À moi de décider

il y a
18 min
45
lectures
3
Trois personnes sont devant moi à attendre que je me mette à danser. C’est une audition extrêmement importante pour mes parents et ma sœur. Si je la réussie, je grimperai d’un cran dans leur estime et je ne serai plus une bonne à rien. Mais n’allons pas trop vite et commençons par le début.
Je suis née en France dans un petit village près de Paris... euh... pardon, excusez-moi, je ne voulais pas vous raconter ce début là, mais le début de toute cette galère.
Je m’appelle Eva et aujourd’hui c’est mon premier jour dans un nouveaux lycée. J’ai eu 16 ans en août et mon histoire est quelque peu compliquée.
Depuis que je suis rentrée en cinquième, je rêve de venir en Californie pour étudier. Qui ne rêve pas du lycée Américain avec tout ce qu'on nous montre à la télévision ? Mes parents n’étaient pas d’accord pour me laisser toute seule dans une ville que je ne connaissais pas toute une année alors que je n’avais que 15 ans. Mais je n’ai pas lâché mon rêve et un jour, où nous rendions visite à mes grands-parents, ces derniers m’ont fait la surprise de me payer le voyage pour passer tout le mois de Juillet à Malibu en Californie dans une famille d’accueil. Quand mes parents l’ont appris, ils étaient furieux, mais j’ai réussi à les convaincre de me laisser partir.
Arrivée à Malibu, je suis tombée sur la meilleure famille d’accueil qui puisse exister. Et j’ai vite fait partie de cette famille en or. Arrivée à la fin du séjour ma famille d’accueil m’a emmené à l’aéroport et nous avons tous pleuré.
Dans l’avion, je me suis rendue compte d'une chose. Avant ce voyage, je n’avais qu’une famille : Robert, mon père qui fait toujours des blagues nulles, Patricia, ma mère et ma soeur, Juliette, qui ne vit que pour être la meilleure de nous deux. Mais maintenant, j’avais une deuxième famille : Joe, mon deuxième père, Hardin, mon frère sur qui je peux toujours compter et Ginny, ma petite sœur à qui je peux apprendre tant de choses.
Le jour de mon anniversaire, j'ai reçu un appel d’Hardin et ce fut le plus beau jour de ma vie. Il m’annonça que son père avait proposé que je vienne étudier en Californie dans leur lycée et que j’aurai une bourse car il savait que mes parents ne pouvaient pas se le permettre financièrement. Mes parents acceptèrent l’offre une semaine avant les cours, ce qui ne me laissa pas beaucoup de temps pour préparer mes affaires.

Trois jours avant la rentrée, j’étais enfin de retour dans ma deuxième famille. Ma première année de lycée se passa à la perfection, j’étais vite devenue sans trop le faire exprès la fille la plus populaire du lycée. Mais contrairement aux autres filles populaires, je ne profitais pas de ce privilège ou seulement pour défendre mes amies. J’étais dans un club de musique avec un professeur génial.
Vers la fin d’année ma sœur m’a demandé de passer une audition de danse classique pour lui faire plaisir. Je n’ai pas une très bonnes relations avec elle. En fait, on ne s'est jamais très bien entendues. Il y avait des périodes où cela se passait bien mais s'était rare et de courtes durée. J’ai accepté de passer cette audition, mais si j’avais su !
Ma sœur, ayant fini ses examens en juin, décida de me rejoindre en Californie et nous travaillions la danse classique tous les soirs pour que je sois enfin prête.
Depuis l’âge de mes 3 ans, je danse. J’ai pris des cours pour toutes sortes de danses : du flamenco, de la danse africaine, modern-jazz, hip-hop et même de la danse classique une année mais c’est la danse que j’ai le plus détestée. Fin Août, mes parents et ma sœur sont rentrés dans ma chambre en criant que j’étais acceptée dans la plus grande école de toute la Californie. Je n’ai pas tout de suite compris, mais après, ma sœur m’a expliqué que c’était pour ça l’audition.
Me voici donc embarquée dans ce projet qui n’est pas le mien, prise au piège en quelque sorte.
Je tape violemment mon réveil. Je me lève et choisis une tenue dans ma commode. Je descends ensuite rejoindre toute ma petite troupe pour le petit-déjeuner.
-Salut, me dit Hardin et Ginny.
-Salut, dis-je encore endormie.
-Alors pressée pour ton premier jour ? Me demande Joe en me donnant mon assiette de pancake.
-Bonne question, je pense que je te dirais plutôt « non ». Par contre, en plus de la danse, j’aimerai bien le chant.
-Tu penses que Juliette va être d’accord ?
-De un, merci de casser l’ambiance Ginny et de deux, Juliette n’a rien à dire vue que c’est Joe qui décide ici.
-On va essayer et on verra, reprend Joe.
Je remonte alors dans ma chambre préparer mes affaires. Un sac pour les cours et un autre pour la danse.
-Eva dépêche toi, on doit voir Blair et Alex avant le lycée ! Me crie Hardin en bas des escaliers.
-J’arrive, dis-je en descendant. Quelqu’un aurait-il vu mon livre ?
-Pourquoi ?
-Pour lire peut-être.
-Tiens, me dit Joe en me le lançant.
-Merci.

J'arrive émerveillé par le magnifique bâtiment.
-Tu as l’air perdue.
Je me retourne surprise par cette voix soudaine.
-Laisse-la tranquille Milles, dit alors une fille sortie de nulle part. Je m’appelle Pola mais tout le monde m’appelle Pol.
-Pourquoi raccourcir un prénom d’une lettre seulement ? Par exemple, si tu t’appellais Elisabeth, tu pourrais le raccourcir en Elisa ou en Lizzie mais là, ça n’a strictement aucun intérêt. Après un instant je reprends, excuse-moi j’ai souvent des avis bien tranchés.
-Pourquoi tu t’excuses ? C’est la première fois qu’on me dit un truc aussi sincère dès la première rencontre, reprends Pola.
-Sinon comment tu t’appelles ?
-Eva et tu n’as pas tout à fait tort, je suis nouvelle. Je ne suis pas perdue mais émerveillée par cet endroit.
-Toi, tu es une musicienne, me dit Milles.
-Pas tout à fait, je suis une danseuse ici, mais ma passion c’est la musique.
-Ta passion c’est la musique ? Mais tu viens pour la danse ! dit Pola sur un ton d’incompréhension.
-C’est une longue histoire.
-Raconte, on adore les histoires.
-Ce serait avec plaisir mais je préfère aller visiter les locaux pour me repérer avant le début des cours.
-Toi, t’es un sketch, dit Milles en riant.
-Désolée.

Je rentre dans l’établissement de danse et m’assieds sur un petit renfoncement. Je sors mon livre et commence à lire jusqu’au moment où je vois mon lacet défait. Je me décide à lâcher mon livre quelques instant pour le refaire.
-Eh ! C’est mon livre ça ! Dit une voix près de moi.
-Pardon ? Dis-je en me relevant.
-Tu m’a volé mon livre.
-Je ne t’ai rien volé, c’est mon livre.
-Bien sûr, voleuse.
-Mais où tu vas c’est mon livre !
-Regarde bien ça, ce sont mes notes.
-C’est moi qui ai écrit ces indications sur les marges.
-Écoute voleuse, je te conseillerais de ne pas me faire d’embrouilles car ça va mal finir pour toi ! Donc bye !
C’est une blague il vient de se barrer avec MON livre !

Quelques minutes plus tard, je me retrouve en cours de danse. Madame Robanesque nous fait faire des exercices, plus assommants et durs les uns que les autres. Nous passons en groupes et après environ deux heures d’ennuis, elle décide de nous parler du grand Gala à venir.
-Très bien, la moitié d’entre vous ne serons plus là dans deux semaines. La danse demande énormément d’efforts et encore plus pour certains, dit elle en me regardant.
Je sens que ça va pas être la joie ici.
-Dans bientôt trois mois, il va y avoir le Gala de noël mais avant, il y aura un autre Gala plus confidentiel et vous allez tous y participer, pour ceux qui seront toujours là. Certains seront mis plus en valeur que d’autres et c’est pour ça que le rôle principal masculin va choisir la danseuse et pour cela nous comptons sur notre excellent danseur : Hugo !
Je n’en crois pas mes yeux. C’est celui qui m’a volé mon livre.
-C’est l’un des plus beau danseur-acteur de toute l’Amérique, dit une fille à son amie.
-Sérieux ?
-Tu ne le connais pas ? Me dit la même fille.
-Je devrais ?
-Oui ! Il a joué dans « Le contraire de l’amour ».
J’ai vu ce film et je l’ai adoré.
-Je l’ai vu aussi mais je ne l’ai pas reconnu.
-C’est le plus beau !
-Eva, m’appelle la professeur.
Je me lève et me dirige vers elle.
-Tu es en très mauvaise posture pour le rôle féminin du Gala.
-Comment ça ?
-Si j’ai bien compris, tu as déjà eu un incident avec Hugo. Et le vol est pénalisé ici, alors c’est pour cela que je te colle tous les soirs pendant une semaine.
-Mais je n’ai rien fait, c’est lui qui m’a volé mon livre !
-Veuillez baissez d’un ton avec moi ! Merci. Hugo est un garçon bien élevé, il ne ferait jamais ça !
La sonnerie retentit et je décide de partir le plus vite possible de ce cours. Je prends mes affaires et commence à les ranger quand le beau garçon aux yeux vert me dérange à nouveau.
-Alors voleuse, ça va ?
-Je ne sais pas quel est ton problème mais la danse c’est super important pour moi alors s’il te plaît juge moi que pour ça !
-Tu me supplies ?
-En fait, t’es super énervant.
-Pourquoi tu m’a volé mon livre ? Me demande-t-il en prenant le livre dans ses mains. Tu n’as pas d’argent pour t’en acheter un ?
Je décide de ne pas faire attention à lui et prends mes dernières affaires pour les mettre dans mon sac quand j’aperçois le même livre que le mien sortant de son sac.
-Excuse moi c’est quoi ça ? Dis-je en lui montrant.
-Où l’as-tu trouvé ?
-Dans ton sac, ce qui veut dire que CE livre est le mien ! Dis-je en prenant mon livre de ces mains. On se demande qui est le voleur ?
-Je... je suis...
-Désolé, je m’en doute mais vue que tu M’AS volé, tu pourrais peut-être aller le dire à la prof pour qu’elle retire ma sanction !

Je rentre dans la maison, dépose les clés, ma veste et mon manteau. Je prends une glace dans le frigo et me pose sur mon canapé. Je reçois un appel vidéo provenant de ma mère que j’accepte.
-Salut maman...et papa.
-Salut petite soeur.
-Et Juliette ?
-Soit pas surprise de me voir, tu sais, je vis ici.
Comment je pourrais l’oublier ?
-Oui je sais mais...
-Félicitations ma chérie, me dit mon père, le sourire jusqu’aux oreilles.
-Merci mais on savait déjà que je rentrais dans cette école.
-Pas pour ça débile !
-Juliette ! Dit ma mère réprobatrice.
-Je ne comprends pas ! Pourquoi, Félicitations ?
-Tu va être le sujet du premier Gala, ta prof m’a dit que toutes les autres allaient être jalouses, dit Juliette.
-Ce qui veut dire que tu vas devoir travailler...
-Tes arabesques, dit Juliette en coupant ma mère.
-Et encore plus tes leçons. Avec ton père, nous voulons que tu ne baisses pas tes notes en dessous de 18.
-18 ? Dis-je sous le choc.
-Oui, arrête de passer ton temps sur les écrans et travaille plus !
-Olaf ! Non lâche ça ! OLAF !! Crie ma soeur en quittant le canapé.
-Ce chien nous fait n’importe quoi depuis que tu es partie.
Ma mère quitte, elle aussi, le devant de la camera et je me retrouve seule avec mon père.
-Papa, avoir 18 dans toutes les matières, plus préparer le Gala et être excellente en danse, c’est mission impossible.
-Je suis désolé ma chérie, mais avec ta mère on s’est mis d’accord. Si tu ne respectes pas ça, c’est retour à la maison !
-Chéri ! Vient nous aider !
-Bon je dois y aller bisous.
-Bisous.

Je m’échauffe tout en révisant mes notes de chimie. Je suis plutôt douée en chimie mais les évaluations, je n’y arrive jamais.
-C’est quoi ?
-Encore toi ?
-Je sais, tu n’arrive pas à te passer de moi, dit Hugo en lisant mes notes.
-Je me lève pour arriver à sa hauteur.
-On dirait que c’est plutôt le contraire, tu ne trouves pas ?
Je tente de reprendre mes fiches mais je n’y arrive pas.
-Pas de poésie cette fois ?
-C’est de la chimie, pas de la littérature ! Et si tu le permets je dois réviser.
-Oui, moi aussi. Je ne sais pas si on te l’a dit mais je t’ai choisi pour être ma Cendrillon.
-Ah oui, j’en ai entendu parler. D’ailleurs, c’est une revisite de Blanche Neige et pas de Cendrillon.
-Voilà pourquoi je t’ai choisi, tu as un truc que les autres n’ont pas.
-Je suis bien d’accord avec toi, je suis la seule fille belle de ce cours mais je t’ai demandé de me juger pour la danse et pas pour le reste, répondis-je ironiquement.
Je reprends mes notes et m'assois par terre pour continuer à réviser.

Cela fait un peu près trois mois que je travaille d’arrache-pied. Le Gala est passé et je suis toujours en duo avec Hugo pour faire le Gala de Noël sur le thème de Cendrillon. Je ne sais pas ce qu’ils ont avec les histoires des princesses. Je n’ai plus vraiment de temps à moi, je ne vois plus mes amies à part Pola et Milles. Depuis trois mois, je n’ai eu que quatre notes en dessous de 18 mais mes parents ne m’ont pas encore acheté le billet retour car la danse est plus important que les études.
-Eva ?
-Eh Hardin, ça va ?
-Oui, écoute ce soir on fait une fête. On va chanter, danser, rigoler et tout le monde voudrait te revoir.
-Je suis désolée mais j’ai beaucoup à faire.
-Tu ne les a pas revu depuis plus de trois mois !
-Hardin, je dois encore bosser la littérature, l’anglais, l’espagnol, l’allemand, l’italien, le français, les maths, la danse et finir l’histoire américaine alors je n’ai pas le temps pour tes petites fêtes !
-Très bien, j’ai compris ! J’espère que tu n’oublieras pas tes priorités.
Il dépose un prospectus sur ma commode avant de claquer ma porte et de sortir. Je reprends mes révisions. Vers 20 heures, je me commande une pizza. En descendant, je croise Ginny et Joe.
-Tu ne manges pas avec nous ? Me demande Joe.
-Désolée mais je dois encore travailler tard, c’est mieux si je mange en même temps mais éclatez vous.
-Eva !
-Bisous, bonne nuit.
Je remonte dans ma chambre et reprends mon travail.

Mon réveil sonne à 5 heures du matin, ce qui me laisse le temps de courir et de faire des abdos avant de partir. La professeur nous a dit que l’on en avait besoin avec Hugo, alors on à commencer à le faire ensemble et on continue. Je saisis mon téléphone et ouvre une vidéo que Blair m’a envoyer. C’est nous deux en train de danser et de chanter sous la pluie. C’est ma vidéo préférée de nous deux. Elle m’a laissé un message en dessous de la vidéo.
« Tu te souviens de ce jour là, on était si heureuse. Je sais que tu travailles dur et que ce n’est pas facile pour toi. Mais ça me blesse que tu ne m’en parles pas plus que ça, car moi je te dis tout, enfin pas en ce moment. Tu peux mentir à tout le monde mais pas à moi ! Tu détestes la danse, au fond de toi tu es triste de ne plus pouvoir nous voir et faire les choses que tu aimes. Et tu me manques aussi énormément. Nos sorties, nos soirées, nos films d’amour avec de la glace en pot, nos histoires, ton amour mais surtout tout nos délires. Hardin m’a parlé d’un certain Hugo. Hugo ! C’est qui ? J’ai hâte de savoir. Alors si un jour tu as du temps libre, viens m’en parler. Joyeux Frienniversaire. Déjà deux ans, WHAW, c’est ouf.
XOXO. B. »
Oh notre Frienniversaire ! J’avais complètement zappé. Je sélectionne le numéro d’Hugo et lui raconte toute l’histoire. Il décide de venir m’aider pour lui préparer une fête mémorable.

Il est midi et on commence notre préparation pour le Happy Frienniversaire. Je prends mon téléphone et écris à Blair:
« Salut, je n’arrive pas à lire ton message et je ne sais pas pourquoi. Je n’ai pas beaucoup de temps, mais si tu veux, tu peux venir 30 min chez moi ce soir. On se dit vers 18 heures ?
XOXO. E. »
Après mon cours de mathématiques, je rejoins Hugo derrière les gradins. (Ps : ce n’est pas du tout ce que vous croyez ! C’est juste le seul endroit où les filles ne vont pas le chercher et on peut donc discuter tranquillement).
-Alors elle t’a répondu ?
-Oui.
-Génial elle dit quoi ?
-Rien de spécial, dis-je gênée.
Il me prend le téléphone et commence à lire le message à voix haute.
-« Ok super, mais je n’avais rien à te dire de spécial juste te fêter Joyeux Frienniversaire et que l’on parle un peu de ce mystérieux Hugo ».
Il me regarde d’un air amusé.
-Donc à tout à l’heure. XOXO B. Alors comme ça, on parle de moi ?
-Petite précision, je n’ai jamais parlé de toi. C’est Hardin et Alex certainement qui en ont conclu ça !
-Conclu quoi ?
-Que je pouvais éprouver des sentiments pour toi.
-Petit copain ?
-Hein ?
-Alex, c’est ton petit copain ?
-De quoi je me mêle ?
-Rien, je suis juste...curieux.
-Curieux ? Revenons plutôt à la mission si tu veux bien.
Je lui renvoie donc un nouveaux message disant :
« Je suis désolée B, mon téléphone ne doit plus marcher très bien, mais je n’arrive pas à lire tes messages.
XOXO. E. »
Nous repartons en cours et malgré les appels insistants de Blair, je ne craque pas et ne réponds pas.
Le soir arrivé, tout est prêt. Elle sonne vers 18h05.
-Joyeux Frienni ! Hugo ?
-Salut.
-Mais qu’es-ce que tu fait là ?
-Tu as oublié ton manuel chez moi.
-Ton manuel ? Nous interrompit Joe.
-Oui, j’ai travaillé chez lui, dis-je avec un sourire forcé.
-Je vous ai à l’œil vous deux.
-Bon merci mais elle ne va pas tarder, alors, salut !
Je lui ferme la porte aux nez et retourne attendre sur le canapé. Après 19 heures, je commence à comprendre qu’elle ne va pas venir.
-Ton plan n’a pas marché on dirait, me dit Joe qui s’assied à côté de moi.
-Je pensais vraiment qu’elle allait venir.
-Blair, Hardin, Alex et tous les autres en ont vraiment marre de ton comportement.
-Mon comportement ? Dis-je énervée.
-Eva, tu t’es complètement perdue. Tu ne chantes plus, ne sors plus, n’écris plus et j’en passe. Tu ne fais plus que réviser !
-Je sais, mais c’est important !
-Pour qui ? Toi ou tes parents ?
Après un silence, il reprend.
-Hardin a trouvé ça la dernière fois.
Il me tend un prospectus que je lis à voix haute :
-« Concours d’écriture, écrivez une nouvelle qui vous inspire. Le principal est que vous vous exprimiez en racontant ce qui vous PASSIONNE ».
-Participes !
Je me lève et commence à marcher en direction de ma chambre, puis je me retourne.
-Je peux inviter Hugo ?
-Qu’est-ce que vous allez faire ?
-Manger de la glace, dis-je en souriant.
Il se met à rire, ce qui amorce mon rire en retour.
-Viens me faire un câlin.

Près de 15 minutes après, Hugo est dans ma chambre et nous parlons.
-Tu vas faire ce concours ?
-Tu penses que je devrais le faire ?
-Oui, relaxes-toi.
Je prends une cuillère de glace, lui aussi et je le regarde. Il a des taches de rousseur qui ce sont installées sur son nez parfait... (Attends ! quoi ! Euh, c’est pas ce qui c’est vraiment passé ! Si ? J’ai vraiment pensé ça ? Bref...)
-Sinon, Alex ? Me demande t-il timidement
-Non, c’est pas mon petit copain. Il a déjà essayé, mais je ne veux pas être en couple.
-Vraiment ?
-Oui, ça doit quand même être dur.
-Quoi ?
-De consacrer tout son temps à son couple.
-Tu penses ça ?
-Je sais pas, depuis toujours, je rêve d’être en couple. Je te jure c’est maladif chez moi, mais depuis que je suis en Amérique, je veux juste m’éclater.
-Je vois. Tu peux me dire où sont les toilettes ?
-Oui. Troisième porte à droite.
-Merci.
Il part et je prends à nouveau de la glace puis je reçois un appel FaceTime de Blair.
-Salut, dit-elle.
-Alors ? T’es où ?
-Je ne pouvais pas venir, je te l’ai dit.
-Alors maintenant on se ment ?
-Quoi ?
-J’ai vu tous tes messages, mais je voulais faire semblant que non pour te faire une surprise. Et tu n’est jamais venue.
-Je pensais que tu avais oublié.
-Oui, mais j’ai essayé de me rattraper !
-Eva, je suis désolée. Tu as changé depuis un moment. Tu n’es pas toi et je ne veux pas de cette amie là.
-Alors c’est fini ?
-Oui et j’en suis désolée.
Je raccroche et je commence à pleurer.
-J’adore ta salle de bain, dit Hugo en rigolant. Eh ! Qu’est-ce qui y a ?
-C’est fini E et B.
Il me prend dans ces bras et j’avoue que c’est assez réconfortant.
-Je pensais vraiment qu’elle ne me briserai jamais le cœur comme toute les autres !

Je suis de retour en cours de danse pour un nouveaux cours plus douloureux encore que le précédent. Avant, je trouvais que mes pieds étaient moches mais maintenant je ne peux même plus les regarder.
-Pour certains d’entre vous, les trois prochains mois vont être les meilleurs. Car deux d’entre vous vont pouvoir faire un stage à Sidney. Pour cela vous devrez passez une audition dans trois jours. Alors commencez à travailler dès aujourd’hui !
Pendant tout le cours, je me suis entraînée sur un enchaînement que je travaille depuis le début d’année avec ma sœur. Au déjeuner, je reçois un appel de ma sœur me disant que l’échec est inacceptable car je ne peux être une ratée ! Vous ne trouvez pas que c’est la meilleure sœur que l’on pourrait avoir ? Après les cours, je décide d’aller chez Luc’s pour prendre un café.
-Eva ?
-Salut Luc.
-Je pensais ne jamais te revoir.
-S’il te plait, ne t’y met pas toi aussi.
Un chocolat chaud avec une touche de café ?
-Oui, ça m’a trop manqué.
Je m’installe à une table et sors mon ordinateur portable de mon sac. J’ouvre une page blanche et commence à écrire.
-Voilà ton chocolat spécial, me dit Luc en me le posant sur la table.
-C’est pour ça que je t’aime, lui dis-je en lui envoyant un baiser.
-Arrêtes tu vas me faire rougir !
Au bout de mille essais pour trouver le début de ma nouvelle mes idées sont toujours aussi nulles.

Cela va faire deux jours que je cherche une idée sans en avoir et aujourd’hui est le jour de mon audition. Je rejoins tout le monde en bas pour prendre le petit déjeuner.
-Tu nous fait le plaisir de ta présence ?
-Écoutez, je suis vraiment désolée. Je me suis perdue mais je vous promets de ne plus recommencer.
Ginny et Hardin se regardent. Trop longtemps à mon goût ! Ils se décident finalement à me pardonner et viennent me faire un câlin. Je fini de me préparer et part pour le lycée avec la boule aux ventre mais surtout les encouragements de ma famille (d’accueil, bien évidemment). Arrive le moment de l’audition. Au moment où l’on m’appelle, je commence vraiment à avoir PEUR ! J’entre dans la salle, trois personnes sont devant moi à attendre que je me mette à danser. C’est une audition extrêmement importante pour mes parents et ma sœur. Si je la réussie, je grimperai d’un cran dans leur estime et je ne serai plus une bonne à rien. Nous voilà dans le présent ou presque. Je vous ai raconté le début de mon histoire et nous allons découvrir la suite ensemble.
-Vous êtes prête mademoiselle?
C’est le moment Eva ! Veux-tu vraiment faire ce stage ? Trois mois encore plus dur. Allez Eva choisis ton camps et avance !
-Attendez ! S’il vous plaît ce n’est pas la bonne musique, dis-je d’un coup.
-Dépêchez vous ! Nous n’avons pas que ça à faire.
Je donne ma clé USB et met « We come running ». J’ai créé une chorégraphie avec Blair dessus. Je danse et pour la première fois, depuis le début de cette année, je m’éclate. La danse fini, je vois la déception sur les visages des juges. Je sors de la salle et retrouve Hugo qui m’a regardé tout du long.
-C’était quoi ça ?
-Une danse que j’ai créé avec Blair. Tout ça ce n’est pas mon rêve, c’est le rêve de ma sœur et je ne veux plus être quelqu’un d’autre même si cette personne est admirée par mes parents. Alors je voudrais que tu rencontres la vraie Eva.
-Je la connais déjà.
Il s’approche de moi et m’embrasse. Le baiser dure longtemps, mais il finit par quitter mes lèvres.
-Hugo, tu as oublié ce que je t’ai dis ?
-Non et ça ne sera pas une relation compliquée. Juste deux personnes qui sont attirées l’une par l’autre.
Je soupire avec des papillons dans le ventre. Quels bouleversements !

Je suis dans mon salon fixée sur le canapé devant mon ordinateur. Il ne reste plus que quelques secondes, Hardin, Ginny et Joe sont assis à côté de moi et nous attendons les résultats.
Après un tout petit instant, je clique sur le lien et tombe sur un message:
« Je félicite Hugo et Emma pour le stage qui vous ouvrira beaucoup de portes. Pour les autres, il va falloir travailler plus dur encore. Merci de votre participation. »
-Ça va ? Me demande Joe.
-Oui, j’ai foiré mon audition ce qui fait que je n’attendais pas à être sélectionnée.
Avant que quelqu’un puissent parler, mon ordinateur sonne. Mes parents essayent de m’appeler.
-On va te laisser chérie, dit Joe en quittant le canapé suivi de Hardin et Ginny.
J’accepte l’appel.
-Salut, dis-je en première.
-Tu as vu le résultat ?
-Oui, maman.
-Je vais essayer d’arranger ça ! Dit ensuite Juliette.
-Non !
-Pardon ?
-Je n’aime pas la danse classique et ce n’est pas parce que tu vas me forcer que ça va changer. Je sais que vous m’aimez et je vous demande...
-De te laisser gâcher ta vie ? Reprend ma mère immédiatement.
-Comme tu l’as si bien dit : c’est MA VIE !
-Tu es nulle sans la danse et ça continuera, dit ma sœur. Tu ne seras jamais comme moi, tu n’auras jamais la même volonté.
-Je ne veux pas te ressembler, je veux être moi, c’est tout. On est très différentes.
-À qui le dis-tu ? Moi, j’ai du talent ! Pas toi !
-Si, j’ai du talent mais pas le même que toi. Je suis désolée que ton rêve de devenir danseuse ait échoué et je suis aussi désolée de t’avoir laisser croire que tu pourrais être médecin et danseuse à travers moi.
-Je n’ai jamais cru en toi de toute façon !
Elle quitta l’appel et je me retrouvai seule avec mes parents.
-Ce n’est pas ce que je veux faire de ma vie.
-Ta prof nous a prévenue que tu as raté exprès l’audition, reprends ma mère.
-Non ! Je leurs ai juste montré la vrai Eva !
-En tout les cas, tu peux faire tes valises et, ma petite, tu ne reverras pas de si tôt de l’argent de poche !
-Maman... dis-je en luttant pour ne pas m’effondrer
-Au moins Robert, on a raté qu’une fille ! Je suis déçue de ce que tu es devenue.
Elle me raccrocha au nez et je sens comme un couteau me transpercer. Je monte vite dans ma chambre et met un film d’amour avec un garçon super beau dedans. Mais pour la première fois, ça n’atténue pas ma tristesse. Après deux films que je n’ai pas pu apprécier à leur juste valeur, quelqu’un frappe à la porte.
-Joe, je n’ai pas faim et je veux être seule !
-Pot au cookies, dit quelqu’un en entrant dans ma chambre.
C’est Blair. Mon cœur se gonfle.
-Il y a toujours un peu de place pour toi et de la glace.
-Je voulais juste que l’on parle, me dit-elle en s’asseyant à coté de moi.
-Tu m’as tellement manqué.
-Toi aussi et d’ailleurs j’ai aussi l’impression que j’ai raté plein de trucs.
Je ris enfin de bon cœur. Ça fait du bien d’avoir quelqu’un à qui tu peux parler quand ça ne va pas. C’est un peu une sœur jumelle que la vie ne m’a pas donné.
-Blair, mes parents sont déçus de moi ! Je ne suis pas assez bien pour eux ?
-Non Eva, tu es trop bien.
-J’ai déçu ma mère, encore une fois !
-Et ton père ? Je croyais qu’il était toujours là quand ça n’allait pas ?
-Mon père c’est comme la Suisse, sauf que lui a des relations intimes avec un des deux camps.
-Donc, il prend le parti de ta mère.
-Exact, tu as tout compris. J’ai vu ça l’autre jour, lui dis-je en lui tendant mon téléphone.
-Une émancipation ?
-Ça me permettrait de ne plus avoir affaire à mes parents. J’aime ma famille, mais tu sais ce que ça représente pour moi ce mot.
-C’est quelque chose de super important pour toi la famille.
-Oui et pour l’instant ma vraie famille c’est Joe, Hardin et Ginny.
-Et ton père ?
-Je ne vais pas coupé les ponts avec lui comme avec mes grands-parents. Je vais juste être sous la responsabilité de Joe.
-Sinon j’ai une grande nouvelle.
-Tu es en couple, la taquinai-je.
-Oui.
-QUOI ?
-Avec Hardin.
-Attends ! QUOI ?
-Et toi ? Hugo ?
-On est aussi en couple, mais change pas aussi vite de sujet ! Lui répondis-je en lui donnant un coup de coude
-Attends tu es en COUPLE ?
-Ça te choque ?
-Oui, dit-elle en se mettant à rigoler.

Cela fait maintenant trois jours que j’ai envoyé ma nouvelle, enfin terminée, à des grands concours. L’inspiration est revenue une fois que j’ai eu pris ma décision. Depuis, j’ai vu un avocat et mon émancipation est en cours. Mais j’aime mon père plus que tout alors je dois quand même lui annoncer moi même.
-Salut ma puce, dit-il avec un amour que je ressens car j’ai le même pour lui.
-Je veux que tu m’écoutes attentivement et que tu ne m’interromps pas.
-Vas-y, je t’écoute.
-Tu sais que ça ne va plus du tout avec maman et Juju. C’est dur car, dans cette famille, je me sens étouffée et ce n’est pas que la famille. C’est l’endroit, le moment et l’entourage. Ici, j’ai trouvé ma place et j’aime y être. C’est pour ça que j’ai décidé de m’émanciper.
J’entends un sursaut de surprise au bout du fil, ce qui me brise encore plus le cœur.
-Je t’aime énormément et je sais que tu aimes maman. Je ne veux pas couper la communication entre nous comme je ne couperai pas la communication avec mes grands parents. Mais je ne supporte plus de toujours être leur punching-ball.
-Je comprends et je t’aime aussi énormément, mais comment vas-tu faire ?
-Joe m’a pris sous son aile dès le premier jour et je sais qu’il ne me laissera jamais tomber.
-Eva. Je suis fier de ce que tu es devenue, je serai toujours le premier à lire tes nouvelles et à te supporter. Et je vais tout faire pour que Olaf te rejoigne. C’est difficile de trouver sa voie, mais les épreuves voient naître les plus grands écrivains. Cela demande du courage et de la maturité, cela fait de toi une belle personne.
-Vraiment ? Merci beaucoup papa. Bon je dois te laisser, mon copain doit bientôt partir.
-Tu dois me raconter ça !
-Bien sûr.
-Cool, bisous mon cœur.
-Bisous papa.

Je partis déposer Hugo à l’aéroport et passai dans la section Chant au lycée. Les trois mois de stage d’Hugo ont sûrement été le plus durs. J’ai gagné le concours et j’écris maintenant un livre. Je suis émancipée et j’aime cette nouvelle famille que je me suis créée. Je ne renie personne, ni mes origines, je suis en paix avec mon histoire.
Ma sœur n’a pas réussi sa première année et travaille maintenant à Carrefour en attendant de trouver un nouveau projet. J’ai enfin compris toute son histoire quand elle me l’a raconté dans une lettre, mais je n’ai pas décidé de renouer le contact pour autant.
Cela fait maintenant cinq ans, j’ai eu mon diplôme et je suis maintenant à la Faculté pour devenir journaliste. Blair et Hardin ont décidé de se marier, Ginny n’a encore trouvé personne et habite encore chez Joe. Quant à moi, j’ai emménagé avec Hugo qui est un grand acteur (ce qu’il était déjà mais je me le cachais !) et danseur. Nous passons nos soirées à lire et à marquer des notes dans les marges des livres. Olaf est d’ailleurs devenu son meilleur ami en plus de Hardin. Je vis enfin la vie dont j’ai rêvée si souvent et j’avoue que je n’y changerai rien.
J’espère que cette nouvelle vous aura plu car cette période a marqué ma vie et définie mon avenir.

XOXO. Eva.
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alexandra Binois
Alexandra Binois · il y a
Bravo, tu peux être fière de toi, j’ai adoré te lire, et j’espère bientôt le refaire , alex
Image de Chloé de la Fuente
Chloé de la Fuente · il y a
Merci beaucoup