8
min

1000 Barrières

Image de NELDE JONATHAN

NELDE JONATHAN

482 lectures

127

Toute histoire commence un jour, quelque part sous le soleil, sous la lumière du jour, sous un manguier de feuillage verte d’une terre étrangère. Alors que je mangeai une délicieuse mangue à la pulpe jaune très parfumée, il me vint à l’esprit l’idée de me rendre dans ma terre natale. Cette terre que je quittai depuis une longue période temps pour mes humanités commence à me manquer.

Je pris sur moi deux sacs à dos dans lesquels je mis un sac de couchage, trois t-shirts, deux paires de jean, de la nourriture et de l’eau embouteillée. Je me rendis compte que je devrais prendre aussi un chandail, une brosse à dent. Le plus élémentaire des corrections de ma terre natale m’obligea à prendre un savons liquide, ma trousse de médicament de précaution dans lequel j’ai mis des antis paludéens, des antis diarrhée et une moustiquaire. J’ai aussi amené pour ma famille des habilles pour hommes, femmes et enfants. Sans casser du sucre le dos du chef de la bourgade et de mon père, j’ai dû prendre quelques kilogrammes de sucre pour eux. Et en plus cela, j’apportai plein des petits cadeaux pour ma charmante mère Reabé. Cette femme qui m’a tout donné et qui parait moins humaine dans ma bourgade.

Le lendemain, de si bonne heure, je partis de ma terre étrangère vers ma terre natale malgré le froid extrême. Je traversai une savane plate et herbeuse quand soudain, j’aperçus un zèbre qui avait été attaqué par une lionne dissimiler dans une petite savane près du cours d’eau principal. La lionne l’avait saisi par le coup et avait enfoncé ses dents au coup du malheureux zèbre. J’observai la scène de loin. Aussi bien que je puisse me souvenir, le zèbre refusa de mourir pour servir de déjeuner à la lionne affamée. Certaine fois, le zèbre se laissait dominer mais toute les fois il résistait et échappait à une mort qui était presque certaine. Contre toute attente, la lionne fut épuisée visiblement et décida d’abandonner le zèbre dont le courage avait permis de tenir tout ce temps face à la lionne. Le zèbre adulte courut de toutes ses forces pour retrouver sa famille permanente. Il fut hors d’atteinte de portée et de danger. J’ai eu lieu de me réjouir.

Mon voyage continua et juger ma surprise :
- Je vis les oiseaux du ciel, l’oryx, l’Autriche, le chacal et une formation végétale propre aux régions chaudes à longue saison sèche et dominée par les plantes herbacées de la famille des Poacées. Le paysage était plus ou moins parsemé d'arbres ou d'arbustes. Quelques instants après seulement la nuit tomba et j’ai été saisi d’une grande peur !!!

Il fut nuit, je perdus la grande partie de mes sens mais pas l’ouïe. J’ai eu droit à l’animation nocturne et diurne. J’ai eu droit au rugissement du lion et au grondement des hippopotames. Les bestioles dans l’herbe tournent autour de moi. J’avais bien essayé de les voir avec ma torche mais hélas !!! Et je trouvai un endroit pour dormir en plein air avec mon couchage. Je sortis de la nourriture que je mangeai.

Entre temps une bestiole avait essayé à me carapater quelque fois. Il y avait aussi des chauves-souris qui faisaient un bruit infernal pour chasser les insectes. Cette localité abondait en gibier. Je mis quelques temps pour identifier les bruits dans l’herbe qui m’étaient étranger et soudain un énorme troupeau des éléphants venaient sur moi. J’ai dû fuir pour me coucher à l’autre bordure de la route. Tout ceci commençait à m’inquiéter sérieusement quand le jour paru et mon voyage continua de si bel.

Arrivé sur ma terre natale, je fus accueilli chaleureusement par les enfants, les femmes et hommes. Ce fut un accueil avec des danses, des chants, traduction soigneusement entretenues dans un environnement des coercitions et des restrictions. Ma mère m’attendit les bras ouverts me serra dans ses bras pendant longtemps.

Ensuite elle me dit :
Bienvenu mon fils !!!!!!!!!

Aussitôt je répondis :
Merci maman !!! Comment tu vas ?

Elle affirma qu’elle allait mieux. Et elle me laissa en bonne compagnie de la grande famille.

Certains furent heureux de me revoir, d’autres furent particulièrement inquiet par ma façon de parler, de me vêtir, de me coiffer. Ma rationalité s’opposait d’une certaine manière à leur spiritualité. La maisonnée de mon père me servi un thé très sucré que je bus. Entre temps, des longues séances de salutations se passaient. Les femmes me saluèrent à distance respectueuse conformément aux valeurs conservatoires de la bourgade.

Nodji, l’autre femme de mon père me demanda d’aller me baigner dans une douche où le mur ne faisait que deux coudés de hauteur. Je comprenais que la majorité des bourgadiers se baignaient la nuit dans ces conditions et ils faisaient juste une toilette légère le matin pour se rendre à leur différentes activités qu’ils s’agissaient des activités champêtres, de la pêche, de l’élevage ou du petit commerce. C’est tout difficilement et rapidement que je me lave le corps. Je sortis de la douche et m’assis à la droite de mon père Mbayam, de mes oncles et autres voisins de la bourgade.

Mes oncles donnèrent l’ordre à mes petits frères d’égorger quelques poulets pour le déjeuner. La première femme de mon père, ma mère commença à cuisiner et malgré la présence de toute la famille, la joie l’amena à me dédier toute la cuisine de ce jour. Le temps passa vite, et ma mère fini de cuisinier. Elle servit la sauce tomate avec le « Mourou », la boule du sorgho rouge. La sauce de « Koudjia avec le Gobrai », la sauce tomate au poulet avait un parfum de feu avec la pierre à lécher. La sauce sentit presque la fumée du bois tandis que la boule était tout rouge. Il y’ a lieu de préciser que toute la viande des poulets me revenaient. Surpris de toute la quantité des viandes et selon nos valeurs conservatoires, je fus dans l’obligation de le partager avec mes oncles et mon père et le reste des enfants. J’ai voulu invité les femmes à se joindre à nous pour le repas. Surprises, elles observaient scrupuleusement la tradition.
D’ailleurs, les femmes ne mangent pas la viande en présence des nobles du village. Et lorsqu’elles étaient amenées occasionnellement à manger de la viande, elles le font en se cachant. Nous avions bien profité du délicieux repas et nous étions tous rassasiés. D’une voix haute je dis merci à ma mère pour ses efforts et son repas.


Les femmes de mon père furent capables de gentillesse et ce fut mon premier repas de bienvenue. En ce qui concerne ma mère, elle fut très heureuse de me revoir puisque qu’elle ne m’avait pas vue depuis une dizaine d’années.

Mes oncles assis à la place des personnes âgées de la bourgade me relatèrent les situations les plus pénibles que la bourgade a connu depuis le jour de mon départ jusqu’à maintenant. Je fus choqué de l’inexistence des infrastructures sanitaires, éducatives et d’alimentation en eau potable. La discussion se poursuit et s’acheva par la généalogie de la famille. Tous les enfants qui furent nées après mon premier départ me furent présentés dans un ordre chronologique.

Plus bon sans doute, le soir venu, il était de coutume de continuer les discussions dans la mesure du possible autour du feu. Ce soir-là je fus très épuisé par le voyage mais surtout par la route qui était presque impraticable et très longue. Je fis la demande à mon père de me laisser dormir.

Ma demande fut exaucée et mon père ordonna à ma mère de me préparer un lit avec matelas appelé « Raggae », le lit traditionnel. Elle le fit sans hésité et plaça sur moi une lampe tempête dont la flamme est protégée du vent par un globe de verre. Et en dessous de moi, il y avait cinq de mes petits frères dans la petite case. Le plus grand s’appelait Korta.

De cette effroyable fatigue, le sommeil m’emporta si bien que je n’entendis pas le coq chanté et épaté les poules. Grande encore fut ma surprise à mon réveil !!! Tenez-vous bien, il s’était passé quelque chose. Cela dit, les enfants ont quasiment tous pissé la nuit. Lancer sur les même rails, l’odeur de la case fut insupportable pour moi .Je me rendis en toute vitesse vers l’extérieur. Certes, Nodji et ma maman remarquèrent et discernèrent mes fais et gestes. Elles mirent le « Guira Koudou », un parfum à base des racines de Koudou dans la case. Apres cette séance de parfumage il n’y eu aucune odeur sinon plus d’odeur pour ma deuxième nuit avec ma communauté de destin. Je ne puis me défendre d’une certaine partialité envers les enfants. Voilà comment j’ai été particulièrement accueilli par mes tout petits frères. Les grands étaient tous mariés ou donnés en mariage selon nos mœurs. C’était des pères des mères de quatre à cinq enfants.

Ensuite je fis ma toilette et ma mère me servi le couscous à manger. Je fis des salutations à toute famille. Les femmes de ma bourgade se lèvent aussi lorsqu’il fait nuit pour cuisiner pour toute leur maisonnée.

Apres cela, mon père Mbayam me proposa une visite guidée de la bourgade parlant à voix haute et marchant à grand pas, je l’écoutais et dans l’intimité je m’abandonnais volontiers à mon père. Mon père me proposa des espaces cultivables. Ce fut la saison des récoltes et à vue d’œil les récoltes s’annoncèrent pas bonne dans une certaine mesure pour la majorité des champs. Cette année-là, il n’avait pas une grande pluviosité car le climat avait abâtardi les cultures. Il y’aura moins du pâturage pour leurs petits et gros bétails. La rivière va se tarir rapidement. Par conséquent les bourgadiers ne feront pas une bonne pêche. Les habitants de la bourgade allaient potentiellement passer une mauvaise année. D’autres champs ont été détruits par les éleveurs.
- J’en ai assez de ce champ, il me coupe les bras et les jambes !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Me déclarait mon père d’un regard franc mais sincère. Voilà une analyse qui m’abasourdi sur le chemin du retour.

De retour à la maison, je me suis désengagé de l’obligation de me marier à Koko, une jeune belle fille et vierge de 14 ans de la bourgade que m’ont proposé mes parents selon la coutume en tout bien tout honneur. D’une voix ferme et avec le tact je dis :
- Je ne l’épouserai pas papa!!! Maman fondit en larme.
Selon eux, j’étais pourvu d’une belle fortune et forcement je devrai avoir envie de me marier, et, si peu que l’on sache de mes sentiments, lorsque j’arrive à la bourgade, l’idée est si bien fixée dans l’esprit de ma grande famille qu’ils me considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles. Mais j’étais extrêmement avisé et je m’abaissais à des compromissions.

Cela entraîna un grand mécontentement au sein des deux familles à savoir la famille de la supposé prétendante et les miennes .En effet mon refus a été orienté par l’âge de la petite jeune fille.

J’ai eu des moments d’explication avec mon père et ma mère qui m’ont compris grâce à la force de mon raisonnement sur les conséquences potentielles du mariage précoce. Ils prirent à leur tour, le soin d’expliquer à la famille de Koko les motifs de mon refus. Il faut dire que, si je l’avais voulu, elle aura su me soutenir dans une certaine mesure. C’était une fille capable, elle valait plus que mille coureaux. Elle était en ce qui me concerne un cadeau d’Allah.

Au demeurant, Je posais cette question à mes oncles :
- Pourquoi vous ne vendez pas une partie de vos bétails pour couvrir certaine de vos dépenses ?
Ils répondirent à l’unanimité :
- Ici, nous n’élevons pas nos vaches tractrices pour les vendre. Nous vendons seulement une partie de nos récoltes pour subvenir à nos besoins !!!!!
À priori, c’est le concept de l’élevage sentimental. Cette façon de faire ralenti fondamentalement le développement local et augmente la cherté de la viande au plan local. Ce jour-là, les quatre femmes capables de mon père nous cuisinèrent le « Guem », la sauce longue que nous mangeâmes avec appétence et sérieux.

Il se passa des choses pendant ma dernière nuit à la bourgade après le dîner, autour du feu, et, au son des Tam-Tam les enfants et les femmes dansent, elles arrivaient à composer des chansons avec mon nom. Ce fut surprenant pour moi de constater qu’ils avaient cette double capacité de composer mentalement une chanson et la chanter. Autre privilège, étouffer par la joie de la chanson je me suis joins à la danse, dansant à un rythme très différent de ceux de la bourgade. Cela engendra des nouveaux moments de grande joie en dépit de nos différentes difficultés.

Ma mère, la femme capable et courageuse me serra de nouveau dans ses bras et me dit :
- Je t’aime mon fils !!!La prochaine fois que tu reviendras, amène ta femme avec toi !!!
Je redresse ma tête puis je dis :
- Oui, maman je t’aime aussi !!!!!!!!!!

Mon père qui nous observait de près, d’une gestuelle me souhaita un bon voyage. La dernière femme de mon père, Memadji me fit la demande de partir avec son dernier fils. Demande que j’acceptai aussitôt.

Tout au long de mon léger séjour, derrière ces milles barrières, je reçois quelques prémisses de leur petit bétail et des cultures vivrières en guise de cadeau mais surtout en termes de remerciement.

Ce fut un moment riche en émotion et en générosité. Certains aimeraient repartir avec moi et j’ai leur aient fais des promesses que régulièrement et à tour de rôles ils viendraient me rendre aussi visite. C’est un voyage qui me laisse un très bon souvenir.

Et je m’envole très tôt le matin, encore plus loin dans un nuage de poussière !!!

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Nouvelles
127

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Bravo c'est Magnifique
·
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
Mes encouragements sont pour vous. Je vous invite en revanche de faire pareil pour moi sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant
·
Image de Bazié Bonaventure
Bazié Bonaventure · il y a
Waouah très beau texte . bravo à vous et beaucoup de courage pour la suite. par ailleurs je vous invite à découvrir mon histoire https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-jour-un-enfant-quelque-part
·
Image de JACB
JACB · il y a
Que d'histoires dépaysantes dans ce concours, la vôtre l'est aussi. Merci pour ce voyage.
Ma cavale est en bleu et jaune mais il me tiendrait à coeur d'avoir votre soutien pour:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-femme-est-l-avenir-de-l-homme#
Merci et bonne chance à vous

·
Image de Sidikou Ibrahim
Sidikou Ibrahim · il y a
bon vent fère
·
Image de Issouf Nassa
Issouf Nassa · il y a
je te souhaite bon vent avec mes 3 voix.
N hesite pas a soutenir mes 32,un peu comme 1000. https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/trente-deux

·
Image de Matthieu Kondryszyn
Matthieu Kondryszyn · il y a
Dépaysant. Belle histoire pleine de sagesse. Dommage pour les fautes d'orthographe et la conjugaison.
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je prends en compte les remarques.
·
Image de DOUMA ESPERANCE
DOUMA ESPERANCE · il y a
Ma voix pour vous. Bonne continuation.
Je vous invite à lire ma nouvelle en compétition et à m'accorder vos voix si elle vous plaît mais surtout laissez vos critiques afin que je puisse m'améliorer. Merci beaucoup
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/par-dessus-tout-1

·
Image de Chorouk Naim
Chorouk Naim · il y a
Joli texte.
·
Image de Ambre Dorr
Ambre Dorr · il y a
Belle histoire, vraiment :) Bonne continuation!
·
Image de NELDE JONATHAN
Image de Danielle Battaglia
Danielle Battaglia · il y a
Un beau texte plein d'émotions et de simplicité. Je vote
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Danielle
·
Image de Borodine Thomas
Borodine Thomas · il y a
Je vous encourage mes trois voix! merci de voter pour mon texte en concours
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-pere-noel-etranger

·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Borodine Thomas
Borodine Thomas · il y a
Je vous encourage avec mes 3 voix! Merci de voter pour mon texte en concours
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-pere-noel-etranger

·
Image de David Dupouy
David Dupouy · il y a
Mes 5 voix
·
Image de Chateaubriante
Chateaubriante · il y a
mes 3 voix - j'en ai pas + pour l'instant - donc, toutes mes voix, pour ce retour à la maison, au village et toutes ces émotions que vous savez fort bien partager, en toute simplicité et avec grande authenticité ! encouragements sincères
·
Image de Tez
Tez · il y a
Belle histoire mes 4 voix sont à vous
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci pour vos encouragements.
·
Image de Lyriciste Nwar
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup Nwar.
·
Image de RAC
RAC · il y a
Continuez !
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je vous en prie
·
Image de Danielle Battaglia
Danielle Battaglia · il y a
Comme promis je lis votre texte que je trouve super et comme je ne suis pas radine je vous donne 5 *. Mais puisque vous m'y avez incitée, à mon tour de vous demande de lire ma deuxième nouvelle en compétition : le botaniste. Merci !
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Immersion totale. .. Merci!
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Sandi
·
Image de David Bogatirsky
David Bogatirsky · il y a
Bravo pour votre texte.
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup David
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
un retour
aux racines
et aux coutumes
familiales
convivial
et
émouvant^^+5

·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup Bertrand
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
À bientot^
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un petit régal + 5 !
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Dimaria Gbénou
Image de NELDE JONATHAN
Image de Rita Kabore
Rita Kabore · il y a
Cc ! Hors mis la remarque d Fidèle Assyo, j trouve k tu as une bonne inspiration et 7 c qui est à féliciter. K Yah t soutienne pour la suite ! 😁
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Rita.
·
Image de Fidele Assyo
Fidele Assyo · il y a
Félicitations mon petit ! C'est pas mal. Cependant, j'ai relevé quelques petites imperfections dans ton texte qui te seront sûrement signalées, je l'espère, en vue d'améliorer la qualité de ton travail la prochaine fois.
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Tu as Parfaitement raison. J'intègre tes recommandations sur la version finale du roman.
·
Image de Urbain Mbaiarem
Urbain Mbaiarem · il y a
Tu nous honores! Super ta plume
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Urbain
·
Image de Grace Djibangar
Grace Djibangar · il y a
Trop fière de toi et du courage
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Grâce..
.

·
Image de Vann Moussolo
Vann Moussolo · il y a
Très bien.
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Vann Moussolo.
·
Image de Natacha Damba
Natacha Damba · il y a
Très fier!!!! de toi mon frère
·
Image de Natacha Damba
Natacha Damba · il y a
Nice one my bro.felicitation là-bas
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je t'en prie Natacha Damba. Merci encore
·
Image de Martine Lontchi
Martine Lontchi · il y a
Pas mal Jo.j'espère il vont corriger les qlques imperfections observées !
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Absolument !!!Merci beaucoup déjà
C'était ça le but.

·
Image de Adama Gueye
Adama Gueye · il y a
C'est bien ça nous permet de mieux connaître les réalités des villages et leurs générosités légendaires. Félicitations
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
👍🏿📗💡🤝🏽💰👍🏿
·
Image de Assitan Félicité Belengar
Assitan Félicité Belengar · il y a
Emouvant,du courage!
·
Image de Archimede Djasrabe Kouladoum
Archimede Djasrabe Kouladoum · il y a
Merci bien. Vous êtes gentille
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Félicité Belengar.
Bonne nuit à toi

·
Image de Debalbe Ønesime
Debalbe Ønesime · il y a
Good job bro the adventure is just beginning
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
your push shot thumb me will be of no use without measure
·
Image de Diane Fida Houdora
Diane Fida Houdora · il y a
Très belle histoire j'ai aimé. Félicitations
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Diane
·
Image de Toumai
Toumai · il y a
Très bon travail
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Toumaï
·
Image de Cris
Cris · il y a
C'est très bien continuez de l'avant
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je continuerai de me réinventer. Merci Cris
·
Image de Abou Abdallah Dieng
Abou Abdallah Dieng · il y a
Je vous lis assez souvent, bonne continuation! Texte instructif ...
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup Abdallah pour tes encouragements.
·
Image de إبتسام العوادي
إبتسام العوادي · il y a
Bravo !!! bonne continuation mon ami
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Borodine Thomas
Borodine Thomas · il y a
Bien ecrit ! Bravo. Mes 3 voix pour vous et merci de voter pour mon texte en concours
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/un-pere-noel-etranger

·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Boradine, rassurez-vous que vous avez réellement voté.
·
Image de Theophile Tormbaye
Theophile Tormbaye · il y a
Super génial le reflet du village est toujours notre fierté
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci Théophile
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Une belle tranche de vie magnifiquement écrite par la belle plume d'un jeune auteur ! Je vote mes 3 voix pour vous et je 'abonne à votre page !
Merci de découvrir mes deux textes en concours !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je me régale avec vos encouragements. Merci Félix.
·
Image de Aguetcha Boïkoussiguéfils
Aguetcha Boïkoussiguéfils · il y a
CEST TROP TOP!! BNE CONTINUITÉ
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci beaucoup Aguetcha
·
Image de Constant Ndidongarte
Constant Ndidongarte · il y a
Merveilleux voyage. J'en garderai plein de souvenir
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Je t'en prie Constant Ndjidongarte. Bonne année 2019 à toi.
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
J'ai regretté que ce texte finisse parce que j'ai voyagé avec vous. Bravo.
·
Image de NELDE JONATHAN
NELDE JONATHAN · il y a
Merci pour ce coup de pousse pouce Catherine Perrin, au cas ou vous êtes intéressé par un voyage sur ma terre natale, je serais ravis d'organiser ce voyage non imaginaire avec vous...
·