653
lectures
26
Qualifié
— Oh sacrebleu de nom de dieu !
— Philimon ! Arrête de jurer !

Depuis la buanderie du rez-de-chaussée, Ambrosine distingua clairement les jurons de son mari. S'il n'était pas rare de l'entendre ainsi proférer des noms d'oiseaux, elle fut surprise qu'il en eût prononcé deux de suite. L'instant devait être grave. Elle posa délicatement le fer à repasser sur la table et tendit l'oreille.

— Nom d'une pipe en bois, saperlipopette !

Ambrosine s'inquiéta davantage. Que pouvait-il bien se passer dans le bureau du premier étage ? Philimon enchainait les jurons comme jamais elle ne l'avait entendu. Même le jour de l'investiture de François Mitterrand, il était resté stoïque et silencieux. Il n'en fallut pas plus pour que le cœur de la femme s'emballât. Elle pensa immédiatement que son mari faisait une crise cardiaque. Effrayée à l'idée de perdre une bonne partie de sa pension de retraite, elle se précipita dans l'escalier laissant une chemise à demi froissée posée sur le molleton de table à repasser.

— Ambrosine ! Viens tout de suite !
— Oui, j'arrive mon Philimon, tiens le coup, je vais aussi vite que possible !

Elle en était maintenant persuadée, son bien aimé était en train de sombrer. Oubliant son arthrite aux genoux, elle escalada aussi vite que possible les marches. Le cœur battant comme jamais, elle se rendit compte qu'elle n'y arriverait pas. Il lui fallait ralentir. Ses jeunes années étaient déjà très loin derrière, presque sur la ligne de départ alors que son corps, lui, arrivait à bout de course. Elle repensa à la promesse de Philimon de faire installer un monte-escalier et se surprit à marmonner : « Si je n'arrive pas à temps pour te sauver, ça sera par ton entière faute ! » Il lui fallut deux bonnes minutes pour arriver à bout de la vingtaine de marches. Essoufflée comme après un de leurs ébats d'antan, elle s'appuya contre le mur pour effacer les étoiles qu'elle avait devant les yeux.

— Morbleu ! Vas-tu finir par arriver ?

L'entendre ainsi était plutôt un signe de bonne santé, Ambrosine se sentit presque rassurée d'entendre son mari s'exprimer encore de la sorte. Il se battait contre le mal qui l'emportait, elle était fière de son courageux amant qui semblait tout faire pour ne pas l'abandonner à une triste fin de vie.

— Voilà ! Je m'en viens mon Philimon, que t'arrive-t-il pour t'exprimer avec tant d'élan ?

Elle l'aperçut enfin par le cadre de la porte. Il était assis à son bureau, derrière son écran d'ordinateur. Encore à faire son internet, pensa-t-elle. On ne fait pas d'internet quand on est victime d'une attaque cardiaque ! Ça n'avait pas de sens d'être tranquillement assis à son bureau alors qu'il expirait son dernier souffle. Le fameux internet, sujet de discorde depuis que Philimon avait abandonné les puzzles au profit de ce nouvel outil technologique auquel Ambrosine était parfaitement réfractaire.

— Ah, te voilà enfin ! Regarde ça, Ambrosine !
Philimon s'écarta pour laisser tout le loisir à sa femme de regarder l'écran.

Toujours à bout de souffle, Ambrosine avait du mal à reprendre ses esprits. Elle sentait ses mi-bas nylon glisser sur ses mollets, l'effort intense avait dû faire céder les élastiques. Encore apeurée et dans l'incompréhension elle réussit à lui demander :

— Veux-tu que j'appelle les secours ? Tu vas vivre mon chéri, tu vas vivre !
— Comment ? Mais qu'est-ce que tu racontes ? Tu perds la raison, ma chère Ambrosine ! Regarde plutôt ça !

Elle ne comprenait pas ce que Philimon lui montrait, il semblait aller parfaitement bien, alors pourquoi cet empressement soudain à la faire venir de la sorte ? Elle avait risqué sa vie pensant sauver la sienne, un élan d'altruisme aussi rare que ses maigres économies sur son compte en banque. Elle s'approcha de l'écran en saisissant ses lunettes accrochées à leur chaine imitation or. Elle y vit une suite de sept chiffres qui semblaient n'avoir aucune logique. Qu'y avait-il à comprendre ?

— C'est encore ton soudoukou que tu me montres ?
— Mais non, voyons ! Tout d'abord, c'est « Sudoku » et puis, enfin, ne comprends-tu pas ?

Philimon semblait presque agacé, mais il gardait le sourire comme celui qu'il avait eu le jour de leur rencontre, il y avait fort longtemps, dans une autre vie de jeunesse prometteuse. Il ne put s'empêcher de garder la nouvelle davantage et écourta le suspens.

— Ceci, ma chère, sont les numéros de la fin de nos maigres retraites ! Nous avons gagné à la loterie européenne ! Je peux à peine y croire !
— Mais tu joues à des jeux d'argent maintenant !

Ambrosine semblait offusquée d'apprendre la perversion de son mari. Qu'allait en penser le Seigneur ?

— Et combien as-tu gagné pour jurer comme un charretier ?
— Deux cent vingt millions d'euros, ma chère ! Deux cent vingt millions !
— Bien, et combien ça fait en anciens francs ?

Philimon se concentra un instant.

— Un peu plus de 144 milliards !

Ambrosine pensa que tout ceci méritait bien une petite entorse au péché d'avarice. Enfin, elle allait avoir ce monte-escalier qui lui faciliterait grandement la vie. Elle n'osa pas demander si elle pouvait changer sa vieille yaourtière qui faisait des siennes.
26

Un petit mot pour l'auteur ? 31 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viktor September
Viktor September · il y a
On s'habitue à tout, surtout à peu...
Image de Norsk Fra Norge
Norsk Fra Norge · il y a
Avec ça, Ambrosine pourra se payer un compagnon qui ne passe pas son temps à lui gueuler dessus. Ça va la changer ! 😉
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
C'est l'amour vache ;-)
Image de Herrla Alegria
Herrla Alegria · il y a
D'un réalisme saisissant! J'étais moi aussi essouflé à mon arrivée en haut de l'escalier! J'aime bien l'alternance entre dialogues et narration! Plein de petits détails succulents, dont celui des bas nylon.
Merci de m'avoir donné ces palpitations! ;)

Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Respirez lentement ;-) Merci pour votre message !
Image de Céline Poisson
Céline Poisson · il y a
Le décalage entre la course a l argent vers laquelle le monde actuel nous pousse et la simplicité de cette femme aux valeurs affirmées !
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Et qui sait se contenter de peu !
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
J'adore le décalage d'attitude entre les deux personnages, c'est ce qui fait le burlesque de cette scène. Bravo :)
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Bonjour pour votre retour ! C'est toujours encourageant.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Excellent ♫ Vous faîtes une suite ?
Image de Benoît Poisson
Image de Florence Guillanne
Florence Guillanne · il y a
Les réactions de cette Ambrosine sont épiques, j'adore ! Ça m'a fait sourire plus d'une fois.
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci beaucoup, je la trouve attachante cette Ambrosine !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ce vieux bonhomme est drôle avec ses jurons « vintage ». Texte qui possède une force comique indéniable, et de la tendresse.
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci d'y avoir vu de la tendresse.
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
J'adore le coup de la yaourtière ! Elle me fait penser à ma grand-mère cette Ambrosine, qui ne gagna pas au loto mais à qui on installa un petit frigo pour ses 80 ans et trouva cela très pratique pour ranger ses chaussures et ne vit pas l'intérêt réfrigérant de la chose. Merci !
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci pour cette anecdote ! Je suis ravi que cette histoire vous ait replongé dans de doux souvenirs.
Image de Dominique Toutain
Dominique Toutain · il y a
Toujours aussi bien écrit…
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci madame !
Image de christine A
christine A · il y a
Votre Ambrosine est très réaliste, bravo, j'ai bien aimé.
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci beaucoup !
Image de Françoise POISSON
Françoise POISSON · il y a
Trop, c'est trop ! Cette humble femme ne réalise pas. Elle comprend simplement qu'elle pourra peut-être se payer ces petites choses dont elle rêve depuis longtemps. Il semble que ça lui suffira.
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Une femme qui saura garder les pieds sur terre !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Les noms des gagnants à ce jeu sont tombés ce matin ! Votre texte arrive comme un hasard qui s'est trompé d'individu !
j'ai bien ri !

Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Oui j'ai entendu ça aussi ce matin ! Merci pour votre commentaire.
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
en profiteront ils pour changer de prénoms ? je blague. je crois que le monsieur a bien fait de troquer ses puzzles contre internet et les jeux d'argent :-) une lecture toute en sourire !
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci pour votre retour ! Ils auront tout le loisir de changer de prénoms s'ils le souhaitent ;-)
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
C'est très drôle, j'ai adoré, pas facile d'être riche...!
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Un grand merci !
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
J'ai beaucoup aimé votre conte, super, mon soutien
Image de Benoît Poisson
Benoît Poisson · il y a
Merci beaucoup !

Vous aimerez aussi !