Temps de lecture
1
min
poésie 157LECTURES

À sa maîtresse

Non, je n’exige pas que, belle, tu sois pure.
Seulement tais-moi tes écarts.
À la pudicité ne t’astreint ma censure,
Mais, de grâce, un peu plus d’égards.
Femme qui peut nier n’est jamais criminelle ;
De l’aveu naît le mauvais cas.
Eh ! comment mettre au jour ce que la nuit recèle,
Dire haut ce qu’on fait tout bas ?
Avant de se livrer aux assauts d’un Quirite,
Nos Phrynés tirent leurs verrous :
Toi, tu vas recherchant un funeste mérite,
En publiant tes rendez-vous.
Sois meilleure, ou du moins singe la fille honnête ;
Coupable, feins le dévouement.
Refais ce que tu fis, mais démens l’œuvre faite ;
Parle au dehors modestement.

II est un lieu d’ivresse : emplis-le de délices,
Et bannis-en toute pudeur ;
En sors-tu, des plaisirs efface les indices ;
Laisse en ta couche ton ardeur.
Là, dépouille sans honte une robe gênante,
Là, que se pressent vos flancs nus.
Là, qu’une langue plonge en ta bouche enivrante ;
Qu’Amour y centuple Vénus. [
Que soupirs et doux cris, là, résonnent sans cesse ;
Qu’au branle ardent craque le lit.
Reprends, avec ton voile, un air plein de sagesse,
Désavouant l’impur délit.

Trompe la foule et moi : qu’ignorant tout, je vive
Dans ma sotte erreur introublé.
Pourquoi vois-je échanger mainte et mainte missive ?
Pourquoi ce lit partout foulé ?
Et ces cheveux défaits bien plus que par le somme,
Ce cou qu’une dent vint meurtrir ?
Il me reste à te voir pâmée aux bras d’un homme...
Pour mon nom daigne au moins rougir.
Mon âme, à chaque aveu, m’abandonne, et j’expire ;
Un sang glacé circule en moi.
J’aime alors ; lors en vain je hais ton sûr empire ;
La mort voudrais, mais avec toi.
Je ne scruterai rien, ni volerai t’offendre
Pour un secret : absoudre est mieux.
Sur le fait cependant si je viens à te prendre,
Si ta honte éclate à mes yeux,
Ce qu’ils auront trop vu, soutiens-le ne pas être :
Ils témoigneront sans effet.
Tu vaincras aisément qui prétend se soumettre ;
Dis seulement : « Je n’ai rien fait. »
Quand tu peux en deux mots triompher d’un doux maître,
Folle, ainsi cache ton forfait.