8
min

A LA SOURCE

Image de Sytoun

Sytoun

5569 lectures

170

Cette œuvre est dédiée à mon frère Heddi


Acte 1

VOLEUR 1 : C’est pourtant simple à comprendre ! Ici, vos lois de satanistes ne s’appliquent pas ! Nous, la seule loi à laquelle on obéit c’est celle de la rue avec tout ce qu’elle implique ! Ça veut dire qu’on laissera jamais nos frères crever dans la mer ! Maintenant, pour les putes dans ton genre, c’est très simple : si tu viens pas nous faire chier, tu rentres chez ta mère sans histoire. Nous, on s’en bat les reins de toi et ta vie ! Mais si tu viens nous casser les couilles ou venir nous balance, on te pète les reins et tu repars avec un chlass dans la gorge ! C’est comme ça que ça se passe, el3ck oul bebek el kelb !

VOLEUR 2 : Attends, khoya. Enlève ton chlass de sur ses couilles, il ne mérite pas de crever comme ça.

VOLEUR 1 : Quoi ?

VOLEUR 2 : Faut mettre ce qu’il a voulu faire sur le compte de son ignorance. De ce fait, il ne mérite pas de crever comme un vrai salopard.

VOLEUR 1 : Ok. Mais quand il va rappliquer chez sa daronne, tu verras qu’il va courir comme un taré poser plainte au comico.

VOLEUR 2 : Pas si je lui explique bien la situation. Retourne t’occuper de ce que tu sais, je m’occupe de lui parler.

VOLEUR 1 : Et tu vas lui dire quoi ?

VOLEUR 2 : La vérité. Rien que la vérité. Allez, fais-moi confiance. J’en suis pas à mon coup d’essai, rappelle-toi.

VOLEUR 1 : Ok, c’est toi qui vois.

Voleur 1 sort.

ACTE 2

VOLEUR 2 : T’es dans la merde jusqu’au cou, mon frère.

TEMOIN : Je sais très bien ce que vous allez faire. Je vous demande juste de le faire vite, s’il vous plait.

VOLEUR 2 : Mais non, justement. Ce n’est pas mon intention. Je sais que tu ne veux pas ça. Et je ne veux pas ça. Et mon gars, malgré les apparences, ne veut pas ça non plus. Ta mort n’intéresse personne ici. Ce qui nous intéresse, c’est notre survie. À moi. À lui. Mais aussi à nos proches. Dis-moi, pour toi, on représente quoi ?

TEMOIN : De sales voleurs ! Vous finirez en prison !

VOLEUR 2 : Le monde est donc si simple à tes yeux ? Les méchants voleurs. Les bons flics. Les gentils comme toi qui aident la police à attraper les voleurs en donnant un coup de bigo. Est-ce la limite de ta vision des choses ?

TEMOIN : Jusqu’à preuve du contraire, c’est vous qui avez pénétrés par effraction dans cette boutique et si vous ne m’aviez pas surpris vous espionner, vous seriez actuellement en fourgon cellulaire.

VOLEUR 2 : Pourquoi voulais-tu appeler les flics ?

TEMOIN : Parce que le vol est illégal. Et que qui reste silencieux devant un acte illégal est coupable de complicité.

VOLEUR 2 : C’est vrai. Mais alors, que fais-tu pour la Palestine ? Que fais-tu pour les SDF ? Que fais-tu pour les réfugiés qui crèvent chaque jour en mer ? Que fais-tu pour le Yémen ? La liste est longue, mon gars.

TEMOIN : Et donc ? Vous voulez en venir où ?

VOLEUR 2 : Simplement t’expliquer où est le problème. Pourquoi crois-tu que nous avons cambriolé cette bijouterie ?

TEMOIN : Pour l’argent, les gens font n’importe quoi.

VOLEUR 2 : C’est là où tu te trompes.

TEMOIN : Vous allez me dire que vous allez distribuer tout ça aux pauvres ? Que vous êtes des Robin des Bois moderne ? Avez-vous lu « pigeon » sur mon front ?

VOLEUR 2 : Oui, je le lis écrit en gros mais pas dans le sens que tu crois. Je vois que tu maitrise l’art de la pâte à modeler argumentaire : tu prends mon argument, tu le déforme un peu et il ne ressemble plus du tout à ce que je lui faisais dire. Non, nous ne sommes pas des Robin des Bois. Oui, nous sommes des voleurs. Sur ce point on est d’accord. Mais le problème, vois-tu, c’est qu’il va falloir regarder un peu plus loin que le bout de ton anus. La vérité est souvent comme un iceberg. T’en vois un bout – qui représente souvent la conséquence – mais si tu veux vraiment la cerner, faut plonger parfois très profond pour observer la partie immergée. À ce moment-là, tu pourras être en mesure de comprendre la vérité. Ce que je te souhaite sincèrement mon gars. Parce que t’es pas un mauvais bougre, en soi. T’es juste un gars normal qui n’a pas encore plongé observer la face cachée de l’iceberg. C’est la raison pour laquelle on a renoncé à ta mort pour t’aider.

TEMOIN : M’aider ? Voilà autre chose, maintenant.

VOLEUR 2 : Regarde ce canon scié. Depuis tout à l’heure, je l’ai en main. Depuis tout à l’heure, j’aurais pu t’éclater le crane et balancer ton corps à la déchèterie. À cette heure-ci, personne n’aurait rien vu. C’est peut-être une raison suffisante pour m’écouter, non ?

Pas de réponse.

VOLEUR 2 : Bien, alors toi et moi on va plonger. Tu vas plonger dans mon récit et tu connaitras la face cachée de l’iceberg.

ACTE 3

VOLEUR 2 : Moi et mon gars on est des frères. Lui et moi, on habite avec nos six petits frères et sœurs, la daronne et le daron dans un putain de HLM. Tu connais ce type de logement ? Déjà, faut savoir que ça pue. Au quotidien, c’est très difficile. Ensuite, c’est tout petit. Je ne saurais pas te dire combien de mètres carrés mais 15m2 t’es déjà chanceux. Seul, à la limite, si t’es pas exigeant, ça passe. Mais avec ta famille, c’est impossible. Après, t’as les murs. C’est insalubre. Délabré. Des fois on a des punaises. Des cafards. Quand t’éternue, c’est ton voisin qui te dit Yahamok’Allah. Tu vois un peu ? Et là, c’est seulement le logement. Ensuite, t’as le problème de la famille. Faut leur assurer une vie honorable. Tout faire pour empêcher les petits frères et les petites sœurs de finir à la rue. Pour ça, c’est nos vies à nous qu’on doit sacrifier. Tu vas me parler du marché du travail mais avec 1200 comme tu fais pour rendre heureux une famille ? On mange, on boit, on dort pour ce prix. Tu t’imagines bien que ça ne suffit pas. Et ça suffit encore moins si tu veux préserver les petits de finir comme toi. Alors qu’est-ce que tu fais ? Tu prends l’argent où il se trouve. Avec tous les regrets que ça implique. Avec dégoût mais le sale boulot doit être fait. Evidemment, il y a des mauvais qui vont braquer pour se remplir les poches. Tout comme il y a des mauvais qui vont rester dans le cadre de la loi pour se remplir les leurs au détriment des petits gens comme toi. Je te l’apprends peut-être mais la loi est parfois injuste et les justes sont parfois hors-la-loi... Pierre Laval et Jean Moulin en attesteront.
Cet argent, qu’on va emmener, il servira à mettre les nôtres à l’abri pendant que ce bijoutier se fera rembourser par l’assurance... et gagnera encore tandis que nous ne l’avons en réalité soulagé que d’une partie infime de sa fortune. Dis-moi ce qui nous empêche de donner à nos petits le même avenir que vous ne donnez aux vôtres ? Parce que c’est tout ce qui m’intéresse, moi. Si j’avais seulement le droit de vivre en condition décente, crois-moi, jamais je n’aurais volé un pécule.
Pour s’attaquer à un problème, il existe deux sortes de gens. Ceux qui l’attaquent à la source et ceux qui s’attaquent à ses conséquences. Tu t’en doutes peut-être à présent, en t’attaquant à nous, tu ne t’attaque qu’aux conséquences. Tu aurais appelé les flics, nous aurions fini en fourgon cellulaire. Demain, quelqu’un d’autre volerait ailleurs. Après-demain, un autre vendra de la drogue. Dans quelques années, nos petits frères viendront sur le terrain, la rage et la haine d’être privés de leurs grands frères au placard des années durant. Cette situation est sans fin. Qu’est-ce que tu y gagneras ? Si ce n’est que l’insécurité sera toujours présente comme l’immigration tant qu’existera le franc CFA et que l’Afrique n’aura pas de monnaie commune. Parce que tout cela n’est que le fruit amer d’un arbre toxique. Autrement dit, la face visible de l’iceberg : les conséquences d’un véritable problème.
Ce véritable problème, c’est ce climat qui a créé la délinquance. Ce qui a créé la délinquance, c’est ce que je t’ai dit précédemment en te racontant ma vie. Pas pour le plaisir mais pour te faire comprendre que lorsque tu es en bas, que tu n’as rien à perdre, tu peux en arriver à commettre des actes comme ce vol ou la vente de drogue. C’est bien beau d’arrêter les dealers et de les foutre en prison pour les retrouver quelques années plus tard, la rage ancrée en eux par cette école de radicalisation. Mais si tu veux vraiment combattre la délinquance, ce n’est pas comme ça qu’il faut t’y prendre. Crois-moi ou non mais l’Abbé Pierre est un meilleur défenseur de l’ordre que Castaner. Pourquoi ? Parce qu’il a cerné le problème. Il a compris où était la lutte. Il a compris ce qu’il fallait faire pour aller de l’avant. Au contraire, la répression violente ne fera qu’alimenter la violence de conséquence due à la violence sociale et financière. Voilà où est la vraie solution au problème : si chacun mangeait à sa fin et qu’écart entre riches et pauvres n’excédait pas un certain point, tu verrais le nombre de trafics et de vols chuter aussi vite qu’un étourdi qui a raté la première marche.
Ce que je te dis là est valable dans chaque problème. Prends l’immigration. Les imbéciles qui ne voient que les conséquences se plaignent du nombre trop important de réfugiés mais font la sourde oreille – bêtise ou mauvaise foi ? – devant les causes. Les causes, tu veux que je te les donne ? Le néocolonialisme par le biais des divisions entre pays africains, par le CFA, par l’instauration de pions corrompus à la tête de pays africains comme Macky Sall, j’en passe et des meilleurs. Tu vois qu’il existe des militants panafricanistes comme Kemi Seba, tu les trouve extrémiste mais tu ne vois pas ce qui les a poussés à entreprendre ce combat de cette manière. Quant à la Lybie, n’en parlons pas ? Qui a tué Kadhafi pour apporter une démocratie meurtrière que les libyens n’ont jamais demandé ? Je t’ai donné une vue d’ensemble pour ne pas te sortir une vérité toute faite mais pour t’inciter à la rechercher par toi-même... en n’oubliant pas de t’attaquer aux problèmes à la racine, si tu veux vraiment les cerner.
Même schéma pour tout ce qui est du racisme aujourd’hui. Beaucoup ont le tort de ne s’attaquer qu’à ses figures comme Alain Soral ou Éric Zemmour. Pour vraiment cerner le problème, il ne suffit pas de seulement cibler des personnes. Ce sont les idées qu’il faut combattre, d’une part en regardant comment ces figures font pour les diffuser et grâce à quelles complicités – car il en faut pour en arriver à leur échelle. Ensuite, ce sont ces idées qu’il faut combattre et anéantir par tous les moyens honnêtes et loyaux, ce qui est simple pour qui sait réfléchir et ne vise que deux choses : justice et vérité.
Je pourrais continuer sur bien des choses mais je suggère de m’arrêter là. Je vois à ton regard que tu as l’air de réfléchir à mes paroles. Je les terminerai par te raconter l’histoire que tu m'as un jour conté un vieux cheikh africain. Cette histoire est celle d’un chasseur qui découvre un serpent dans son lit. Aussitôt, il tue le serpent. Le lendemain, il découvre un autre serpent. Il fait de même et le tue. Le troisième soir, il s’allonge et découvre une nouvelle fois un serpent. Cette fois, il est mordu avant d’avoir pu tuer le serpent. Blessé mais pas mourant, le chasseur commence à réfléchir et le quatrième soir, il se tient en embuscade et voit un homme vêtu d’une cape déposer un serpent dans son lit et fuir par la fenêtre. Aussitôt, le chasseur oublie le serpent et court après l’homme qui l’a mis dans son lit. Il rattrape l’homme et le tue. Ensuite, il s’occupe du serpent. Le cinquième soir, lorsqu’il revient chez lui et veut s’endormir, le chasseur peut enfin le faire en toute quiétude car plus aucun serpent ne s’y trouve. Et pour cause, avant de tuer le serpent, la veille, il s’est occupé en priorité de son plus dangereux ennemi : l’homme qui déposait chaque soir un serpent, et qui en aurait encore déposé un ce soir s’il était encore en vie.
Entre d’autre termes, il s’est attaqué au mal de la meilleure des façons : à la source.

ACTE FINAL

VOLEUR 1 : On fait quoi ?

VOLEUR 2 : On s’arrête. Notre gars descend ici.

VOLEUR 1 : En vie ?

VOLEUR 2 : Bien sûr. Il a compris ce qui a fait de nous ce que nous sommes devenus. Pas vrai ?

TEMOIN : Oui. Je suis désolé, les gars. Mais si vous voulez changer de vie...

VOLEUR 2 : Si vraiment c’était possible, crois-moi qu’on serait les premiers à en rêver. Malheureusement, tu connais aussi bien que nous la complexité du monde qui nous entoure. Sur le court terme, c’est quasiment impossible d’y apporter des solutions. Au long terme, c’est possible si dès à présent le plus grand nombre s’attaque au problème à la source.

TEMOIN : C’est ce que je compte faire à présent.

Voleur 2 et Le témoin se serrent la main.

VOLEUR 2 : Allez, descend là.

Le témoin descend.

VOLEUR 2 : Allez, maintenant, on va traiter notre problème à nous... à la source.


Extrait de la réédition du recueil PACIFIQUE ANARCHIE, en ligne gratuitement ici : https://www.bookelis.com/35457-PACIFIQUE-ANARCHIE-2-0.html
170

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lucile Meladi
Lucile Meladi · il y a
Pacifique Anarchie est un excellent recueil mais j'espère que Sytoun va essayer de s'ouvrir a d'autres horizons dans le prochain avec ce genre de nouvelles par exemple
·
Image de Kromah Dozo Guerrier USAfrica
Kromah Dozo Guerrier USAfrica · il y a
Sombre et véridique
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Jolie pièce de théâtre ! il faut la mettre en scène à présent !
mon vote

·
Image de Sytoun
Sytoun · il y a
On l'a fait a Lyon et a Grenoble grâce aux 3 salles de spectacle et aux comédiens qui ont accepté de jouer le jeu, on va essayer de remettre ça encore si on trouve des partenaires inSha Allah
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Super que vous ayez pu concrétiser ce projet 😉 bravo encore à vous et à tous ces personnes qui vous accompagnent.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Sytoun ! Vous avez apporté votre soutien à mon sonnet "Spectacle nocturne" : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Il est maintenant en finale. Le soutiendrez-vous à nouveau ?
Bon week-end à vous.

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une belle analyse de l'origine de la délinquance ! Bravo, Sytoun, c'est finement raisonné ! Je clique sur j'aime.
Vous avez aimé ma chienne Ianna. J'ai bon espoir que vous aimerez mon Spectacle nocturne tout autant : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous !

·
Image de Cherif Drimlam
Cherif Drimlam · il y a
J'ai lu plus de vérités en une nouvelle de même pas 5000 mots qu'en des pamphlets de 200 pages qui pourtant se veulent objectif car éloquant. Je vais aller lire le recueil du coup il se pourrait que j'ai découvert un bon auteur militant
·
Image de Sytoun
Sytoun · il y a
Bienvenu dans la famille pacifique anarchie !
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une rage authentique et les mots pour le dire quand le temps n'est plus à l'atermoiement.
·
Image de Rawna 416
Rawna 416 · il y a
Ce monologue du voleur est un véritable puits de vérités entrées a grand coups de marteau dans le crane du récalcitrant
·
Image de Kaddem Grayo
Kaddem Grayo · il y a
Excellent c'est ça qu'on aime
·
Image de TONTON DZ
TONTON DZ · il y a
Ce texte aurait été publié par n'importe quel écrivain des grandes ME il serait reconnu comme un classique ce qui prouve que la notoriété ne fait pas le talent et le talent ne fait malheureusement pas la notoriété
·
Image de Sytoun
Sytoun · il y a
La dictature du buzz on appelle ça
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

À la manière d’un lustre branlant, les ombres noires planent au-dessus de nos têtes. Sombre est l’atmosphère. Morte est la nature. Sinueuse est la route. Inexistante est la vie. Angoissants ...

Du même thème