Temps de lecture
1
min
poésie 85LECTURES

Par ce dizain clairement je m’accuse

Par ce dizain clairement je m’accuse
De ne savoir tes vertus honorer,
Fors du vouloir, qui est bien maigre excuse :
Mais qui pourrait par écrit décorer
Ce qui de soi se peut faire adorer ?

Je ne dis pas, si j’avais ton pouvoir,
Qu’à m'acquitter ne fisse mon devoir,
À tout le moins du bien que tu m’avoues.

Prête-moi donc ton éloquent savoir
Pour te louer ainsi que tu me loues !