13. S.M. Maîtresse Barbara.

il y a
1 min
3
lectures
0

Je ne suis qu'une plume. Je sens, toutes proportions gardées, une sororité profonde avec Dominique Aury (Pauline Réage), âme pleine d'un délire qui nous a offert "Histoire d'O". Je veux partage  [+]

Barbara nous a suggéré une superbe scénographie à laquelle nous avons tous adhéré. Elle nous a trouvé être cinq beaux androgynes, Preden, Cyr, Laurence, Aodren & moi. Sur ses conseils & son assistance, nous nous sommes apprêtés comme une fiancée pour ses noces. Nous avons fait en sorte que Coralie, à qui j’ai dit : « viens comme tu es », soit saisie d’un peu de honte quand elle commencera à se dévoiler devant ses chevaliers servants. Je lui ai recommandé de ne pas trop se laver, de ne pas se parfumer, ni d’épiler plus que ses jambes & ses aisselles. Alors que nous l’attendons, je pense à elle avec fébrilité, rêvassant sur son corps blanc faisant route vers moi, dont je connais l’implantation des poils par cœur, du pubis aux fesses. Je me languis de voir sa peau m’éblouir une nouvelle fois lorsqu’elle se déshabillera.
Tandis que mes amis & moi attendons le début du rite, de la fête ou de la cérémonie, ou que sais-je, habillés de chemises de différents roses & les hanches couvertes de simples boxers, Barbara règne parmi nous comme une sorte de X-men. Elle porte des Doc’s qui lui montent jusqu’aux genoux, des cuissards de latex noir se terminant en pointe en haut des cuisses. Elle est vêtue d’un body en latex, noir lui aussi, sous un corset de cuir rose se fermant sur son ventre par cinq boucles d’acier. Le body a une fermeture à glissière qui va du nombril aux fesses. Ses seins, moyens, sont pressés dans leurs bonnets noirs en cuir & velours. Ses mains sont munies de gants de latex qui lui montent jusqu’aux aisselles.
Barbara, grande femme hiératique semblable à Camilla dans « Rapaces », a des cheveux de jais. Son carré plongeant laisse les pointes caresser le haut des seins. Elle a la peau claire, hésitant vers un certain doré dont la chaleur rappelle étrangement les carnations de portraits de Vigée-Lebrun. C’est une maîtresse. Aucun de nous n’a encore osé l’entreprendre depuis que nous la connaissons. Je dois dire qu’elle est impressionnante, charismatique & d’un sex-appeal qui, s’il ne provoque pas d’irrépressibles élans, réduirait à l’esclavage bien des sexes vaillants.
Elle connaît son art, mais elle nous a laissé toute latitude pour diriger les réjouissances, se contentant d’être bonne conseillère dans l’élaboration d’une loi destinée à faire frémir une soumise loi d'être diplômée.
Nous buvions un bourgogne sorti de la cave oubliée, tout en parlant du livre qui nous a amenés à l’aventure qui débute ce soir, quand la cloche de la maison a sonné. Barbara se lève en disant :
« Je vais tout de suite lui donner le la. »
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]

Nouvelles

Miroir déformant

Manigaut

Bien musclé. C’est toujours le premier critère que j’entre. Presque gros tellement les muscles jaillissent. Muet, taquin, mais pas prétentieux dans son regard. Couleur des yeux aléatoire... [+]