Temps de lecture
1
min
poésie 56LECTURES

L'ombre de Gallus parle

Toi qui reviens blessé de Pérouse, soldat
Te hâtant d'échapper au destin qui m'abat,
Et qui tournes vers moi tes yeux remplis de larmes,
Naguère tous les deux nous portions mêmes armes.
Que ton salut des tiens assure le bonheur !
Tes pleurs annonceront mon trépas à ma sœur.
Dis-lui que, de César fuyant les traits rapides,
J'ai péri sous les coups de brigands homicides.
En Etrurie, un jour, si des hommes errants
Voient les débris d'un corps, ce sont mes ossements.