Temps de lecture
1
min
poésie 98LECTURES

Diane estant en l'espesseur d’un bois

Diane estant en l'espesseur d’un bois,
Apres avoir mainte beste assenee,
Prenoit le frais, de Nynfes couronnee :
J’allois resvant comme fay maintefois,

Sans y penser : quand j’ouy une vois,
Qui m’apela, disant, Nynfe estonnee,
Que ne t’es tu vers Diane tournee ?
Et me voyant sans arc et sans carquois,

Qu’as tu trouvé, o compagne, en ta voye,
Qui de ton arc et flesches ait fait proye ?
Je m’animay, respons je, à un passant,

Et lui getay en vain toutes mes flesches
Et l’arc apres : mais lui les ramassant
Et les tirant me fit cent et cent bresches.