Temps de lecture
1
min
poésie 152LECTURES

Lut, compagnon de ma calamité

Lut, compagnon de ma calamité
De mes soupirs témoin irreprochable,
De mes ennuis controlleur veritable,
Tu as souvent avec moy lamenté :

Et tant le pleur piteus t’a molesté
Que commençant quelque son delectable,
Tu le rendois tout soudein lamentable,
Feingnant le ton que plein avoit chanté.

Et si te veus efforcer au contraire,
Tu te destens et si me contreins taire :
Mais me voyant tendrement soupirer,

Donnant faveur à ma tant triste pleinte :
En mes ennuis me plaire suis contreinte,
Et d’un dous mal douce fin esperer.