Pétrone

27 - 66

L'identité de cet auteur latin est incertaine. On lui attribue le Satyricon, premier « roman » de toute la littérature, qui ne nous est parvenu que par fragments. L'œuvre, écrite en bas latin, est la seule qui donne à lire le latin tel qu'il était parlé par le peuple. C'est une langue verte et sans détour, faite de jeux de mots et d'inventaires obscènes et bouffons, à la croisée de tous les styles : car le texte mêlent prose, dialogue, poésie et chansons. La vulgarité de certains passages a fait que la traduction en a pendant longtemps été édulcorée mais abondamment commentée. On peut voir en Pétrone un dandy antique n'ayant eu d'autres soucis que la nonchalance et le bon mot.