Temps de lecture
1
min
poésie 64LECTURES

Servante-maîtresse

Cette veuve de l’Astre a l’aspect de la Lune :
De Phébus, fait ermite, elle est épouse et sœur ;
C’est par l’apothicaire, et par le confesseur,
Qu’elle assoit son crédit, et fonde sa fortune,

Elle mono de front l’extase et la rancune ;
Nul pot-aux-roses n’a pour elle de rancœur :
Elle est religieuse, et psalmodie au chœur ;
Elle est aussi caillette, et baisotte à la brune.

Ceinte de lis bâtards et de prude oranger,
Elle atteint de sa griffe et garde sous sa patte
Les clefs du garde-meuble et du garde-manger.

Elle ne sait plus rien de l’ancien cul-de-jatte ;
Elle écoute les vers que Racine lui lit...
Et le Soleil-Couchant se couche dans son lit.