La jarre couronnée

1 min
45
lectures
0

Précoce, à l'école il brille déjà par ses écrits et reçoit plusieurs prix. Puis, jeune encore, il devient polyglotte, érudit et bibliophile. Le style de Marcel Schwob se déploie dans le  [+]

Potier, ayant tourné le fond d’une jarre dont j’ai pétri et courbé le ventre de terre dorée, je l’ai emplie de fruits pour le dieu des jardins. Mais il considère le feuillage tremblant, de peur que les voleurs percent les murailles. À la nuit, des loirs furtifs ont enfoncé leurs museaux parmi les pommes et les ont rongées jusqu’aux pépins. Timides, à la quatrième heure, ils agitèrent leurs queues duvetées, blanches et noires. À l’aube, les oiseaux d’Aphrodite se sont perchés sur les bords violets de mon pot d’argile en hérissant les petites plumes changeantes de leur cou. Sous le midi qui frémit, une jeune fille s’est avancée seule vers le dieu, avec des couronnes d’hyacinthe. Et m’ayant aperçu tandis que je restais penché derrière un hêtre, sans me regarder elle a couronné la jarre vide de fruits. Que le dieu ainsi privé de fleurs s’irrite, que les loirs mordent mes pommes, que les oiseaux d’Aphrodite inclinent l’un vers l’autre leurs têtes tendres ! J’ai mêlé dans mes cheveux les hyacinthes frais, et jusqu’au prochain midi j’attendrai la couronneuse de jarres.

0
0