Temps de lecture
1
min
poésie 68LECTURES

Mon Jour était assis tout auprès d’une

Mon Jour était assis tout auprès d’une,
L’entretenant à l’aise, et à repos,
D’affection non autre, que commune,
Mais comme on vient d’un à autre propos.
Voici Amour sur eux gai, et dispos,
Portant un arc, et traits à la Grégeoise,
Lequel lâcha deux mots à la Bourgeoise,
Et au partir lui dit : callimera !
Lors soupeçon en mon cœur mit grand noise,
Doutant qu’il dît d’elle : qu’il l’aimera !