Image de Pontus de Tyard

Pontus de Tyard

1521 - 1605

Pontus de Tyard publie à Lyon, chez Jean de Tournes, ses Erreurs amoureuses. C'est un recueil de sonnets adressé à une dame nommée Pasithée – « la toute divine ». Femme réelle ou fictive, on ne le sait. Si Maurice Scève – intime du poète – s’était épris de Pernette du Guillet, il semblerait que Pontus de Tyard se soit amouraché de Louise Labé en qui il voit la femme parfaite. Il est en outre impliqué dans le mouvement de la Pléiade auquel il apporte quelques nouveautés.


Classique

Sonnet

Mon âme est en vos mains heureusement étreinte
Du plus gracieux noeud qu'oncq' beauté n'enlaça ;
Une plus douce flèche oncques coeur ne blessa
Que celle qui par vous dedans mon sang ... [+]