15. S.M. Pussy birthday.

il y a
2 min
1
lecture
0

Je ne suis qu'une plume. Je sens, toutes proportions gardées, une sororité profonde avec Dominique Aury (Pauline Réage), âme pleine d'un délire qui nous a offert "Histoire d'O". Je veux partage  [+]

Barbara a poussé délicatement Coralie dans le salon. Nous nous sommes tous levés pour venir l’embrasser. Je l’ai sentie intimidée. Je l’ai présentée à Laurence & Cyr qu’elle ne connaît pas. Ils lui ont offert quatre bises. Elle a piqué un phare en saluant Preden, avant de se jeter dans mes bras. Elle ne fait pas trop la fière, mais je la vois décidée à aller au bout de ses envies démentes dont le rébus ne m’avait pas sauté aux yeux tout de suite, à la lecture d’« Histoire d’O ».
Je la frictionne. Elle tremble, je l’invite à se réchauffer près de la grande flambée que nous entretenons depuis la fin d’après-midi.
Très vite, nous passons au dîner. Coralie est en bout de table, moi, à l’autre extrémité, Barbara à ma droite. Nous parlons peu. C’est une des règles que nous avons édictée, être économes en paroles.
J’adore mon amie dans sa petite robe noire. Ses joues sont en feu, toujours sensibles aux gerçures, son nez tout rose. Sa gorge est blanche & diaphane. Elle a coupé ses cheveux bouclés. Ils sont encore humides. Ils descendent à la limite du cou sous les oreilles. Ce cou dévoilé me saisit d’un intense sentiment de bonheur.
Mes compagnons ont le regard qui brille. Ils mangent sans appétit. Je n’en ai pas plus qu’eux. Nous finissons nos assiettes de canard à l’orange. La tension monte alors chez les cinq loups que nous sommes. Seule Coralie flotte dans une bulle à part, une autre énergie, celle de l’excitante appréhension d’une surprise. Lui fera-t-on mal ? Lui fera-t-on du bien ? Est-ce que les bougies noires des chandeliers font partie du projet de la nuit ?
Le moment du dessert arrive à notre grand soulagement. Nos sexes prennent possession de nos cœurs qui, eux-mêmes, ont un empire sur nos têtes. Nous allons pouvoir passer au vrai festin. Preden disparaît dans la cuisine. Quelques secondes avant de resurgir avec une forêt noire, le gâteau préféré de Coralie, Aodren & Cyr mouchent les chandeliers. L’odeur âcre de la fumée d’un luminion mal éteint, chasse le parfum refroidissant des sauces.
Mon regard plonge dans celui de Coralie pendant un court instant. Avant que le salon ne se trouve plongé dans la pénombre, j’ai reconnu chez elle la fièvre qui s’empare de son corps à chacun de nos mercredis secrets, & qui me fait la vénérer. Je l’aime à la folie. Plus que lui faire l’amour, car, pouvoir la prendre est une chose acquise, embrasser sa bouche est ce dont je rêve par-dessus tout. Je veux parvenir à mes fins avant la fin de nôtre retraite.
L’atmosphère devient festive. Nous entonnons tous le banal « joyeux anniversaire » quand Preden fait son entrée avec le gâteau auréolé de dix-sept bougies. Il le pose devant Coralie dont le visage s’éclaire, plein de majesté évangélique, comme dans une scène de De La Tour. Nous commençons à plaisanter avec elle, à l’encourager. Je lui présente Barbara, dis, en plaisantant, que c’est la paroisse qui nous a confiés à sa surveillance. Je la rassure sur le pedigree de Laurence & Cyr dont les idées subversives ne sont pas différentes des siennes, ni des miennes. Nous redevenons des adolescents normaux l’espace de quelques instants. Puis, Coralie détendue, prend une grande inspiration & souffle ses bougies. Applaudissements quand nos visages se retrouvent à contre-jour, à peine éclairés par le feu dans la cheminée. Tout à coup, j’entends Coralie émettre un petit cri de surprise & d’excitation plutôt inattendu. Puis, alors que Barbara tend l’allumette au-dessus des chandeliers, je vois l’amie chère, les bras posés sur la table, baisser les yeux comme si elle voulait se concentrer & retenir une émotion prompte à l’envahir.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]

Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]