Temps de lecture
1
min
poésie 69LECTURES

La mort

À Henri Deslinières.

Un vieillard râlait sur sa couche
Souffrant tous les maux d’ici-bas ;
Déjà bleuissaient sur sa bouche
Les violettes du trépas.

Cependant, d’aurore en aurore,
Trahi par le cruel destin,
Pour souffrir davantage encore
Il s’éveillait chaque matin.

« Ô mort ! abrège mon martyre, »
– Criait l’infortuné vieillard. –
Il ne t’importe que j’expire
Un peu plus tôt, un peu plus tard ?

« Je n’ai vécu que trop d’années,
Et j’aspire à l’éternel soir ;
Car dans mes prunelles fanées
Le Monde se reflète en noir.

« Je n’attends plus rien de la Vie.
Compte, au lieu de me l’acquérir,
À la Jeunesse inassouvie
Le temps qu’il me reste à courir. »

Et voilà que soudain, blafarde,
Sous son masque de carnaval,
Il vit l’effroyable camarde,
Debout sur son seuil, à cheval !

« Enfin ! dit-il. Que tu m’es bonne,
Toi, qui si longtemps me leurras ! »
Et tout ainsi qu’à la Madone,
Il lui tendit ses maigres bras.

Mais elle éperonna sa bête,
Et continua son chemin,
Sans seulement tourner la tête
Vers ce vieillard en parchemin.

*
* *

Plus loin, au milieu des prairies,
Deux amants, ceux-là bien vivants,
Couraient dans les herbes fleuries,
Vous eussiez dit de deux enfants.

Ils ne connaissaient de la Vie,
Les pauvres petits ! que l’Amour ;
Et leur âme était asservie
L’une à l’autre, sans nul retour.

Ils allaient, joyeux, par la plaine,
Souriant de leurs yeux d’Avril ;
Le vent retenait son haleine
Pour ne troubler point leur babil.

Et voici que la Mort affreuse
Rageusement fondit sur eux,
Et d’un geste prit l’amoureuse
Dans les bras de son amoureux.