À Cynthie V

1 min
83
lectures
0
Recommandé

Le nom de ce poète latin reste attaché au genre de l'élégie. Il laisse derrière lui quatre livres ayant pour source d'inspiration une femme, Cynthia. On ne connaît vraiment Properce qu'à  [+]

Mes vœux montent en vain sur cet ingrat rivage ;
Cassiope jamais n'y montre son visage ;
Mais, puisque j'ai pu fuir, c'est avec cent raisons
Que, seul, j'adresse ici ma plainte aux alcyons
Et qu'ensemble les vents se liguent pour Cynthie.

Ils soufflent derechef pour menacer ma vie.
Si le ciel n'intervient, ce rivage nouveau
Deviendra pour mon corps un indigne tombeau.
Par tes vœux, ô Cynthie, apaise leur colère.
Mes tourments sur les flots ont dû te satisfaire !
Ah ! pourrais-tu sans pleurs apprendre mon destin,
Ou presser, sans gémir, ma cendre sur ton sein ?
Périsse le mortel qui, sur la plaine amère,
Le premier dirigea sa rame et sa galère !

Devant ta beauté rare, il valait mieux pour nous
D'une rude maîtresse essuyer le courroux
Que d'aller, inconnu, sur une mer barbare
Implorer le secours des enfants de Tindare.
Si près de toi la mort, en terminant mes pleurs,
Avait de mon amour enterré les douleurs,
Cynthie aurait de fleurs orné ma sépulture,
Et sur mon froid tombeau coupant sa chevelure,
Elle aurait invoqué les mânes d'un amant,
Pour qu'à mon corps le marbre eût été moins pesant.

O filles de Doris, nymphes des mers profondes,
Poussez légèrement mon vaisseau sur les ondes,
Et si l'Amour chez vous porta jamais ses pas,
En son nom, ramenez le calme en vos Etats.
Recommandé
0