Temps de lecture
1
min
poésie 69LECTURES

Ici, où je ne suis qu’à moitié

Ici, où je ne suis qu’à moitié, mon Sennuccio – que n’y suis-je en entier et content de vous y voir ! – je suis venu fuir la tempête et le vent qui ont rendu soudain le temps si mauvais.
Ici je suis en sûreté ; et je veux vous dire pourquoi je ne crains plus la foudre comme de coutume, et pourquoi je n’ai pas trouvé ici mon ardent désir diminué, loin de le voir éteint.
Aussitôt que, arrivé dans ce pays de l’Amour, j’ai vu les eaux sur les bords desquelles naquit Laure si douce et si pure, qui apaise l’air et chasse le tonnerre,
Amour a rallumé le feu dans mon âme où elle règne en maître, et a éteint la peur. Que serait-ce donc si je voyais les yeux de Laure !