Nocturne

1 min
91
lectures
0

Ce poète ivrogne, porté sur le fruit de la vigne et les cabarets parisiens, se considérait lui-même comme un écrivain de troisième rang et n'a jamais souhaité être publié. Un seul recueil  [+]

À Steinlen.

Oh ! les durs, durs pavés
Pour les petits pieds nus
Des enfants perdus,
Des enfants trouvés !

Oh ! pour les non-repus,
Et pour les sans-logis,
Les étés finis,
Les hivers venus !

Oh ! pour tous les errants,
Poètes, chiens et fous,
Le gaz aux yeux roux,
La Lune aux yeux blancs !
0
0