Temps de lecture
1
min
poésie 98LECTURES

Réponse

Monsieur, Mademoiselle ou Madame P. L.,
Vous qui m’avez écrit sans vous faire connaître,
Qui m’avez défendu pour mon talent... à naître,
Agréez tous mes vœux ! Pour vous, je pense au ciel.
Oh ! qui que vous soyez en ce Paris immense,
Oui, vous avez de l’âme, oui, vous avez du cœur ;
Vous comprenez si bien la joie et la souffrance !..
J’aime à le répéter avec un doux bonheur.

Est-ce possible ? un nom, le mien, un pauvre atome
Serait assez connu dans la grande cité,
Pour agiter parfois certain venin de l’homme...
N’en dois-je pas avoir un peu de vanité ?

Et puis, vos vers sont beaux, remplis de poésie,
Mots dignes, élevés, d’empereur ou de roi ;
Mais, pour les admirer comme j’en ai l’envie,
Que ne sont-ils, alors, pour d’autres que pour moi ?