Temps de lecture
1
min
œuvres érotiques 102LECTURES

À l'église

Une petite fille qui s’éveille doit avoir complètement fini de se branler lorsqu’elle commence sa prière.


Si vous ne vous êtes pas assez branlée le matin, ne vous finissez pas à la messe.


Ne suivez pas l’office sur un exemplaire de Gamiani, surtout s’il est illustré.


N’arrachez jamais un bouton de culotte à votre voisin au moment de le donner à la quête. Faites-le avant d’entrer.


« Les personnes qui connaîtraient des empêchements à ce mariage sont obligées de nous en avertir », dit le prêtre. Mais c’est une simple formule. Ne vous levez pas à ces mots pour révéler des confidences.


Quand vous êtes auprès d’une dame qui s’agenouille en creusant les reins, ne lui demandez pas si cette position lui rappelle des souvenirs tendres.


Au catéchisme, si le jeune vicaire vous demande ce que c’est que la luxure, ne lui répondez pas en rigolant : « Nous le savons mieux que vous ! »


Le jour de votre première communion, si une dame s’écrie en vous voyant : « Est-elle jolie ! On dirait une petite mariée ! » ne répondez pas : « Il ne me manque que la fleur d’oranger. » La réplique serait jugée leste.


Si vous sucez un monsieur avant de partir communier, gardez-vous bien d’avaler le foutre : vous ne seriez plus à jeun, comme il faut que vous le soyez.


En vous agenouillant à la table sainte, n’invitez pas tout bas votre petite voisine à coucher avec vous dans l’après-midi.
Pendant le sermon, si le prédicateur paraît croire à la « pureté des jeunes filles chrétiennes », ne vous mettez pas à pouffer de rire.


Si vous baisez l’après-midi dans une église de campagne, ne vous lavez pas le cul dans le bénitier. Loin de purifier votre péché, vous l’aggraveriez au contraire.