Image de Marceline Desbordes-Valmore

Marceline Desbordes-Valmore

1786 - 1859

Très estimée par Charles Baudelaire, cette poétesse, dont Balzac admire aussi le talent, fut surnommée Notre-Dame-des-Pleurs en raison des deuils successifs qu'elle dut affronter. Toute sa poésie en est le reflet. Son mari lui laisse publier ses poèmes d'amour mais sait qu'il n'en est pas l'inspirateur. Paul Verlaine saluera dans l'œuvre de Desbordes-Valmore la richesse des formes, parmi lesquelles l'invention du vers de onze syllabes. La Bibliothèque de la ville de Douai (Nord), où elle est née, porte aujourd'hui son nom.


Classique

L'oreiller d'une petite fille

Cher petit oreiller, doux et chaud sous ma tête,
Plein de plume choisie, et blanc ! et fait pour moi !
Quand on a peur du vent, des loups, de la tempête,
Cher petit oreiller, que je... [+]

Recommandé Par Short Édition
Classique

Les roses

L’air était pur, la nuit régnait sans voiles ;
Elle riait du dépit de l’Amour ;
Il aime l’ombre, et le feu des étoiles,
En scintillant, formait un nouveau jour.
Tout... [+]

Classique

Les regrets

J’ai tout perdu ! mon enfant par la mort,
Et, dans quel temps ! mon ami par l’absence ;
Je n’ose dire, hélas ! par l’inconstance :
Ce doute est le seul bien... [+]

Classique

Souvenir

Quand il pâlit un soir, et que sa voix tremblante
S’éteignit tout à coup dans un mot commencé ;
Quand ses yeux, soulevant leur paupière brûlante,
Me blessèrent d’un mal dont je le... [+]

Classique

L'arbrisseau

La tristesse est rêveuse, et je rêve souvent ;
La nature m’y porte, on la trompe avec peine :
Je rêve au bruit de l’eau qui se promène,
Au murmure du saule agité par le... [+]

Classique

La lune des fleurs

Douce lune des fleurs, j’ai perdu ma couronne !
Je ne sais quel orage a passé sur ces bords.
Des chants de l’espérance il éteint les accords,
Et dans la nuit qui... [+]

Classique

Les deux amitiés

Il est deux Amitiés comme il est deux Amours.
L’une ressemble à l’imprudence ;
Faite pour l’âge heureux dont elle a l’ignorance,
C’est une enfant qui rit... [+]

Classique

L'isolement

Quoi ! ce n’est plus pour lui, ce n’est plus pour l’attendre,
Que je vois arriver ces jours longs et brûlants ?
Ce n’est plus son amour que je cherche à pas lents ?
Ce... [+]

Classique

L'attente

Olivier, je t’attends ! déjà l’heure est sonnée ;
Je viens de tressaillir comme au bruit de tes pas :
Le soleil qui s’éteint va clore la journée ;
Ici j’attends... [+]

Classique

Les séparés

N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre.
Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon... [+]

Classique

Dans la rue

Par un jour funèbre de Lyon
LA FEMME.
Nous n’avons plus d’argent pour enterrer nos morts.
Le prêtre est là, marquant le prix des funérailles;
Et les corps étendus, troués par les... [+]

Recommandé Par Short Édition