Temps de lecture
1
min
poésie 71LECTURES

Combien je te porte envie, avare terre

Combien je te porte envie, avare terre, qui tiens dans tes bras celle dont la vue m’est ravie, et qui me dispute l’aspect du beau visage où je trouvai la paix de toutes mes guerres !
Combien j’en porte au ciel qui enferme, retient, et a si avidement recueilli en lui-même l’esprit délivré des beaux membres, et qui s’ouvre si rarement pour d’autres !
Combien d’envie à ces âmes qui ont maintenant en partage sa sainte et douce compagnie, que je cherchai toujours avec tant de désir !
Combien à l’impitoyable et dure mort, qui ayant éteint en elle ma vie demeure en ses beaux yeux et ne m’appelle pas !