Image de Philoxène Boyer

Philoxène Boyer

1825 - 1867

Illustre inconnu aujourd'hui, il était pourtant l'ami de Charles Baudelaire, Théodore de Banville, Gustave Flaubert, Théophile Gautier et Victor Hugo. Philoxène Boyer fut un personnage au moins aussi étrange que son prénom. Son manque d'hygiène était légendaire : toute sa vie il acheta des chaussures de plus en plus grandes car il refusait de se couper les ongles des pieds. Il laisse très peu d'écrits derrière lui.


Classique

Lassitude

La pensée a des jours ineffablement calmes,
Où la gloire effraierait comme un vice ; où les palmes,
Où les bravos, où tout appareil de grandeu... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

À V… H…

« Vers la terre où bientôt les citrons vont mûrir,
» Vers l’ombre que versait la maison regrettée,
» Vers les sentiers perdus de la grotte enchantée,
» Il nous faut fuir, mon père... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Concepcion

Hier, à l’heure où l’essaim folâtre
Des romanesques visions
Dans les campagnes de théâtre
Vient tenter nos illusions,
Ardeur, jeunesse, fantaisie,
Vous avez, – O Concepcion !
O... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

À une patricienne

I
Je ne suis pas celui qui s’éprend des fontaines,
Des sables d’or, des lacs, des lueurs incertaines
Que l’aurore répand sur les bois, – et mon cœur
Ne s’éparpille pas dans les... [+]

Classique

À mon cher petit Victor

Quand j’ai gagné tous ces volumes,
J’étais encor petit garçon ;
Mais j’usais très-vite mes plumes
Et j’apprenais bien ma leçon.
Maintenant que mon front grisonne,
Je... [+]

Classique

Miserrimus

La poésie aussi compte ses Lapeyrouses,
Marins prédestinés aux tempêtes jalouses,
Dignes pourtant d’un meilleur sort ;
Voyageurs qui partaient sous les blondes étoiles,
Heureux, fiers du... [+]