Image de Raoul Ponchon

Raoul Ponchon

1848 - 1937

Ce poète ivrogne, porté sur le fruit de la vigne et les cabarets parisiens, se considérait lui-même comme un écrivain de troisième rang et n'a jamais souhaité être publié. Un seul recueil sera imprimé de son vivant, plus ou mois contre sa volonté, La Muse au cabaret, qui en dit long sur ses occupations quotidiennes. Buveur d'absinthe patenté et fin gourmet, les plaisirs de la table sont un thème majeur de ses écrits. Journaliste pendant un temps, il écrit ses chroniques en vers : ce sont des textes décapants qui offrent une vue intéressante sur la vie des quartiers populaires du Paris de la Belle Époque.


Classique

Le gigot

À Jean Loup Richepin.
Quand le gigot paraît au milieu de la table,
Fleurant l’ail, et couché sur un lit respectable
De joyeux haricots,
L’on se sent beaucoup mieux, un charme vous... [+]

Classique

La salade

Cerosole vient de nous révéler que la salade est le véhicule de dangereux microbes et des vers intestinaux, dont voici quelques-uns :
Échinocoque, trichocéphale-dispar,
Anguillule... [+]

Classique

Sécheresse

À Louis Richard.
Les champs ont soif, les malheureux !
Moi, de même. Pitié pour eux !
Vierge Marie,
Aussi pour moi, je vous en prie.
Voyez, clochant sur leurs fémurs,
Les blés, avant... [+]

Classique

Au cabaret

Celui qui ne sait pas tirer profit du premier objet qui lui tombe sous les yeux, n’a pas un atome d’intelligence.
Edison.
En lisant les ci-dessus lignes,
Je pensai : voilà du... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

La soupe à l'oignon

À Jean Pierre Richepin.
Quel est ce bruit appétissant
Qui va sans cesse bruissant ?
On dirait le gazouillis grêle
D’une source dans les roseaux,
Ou l’interminable querelle
D’un... [+]

Classique

La question du bas noir

Ah dieux ! qu’ouis-je ? Ciel ! qu’apprends-je ?
Voilà pour le moins de l’étrange :
Il paraîtrait que le bas noir
Tend à déchoir.
Le bas noir ! la seule... [+]

Classique

La loi d'amour

Deux êtres s’aimaient d’un amour
Pur et sans alliage,
Comptant bien en finir, un jour,
Par un bon mariage.
Les parents de nos amoureux
S’y montraient favorables,
Cette union étant pou... [+]

Classique

L'inondation de 1910

À Edmond Yarz.
J’avais dans la banlieue
Mon toit officiel.
Se mirant en l’eau bleue,
Quand était bleu le ciel.
J’étais là, bien tranquille,
Lisant, ces jours derniers,
Les... [+]

Classique

Le vin suisse

Les Anglais auraient résolu de ne plus acheter de vin chez nous, et de s’adresser à la Suisse.
Il paraîtrait que les Anglais,
Dont on connaît la tempérance,
Pour se venger de nos... [+]

Classique

Le vol de la Joconde

À Léopold Stevens
Dès qu’il sut que la Joconde,
La merveille sans seconde (?)
Du Louvre avait disparu,
Lépine, avec sa cohorte
De sbires de toute sorte,
Aussitôt est... [+]

Classique

Le pantalon

Il était une fois, mesdames,
Une cité selon mon cœur
Où la loi voulait que les femmes
Sans vêtement que leur pudeur
Déambulassent dans les rues.
Et toutes indistinctement
Pucelles... [+]

Classique

Cléo de Mérode ?

Une très fine statuette
Étonne au Salon tous les yeux
Et fait travailler la luette
De ces dames et ces messieurs.
Elle séduit tôt par sa mise
Qui est celle d’une beauté
Venant de... [+]