7e épisode. Vacuum, la Fée à l'Envers. Des pommes et de la poussières, les malentendus s'aggravent dans le Jardin.

il y a
3 min
68
lectures
1

Auteur-compositeur-interprête en tous genres. Nouvelles, romans, poésie, stratégie, blues, rocks et ballades https://www.youtube.com/user/FayardPierre  [+]

Et pendant tout ce temps qui était suspendu comme une Lune immobile en un ciel étonné, Adam et Ève, inventeurs nés, expérimentaient mille tours et cent mille malices pour se connaître, s’approfondir et multiplier ce que l’on qualifiera plus tard de péchés suite à une manœuvre alambiquée du Gardien des Bouquins.
Pour oublier cette prétention toute humaine d’indépendance faisant fi de reconnaissance à son égard, Divin se rabattait sur les pommes qu’il défaisait sous sa dent, croquait voracement sans hésiter, lui aussi, à croiser les espèces en leur donnant secrètement des noms de femme.
- Noire,
- Jaune,
- Rose,
- Pimbêche,
- Peau Rêche,
- Belle Dent,
- Ebènette,
- Reinette,
- Pimbêche,
- Jaunette,
- Fossette,
- Pimprelette...
C’était une forme de vengeance de créateur.
- Ne t’accuse pas Gardien, l’erreur est féconde, le rassurait Ève en prenant à témoin et sa vulve et ses seins. Est-ce que je me plains moi ? Avec ces histoires de lunaisons que tu m’as mis dans le ventre, j’aurais de quoi, ne crois-tu pas ? Les migraines de l’indisposition, tu ne les connais pas toi !

Las, celui qui se prenait pour dieu était pourtant miséricordieux en sus que compatissant et tout puissant, même si c’est pléonasme que de le rappeler. Bien autant, voire plus, que les pommes, il aimait tendrement ces humains à qui il avait donné vie en leur soufflant dans les narines.
Il ne désespérait pas de les rendre plus sages et désireux de s’approprier le gai savoir entreposé de manière exclusive dans sa Bibliothèque Céleste afin de les détourner un peu de leurs pratiques obsessionnelles de chair. Mais ni Ève ni Adam, bien trop occupés à fertiliser leurs complémentarités, ne s’intéressaient à la lecture, d’autant qu’ils se défiaient de ces histoires de genèse ou de testament que Jean-le-Scribe avait consigné sous la dictée de qui l’on sait.

- La poussière de ta Bibliothèque me rend allergique, protestaient en chœur les humains quand le Gardien désirait les instruire.
- D’ailleurs, c’est quoi au juste ta Bibliothèque, demandaient-ils plus pour lui faire plaisir que par intérêt véritable ?
- On ne sait même pas si cela parle du passé ou du futur, car le temps y est pétrifié.
Avec solennité, Suprême déclarait qu’elle englobait l’Alpha et l’Omega, le début et la fin... Cela décourageait les humains qui s’échangeaient très bien leurs alphas et omégas à eux dans des postures que les plus libertins de nos contemporains ne sauraient même imaginer.
Les fins ne les intéressaient guère, seulement les moyens, et alors qu’ils se lutinaient comme des bougres enflammés au rythme de chansons paillardes pleines de gammas, de beltas, de deltas, de sutras et de stupras... qui mettaient le Gardien en pétard.
Tant d’inconsistance le déprimait. Il souffrait en silence de ce manque de gratitude de la part de créatures qu’il avait voulu comme la parfaite manifestation de son être à travers une dualité qui devait revenir vers lui, le célébrer au lieu de tricher aux cartes juste pour voir jusqu’où elles pouvaient le tromper. De leur point de vue à eux, Ève et Adam honoraient pourtant sa grandeur en s’envoyant jusqu’aux plus hauts des cieux, au milieu des alléluias et des hosanna-hosanna, ces grands oiseaux célestes interdits de chasser par un décret de l’Ancien Testament.

Pour lui être agréables à l’occasion d’une veillée d’hiver où le Gardien les avait conviés, Adam et Ève prêtèrent attention à ses réflexions mélancoliques. Ils l’aimaient bien en fin de compte, un vrai père pour eux, même si un jour il les entreprit sur des histoires de père, de fils et de saint-esprit, sachant bien, soit dit en passant qu’il restait seul maître du Jeu de la Genèse du fait de son empire exclusif sur l’ADN.
C’était déjà assez compliqué comme cela ces histoires de bouquins, d’ADN, de mémoire et de temps qui passe sans trépasser, voilà qu’à présent le Gardien introduisait d’autres protagonistes fraichement débarqués, un Père, un Fils et puis un Saint Esprit, celui qu’on ne voit jamais mais qui trame tout en sous-main, en douce, y compris en se faisant appeler Gabriel au besoin.

- Un peu homo toutes tes histoires de mecs tu ne trouves pas Gardien ? Où sont les femmes et comment qu’ils s’éclatent tes copains, ironisa Ève révoltée. Comment veux-tu que je m’y retrouve dans ce galimatias d’autant plus que l’autre, celle que tu appelles Marie serait vierge ! Faut-il que je me le les fasse tous tes copains ? C’est qu’Adam ne va pas être content ! Alors, les femmes, ce n’est vraiment pas leur truc ? Bizarre, bizarre que tes histoires...

- Puxa vida, se désespérait silencieusement le dépositaire souverain des Codes Génétiques, ne pourraient-ils pas être un peu plus curieux et miséricordieux ces humains ?
La communication se grippai et dialogue de sourds s’aggravait. Lorsque ce n’était pas Adam qui bandait ou dont la prostate secrètement démangeait, c’était Ève qui mouillait et ressentait des contractions qu’elle ne savait apaiser qu’autour du vecteur d’Adam déployé en grande profondeur dans son for intérieur.
Curieux, ils l’étaient sans conteste, mais l’un de l’autre, sans mégoter mais très généreusement d’ailleurs. Après tout, ce n’étaient pas eux les responsables de cette séparation qu’ils s’ingéniaient à guérir à leur façon.

- Las, se lamentait le Codeur Omniscient, elles ont vraiment le feu au cul mes créatures, je n'ai d'autres expressions pour qualifier leurs comportements. Leur ADN trône au sommet de la Bibliothèque au-dessus de celui des singes et des cochons, mais elles ne pensent qu’à foutre et se faire foutre. Quelle amère déception !
Un beau jour, levé plus tôt que d’ordinaire, Suprême ouvrit l’œil avec une idée neuve pour tempérer la fougue d’Adam et Ève qui avaient grommelés toute la nuit en hurlements orgiaques, râles encourageants et félicitations mutuelles d’unité retrouvée aussitôt remise en cause... Afin de civiliser leur conduite et de les inciter à fréquenter sa Bibliothèque, Divin décida de les autoriser à en produire quelques chapitres.
Las, cela ne se révéla vraiment pas comme une proposition pacificatrice dans le Jardin, bien au contraire...

À SUIVRE, 8e épisode
L’imagination des humains est sans limite, le Gardien les condamne à l’exil.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Silence

Jocelyn Peyret

Je suis une victime des trains en retard.
Ou qui n'arrivent pas et créent une sacrée pagaille alors qu'un grand vide vous assaille.
Comme une couille dans un enchaînement de... [+]