Temps de lecture
1
min
poésie 94LECTURES

Ce fut une cruelle étoile

Ce fut une cruelle étoile – si le ciel a sur nous l’influence que quelques-uns croient – que celle sous laquelle je naquis. Cruel fut le berceau où l’on me coucha, et cruelle la terre où je fis ensuite mes premiers pas.
Cruelle aussi la dame qui, avec ses yeux et avec l’arc dont j’étais l’unique cible, me fît une blessure que je ne t’ai pas cachée, ô Amour, car tu peux la guérir avec ces mêmes armes.
Mais tu prends plaisir à mes douleurs ; quant à elle, elle ne s’en réjouit pas, parce qu’elle ne les trouve pas assez grandes, et que le coup qu’elle m’a porté est d’une flèche et non d’un épieu.
Et tu me consoles en me disant que languir pour elle vaut mieux qu’être heureux par une autre ; et tu me le jures par tes flèches dorées, et je te crois.