Temps de lecture
1
min
poésie 120LECTURES

Une belle matinée de printemps

En ce matin où la douceur est telle
Qui se répand par les bois et les champs
Qu’il n’y a rien d’ineffable comme elle,
Dites-moi si vous croyez aux méchants.

Oui, je ne sais pourquoi me vient ce rêve ;
Mais, n’est-ce pas, ô Seigneur qui m’entends
Qu’il est des jours où le Mal est en grève,
Où tout le monde est bon, en même temps ?