2084

il y a
3 min
4 268
lectures
51
Qualifié
Image de Grand Prix - Été 2020
Image de Très très courts

An 2084. Jour 89 du Printaner. 6 h 45. Le réveil sonne une première fois, il m’avertit que la nuit est terminée. Il sonne une seconde fois, je m’assois sur mon lit face à l’œil et je tends mes deux bras. Il sonne enfin une troisième fois, la voix robotique se fait entendre : « Authentification requise. » Je réponds : « ID2515V, faction de travail oméga, secteur D. » L’œil scanne au rayon laser infrarouge la puce dans ma rétine. « Autorisation de sortie approuvée à partir de 7 h 35. Opération cathartique prévue à 20 h 30. Bonne journée, ID2515V. Longue soit la paix d’Utopia. » Je me lève.

La radio s’allume automatiquement sur la seule station disponible aux personnes de mon niveau social. Comme d’habitude, les informations concernent l’ultime guerre. L’affrontement est intense. Il ne reste plus qu’à exterminer les traîtres Australia et à faire plier le genou à Occidentis, les rebelles de l’ouest. Les autres continents sont déjà sous le joug d’Utopia. Le monde sera alors conquis, la paix pourra prospérer. Longue soit la paix d’Utopia. Je prépare une tartine de pain que je beurre légèrement, je ne pourrai pas m’en procurer avant la fin du Printaner. Je n’ai pas le droit à une boisson cette semaine, je n’ai pas travaillé assez intensément la veille. Le radio stoppe sa diffusion, il va bientôt être l’heure. « Ouverture de la porte. Bus 13003 à l’arrêt Mik Gonj-Nu dans 6 minutes. Longue soit la paix d’Utopia. »

J’attends le bus, je ne suis pas seul. Je salue mes camarades d’un inclinement de la tête, ils me répondent. Les contacts entre les personnes sont interdits, sous peine d’un bagne de quatre saisons. La plupart d’entre eux portent des lunettes téléviseurs pour patienter. Ils peuvent suivre en direct l’évolution de l’ultime guerre ou bien les discours d’AlphaIA. Le bus arrive, les gens scannent leurs rétines pour prendre place. Je regarde par la fenêtre les différentes affiches du quartier. La plupart représentent AlphaIA, mais il y a quelques murs où sont affichés les portraits des derniers disgraciés. Ces derniers ont été jugés par la Main et reconnus coupables de crimes de rang 1. Je reconnais un voisin, c’est un récidiviste. Il m’avait déjà proposé de partager avec lui un fruit alors que ce n’était pas un Alphaday. J’étais obligé de le dénoncer, l’œil aurait pu tout filmer.

Le bus arrive à destination. Nous descendons tous, les uns derrière les autres. Notre chef de section, habillé de rouge comme tous les chefs, nous attend à côté d’un œil. Nous nous scannons et il nous donne nos casques. Ces derniers, une fois sur nos têtes, se connectent à notre puce. L’intégralité de nos sentiments et de nos ressentis est alors retranscrite sur l’écran géant sous la forme d’un tableau. Nous devons avoir un rythme de travail continu pour avoir une bonne place sur le tableau, nos calories dépensées et notre rythme cardiaque sont les principaux indicateurs. Les gens donnent tout aujourd’hui pour finir la construction du pont reliant tous les continents, c’est un jour cathartique. Seuls les mille premiers pourront y participer. Je ne prends pas ma pause midi pour gagner du temps, de toute façon la gelée alimentaire quotidienne me lasse. Je préfère encore avoir le ventre vide.

20 heures sonnent enfin. Yes ! J’ai assez bien travaillé pour avoir l’honneur d’être sélectionné. Je ressens le regard haineux des perdants. Un bus escorte les gagnants jusqu’à la place Ix Pingjin. À l’entrée, nous nous scannons et une pierre nous est remise. Nous entrons dans l’arène, les condamnés sont en contrebas à l’intérieur d’une cage. Nous nous installons autour. J’en reconnais certains, leurs têtes étaient sur les murs ce matin. Les autres sont des prisonniers de guerre ou des rebelles. AlphaIA apparait sur l’écran géant, il nous parle : « Qui s’oppose à la paix ne peut être digne d’Utopia. La paix ne peut être atteinte que par la guerre. À vous d’en juger, citoyens. Je déclare l’opération cathartique ouverte ! » Nous hurlons, un puissant rugissement se fait entendre ! Dans notre regard éteint se trouve désormais une flamme inextinguible : la haine. À tour de rôle, nous jetons nos pierres sur les condamnés. De toutes nos forces. À mort pour la paix. Pour Utopia. Longue soit la paix d’Utopia !

51

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Alan

Donald Ghautier

Alan se réveilla à sept heures pétantes, fidèle à son habitude de célibataire endurci. Il se leva tel un robot puis se dirigea vers la salle de bains. Le reste de la procédure suivit exactement ... [+]