Temps de lecture
1
min
poésie 61LECTURES

Lygdamus et Properce

PROPERCE

Tes pensers sur Cynthie, exprime-les sans feinte
Et pour ta liberté sois désormais sans crainte.
Ne va pas cependant, par un zèle trop fort,
Mettre avec mes désirs ton récit en rapport.
Un messager doit être aussi vrai que fidèle ;
Plus l'esclave est exact, plus il montre de zèle.
Commence ; dis-moi tout, et, sans en perdre rien,
Mon oreille attentive est tout à l'entretien.
Ses cheveux en désordre éteignaient-ils ses charmes ?
Ses yeux abondamment répandaient-ils des larmes ?
Avait-elle un miroir, ou quelque bracelet
Qui de sa blanche main fÏt ressortir l'effet ?
Ses beaux bras négligés disaient-ils sa tristesse ?
N'était-il nul écrin auprès de ma maîtresse ?

LYGDAMUS

De ses femmes en deuil présidant les travaux
Et, triste, en sa maison, en tournant ses fuseaux,
Elle essuyait ses pleurs de son tissu de laine.
Alors se rappelant vos débats avec peine :
« Est-il ainsi, dit-elle, esclave de sa foi !
Garde-t-il les serments qu'il m'a faits devant toi ?
Sans reproches fondés, l'ingrat ! il m'abandonne,
Lygdamus, et mon cœur ne le cède à personne
Sans doute, il est heureux de mon isolement.
Qu'il vienne m'insulter à mon dernier moment !
Je ne crains pas pour moi les mœurs d'une rivale,
Mais du Rhombe il subit l'influence fatale.
Des philtres, le venin d'un crapaud monstrueux,
Des tronçons de serpent l'éloignent de ces lieux,
Ou des plumes d'effraie au sein des cimetières,
Ou de tristes débris de bandeaux funéraires.
Si mes songes, la nuit, n'offrent rien de menteur,
A mes pieds, quoique tard, il payera son erreur.
Oui, l'araignée immonde ira souiller leur couche,
Et de glace, Vénus n'aura rien qui les touche ».

PROPERCE

S'il est vrai que Cynthie ait parlé sans nul fard,
Vers elle, Lygdamus, retourne sans retard,
Et dis-lui que, brûlé d'une pareille flamme,
Depuis six fois deux jours j'évite toute femme.
Parle-lui de mes pleurs ; qu'elle sache à son tour
Que j'ai fui par colère et non défaut d'amour.
Si tu peux à la paix enlever toute entrave,
Dès ce jour, par mes soins, tu cesses d'être esclave.