Temps de lecture
1
min
nouvelle 155LECTURES

La poésie

Oui, elle a été une Parisienne, j’en atteste l’esprit du divin Musset, la sanglante raillerie du grand Heine et la forte et saine tristesse de Baudelaire. Elle a été et elle sera, car c’est sa destinée de renaître sans cesse et toujours plus belle et plus glorieuse ; mais pour le moment, hélas ! il est bien vrai que son grand cœur semble avoir cessé de battre. J’ai contemplé de mes yeux cette morte héroïque, dont le front était souillé de boue ; et sa chevelure traînait autour d’elle, emmêlée dans les larges feuilles de laurier. Si horrible à voir près de la pourpre cruellement éclatante, sa pauvre lèvre entr’ouverte était devenue plus blanche qu’un lys, et à travers ses mains se jouait la lumière rose. Cependant le tragique dominateur de ce grand siècle, le célèbre Monsieur Prudhomme, dont l’œil est celui d’un hibou et dont le nez décrit exactement un quart de cercle, Prudhomme, dont le chapeau est comme une tour d’ébène, dont le faux-col escalade les cieux et dont les lunettes vertes ressemblent à la vaste mer, était penché sur sa victime avec l’expression d’une joie féroce. Du bout de son parapluie rouge il lui crevait l’œil, et il lui défonçait le front à grands coups de talons de bottes, tandis que, pareilles à l’écharpe d’Hamlet, les basques de son habit noir s’envolaient désordonnées, furieuses et fougueusement tordues par le vent du nord !